UNE EXPLICATION SIMPLE DU MINIMUM À SAVOIR

SUR LA PANDÉMIE DE COVID-19 ET LA VACCINATION

 

Depuis le début de cette pandémie, j'entends tout et surtout n'importe quoi à son sujet et au sujet de la vaccination. Il y a d'un côté les médecins et les scientifiques qui savent ce qui sous-tends ce problème sanitaire mais qui ne savent pas vulgariser le b-a-ba, se limitant à dire que les vaccins sont sûrs et efficaces (!!!) pour qui se pose des questions, ce n'est pas une réponse ! D'un autre côté, il y a les journalistes qui, ayant lu sans comprendre les publications scientifiques, passent des heures à répéter en boucle ce qu'ils pensent savoir (rien en fait) et induisent plus de questions que de réponses. Il y a enfin une poignée de connards malfaisants (j'ai entendu dire qu'ils étaient 12 dans le monde !), très probablement manipulés par je ne sais qui (mais des criminels à mon avis) et je ne sais pourquoi, qui racontent n'importe quoi sur les réseaux sociaux pour faire paniquer tout le monde. Enfin, on a une série de politiciens —internationaux— opportunistes qui surfent sur la vague des peurs légitimes des populations... Il fallait bien que quelqu'un calme le jeu ! C'est pourquoi j'ai créé cette petite page ! Son contenu est simplifié à l'extrême, accessible à tout le monde, je le crois. Lisez-la, vous aurez ainsi toutes les cartes en main pour vous faire votre propre idée basée sur des faits et plus sur des fantasmes...

Si vous souhaitez en savoir plus, vous pouvez toujours me questionner par e-mail (voir ici).

Remarque :
Cet article est une simplification extrême, je prie les scientifiques d'être indulgents lorsque la simplification frôle la limite de la réalité.


Un VIRUS qu'est-ce que c'est et comment ça fonctionne ?

Un virus est une particule infectieuse infra-microscopique (il faut des microscopes extrêmement puissants pour les voir). Il ne s'agit pas d'une cellule ! Un virus n'est pas une entité biologique vivante, elle ne se nourrit pas, elle ne respire pas, elle ne fabrique rien (même pas de l'énergie), elle ne se déplace pas et... ne se reproduit même pas !...

Le seul but du virus est de se multiplier, mais, étant incapable de se reproduire, il est obligé de parasiter une cellule vivante pour y parvenir !... Comment réussir à mettre en œuvre un tel paradoxe ?

Un virus n'est rien de plus qu'un génome (un code génétique —le code génétique est une espèce de plan de fabrication—) contenu dans une enveloppe ou une coque. C'est cette coque qui donne la forme au virus... il existe quasiment autant de forme que de virus !

Cette coque porte des protéines qui ont la particularité de se fixer sur la membrane des cellules de la personne infectée.

Le virus ayant quasiment aucun volume et aucune masse, il se déplace très facilement avec le moindre courant d'air, le moindre contact (de main en main), le moindre liquide. Dès que le virus entre en contact avec une cellule, la coque du virus s'incruste dans la membrane de la cellule infectée et le code génétique viral pénètre dans la cellule et oblige cette cellule à fabriquer des virus en très grande quantité. Quand la cellule est saturée de virus qu'elle a elle-même fabriqués, elle explose (elle meurt) et dissémine tous ces nouveaux virus aux cellules alentours ainsi qu'à l'extérieur de l'organisme via la respiration, les postillons, les contacts cutanés, etc...

La fabrication de virus en grande quantité entraine systématiquement des erreurs de fabrication (comme toute fabrication en série), donc certains virus ne seront plus identiques à ce qu'ils devraient être... ce sont des variants !... Les variants peuvent être —ou non— plus dangereux et/ou plus contaminants. Cela signifie que tant que la totalité de la population n'est pas protégée, de nouveaux variants apparaitront...


Comment fonctionne la protection contre les virus ?

Tous les organismes évolués (comme l'homme) possèdent ce qu'on appelle un système immunitaire. Ce système a appris à connaitre ce qui appartient à l'organisme et ce qui lui est étranger. Tout ce qui pénètre l'organisme est considéré comme étranger et le système immunitaire va essayer de le détruire de deux manières :

—Certaines cellules du sang vont aller à la rencontre de ce corps étranger pour essayer de le "manger".
—Il y a création d'éléments chimiques qui vont bloquer et détruire ce corps étranger, c'est ce que l'on appelle des anticorps.

Ces systèmes de protection de l'organisme peuvent se faire de deux manières :

—Dans le dur : attendre que le virus dangereux entre dans l'organisme. La mise en route du système immunitaire étant assez lente et la multiplication des virus étant très rapide, on peut être très malade et même mourir avant que nos protections immunitaires soient efficaces
—Injecter dans l'organisme des éléments non dangereux appartenant au virus de façon à mettre en route les défenses immunitaires avant que le virus nous attaque, c'est ce qu'on appelle un vaccin.

Remarque importante : On entend souvent que les vaccins n'ont pas d'intérêt car en prenant de la vitamine D et du Zinc, la défense immunitaire est suffisante ! HÉRÉSIE ! Si le Zinc et la vitamine D sont deux (des nombreux autres éléments) qui aident le système immunitaire à travailler efficacement, tant que ce système immunitaire ne rencontre pas le virus ou le vaccin, il ne fonctionnera pas ! Et même en avalant 1kg de vitamine D et 1kg de Zinc, jamais vous ne serez protégé (bien au contraire ! de fortes doses de vitamines et de Zinc vous tueront plus certainement que le virus !).


Un vaccin qu'est-ce que c'est et comment ça fonctionne ?

Un vaccin peut être constitué de deux choses :

—Ancienne composition du vaccin (mais qui existe toujours) : les laboratoires prennent le virus contre lequel on veut se protéger, ils l'affaiblissent jusqu'à ce qu'il ne puisse plus nous faire du mal. C'est ce que l'on appelle un vaccin à virus atténué. C'est ce type de vaccin que tout le monde a reçu depuis sa naissance. Ils peuvent aussi ne prendre qu'une partie du virus qui ne peut pas entrainer de maladie mais qui permet aussi de lancer le système immunitaire.
—Nouvelle composition du vaccin : le vaccin à ARN messager (dit ARNm), comme ceux de Pfizer et Moderna contre le Covid-19. Pour comprendre ce qu'est un vaccin à ARNm, il faut d'abord expliquer ce qu'est l'ARNm et comment cela fonctionne... C'est ce que je vais faire maintenant :

Un anticorps qu'est-ce que c'est ?

Un anticorps est une simple protéine qui permet de tuer/détruire les corps étrangers. Donc, fondamentalement, il n'y a aucune différence entre fabriquer une protéine pour faire de la masse musculaire (par exemple) et fabriquer une protéine qui a des capacités de défense immunitaire !...

Comment crée-t-on une protéine ?
Le corps humain, comme vous le savez, est constitué de cellules. Une cellule peut être considérée comme une masse gélatineuse entourée d'une membrane qui permet de lui donner une forme. Dans cette masse gélatineuse, on trouve tout ce qu'il faut pour que la cellule puisse vivre (car contrairement à un virus, une cellule est vivante). Ainsi on trouve des usines qui permettent de respirer (oui une cellule respire !), des usines pour digérer (oui, une cellule mange), des usines pour fabriquer de l'énergie, des usines pour fabriquer ce dont elle a besoin pour se maintenir en vie, des autoroutes pour permettre la circulation de tout ce qui la fait vivre, etc... et au milieu de tout cela, ce qu'on appelle un "noyau", qui est un peu le chef d'orchestre, ou l'ingénieur qui permet de gérer tout ce petit monde.

Dans le noyau on trouve des chromosomes. Ces chromosomes contiennent le plan général de tout ce qu'est l'organisme, ce sont eux qui font que l'on peut vivre en gérant tout ! Quand vous vous arrachez un bout de peau, c'est les chromosomes qui donnent aux cellules le mode d'emploi pour refabriquer la peau qui manque et de la remettre en place pour soigner la plaie... Idem si vous saignez, c'est grâce aux chromosomes que l'on refabrique les cellules du sang que l'on a perdu !

Les chromosomes sont (principalement) constitués d'une double hélice d'ADN enroulée sur elle-même. Cette hélice porte 4 "bits", ou 4 "lettres", qui forment un code (le code génétique). C'est ce code de 4 "bits" qui permet de coder tout ce que les cellules devront fabriquer.


double hélice d'ADN qui porte un code avec les 4 "bits" 1 rouge, 1 jaune, 1 vert et 1 bleu

Lorsque le corps a besoin d'une protéine, dans le noyau de la cellule, le chromosome qui contient la recette de la protéine va se dérouler, les 2 hélices de l'ADN se séparent en deux brins. La place laissée par la séparation des deux brins d'ADN permet de recopier le code (la recette) qui permettra de fabriquer la protéine. Ce code (de 4 "bits") se place sur un ruban. Ce ruban est un brin unique (l'ADN a 2 brins) que l'on appelle l'ARN messager (ARNm)...

Lorsque le code de fabrication (la recette) de la protéine est complètement collé sur le brin d'ARNm, ce brin d'ARNm quitte le noyau, entre dans la masse gélatineuse de la cellule, suit une autoroute pour arriver à l'usine de fabrication des protéines. Pendant que l'ARNm quitte le noyau de la cellule, les deux brins de l'ADN se réunissent à nouveau et s'enroulent à nouveau pour remettre le chromosome dans son état normal.

Lorsque le brin d'ARNm entre dans l'usine de fabrication des protéines,

le code de 4 "bits" est traduit. L'usine de fabrication des protéines envoie des camions pour chercher des acides aminés (ce sont des briques élémentaires qui, mises bout à bout forment les protéines). Ces camions sont aussi des ARN, mais dits de "transfert" d'où le nom d'ARNt. Chaque fois que l'usine de fabrication des protéines rajoute une brique (acide aminé) sur la chaine de protéine qui sort de l'usine de fabrication des protéines, le bout d'ARNm (ARN messager) qui portait le code de l'acide amminé qui est amené par le camion va se détruire. De sorte que, lorsque la protéine sera totalement fabriquée, l'ARN messager aura totalement disparu.

Quel rapport avec le vaccin à ARN messager ?
Que ce soit dans la cellule ou dans la vraie vie, une usine ne cherche pas à comprendre, on lui demande de fabriquer quelque chose à partir d'un plan de construction, et elle le fait ! Imaginez que vous injectiez un brin d'ARN messager dans une cellule, ce brin d'ARNm va suivre les autoroutes direction l'usine de fabrication des protéines et cette dernière va fabriquer ce qui est codé sur le brin d'ARNm !...

Eh bien, cela fait très longtemps que les chercheurs ont réussi à décoder le code à 4 "bits"... donc, s'ils veulent qu'une cellule fabrique une protéine, il leur suffit de monter un brin d'ARN messager portant le code de la fabrication de la protéine qu'ils veulent obtenir. Il ne reste plus qu'à injecter cet ARNm dans une cellule et l'usine de fabrication des protéines de la cellule va la fabriquer sans se poser de question !...

Dans le cas du vaccin à ARNm (comme Pfizer et Moderna), les chercheurs ont étudiés la composition de la coque du virus Covid-19, et plus précisément les zones de protéine de cette coque (les "spicules" ou "spikes" ) qui s'incrustent dans la membrane des cellules infectées (voir en début d'article). Connaissant la protéine formant ces "spicules", il leur est facile de fabriquer un brin d'ARNm portant le code (la recette) de fabrication de cette protéine du virus ! Il ne reste plus qu'à injecter ces brins d'ARNm dans un muscle de l'organisme (c'est ce que l'on fait quand on vous vaccine) pour que les l'usine de fabrication des protéines des cellules du muscle fabriquent cette protéine...

Cette protéine, bien que fabriquée par les cellules de notre muscle, n'appartenant pas normalement à notre organisme (sa formule n'est pas connue de nous !), elle va lancer le processus de fabrication d'anticorps contre elle et donc contre le virus Covid-19 (qui la porte aussi), si un jour il nous attaque, on saura se défendre !!!...

Résumé des deux types de vaccins
Là où les anciens vaccins consistaient à injecter des virus entiers (mais atténués) ou des morceaux de vrai virus, les vaccins ARNm (Pfizer ou Moderna) injectent la recette de la protéine des spicules du virus. Donc, dans ce deuxième cas, il n'y a pas le moindre risque d'accident puisqu'il n'y a pas le moindre plus petit morceau de virus qui sera injecté !!!

On entend souvent que les gens ont peur du vaccin à ARNm... Personnellement, si je devais avoir peur, j'aurais beaucoup plus peur des anciens vaccins (qui contiennent du virus) que des nouveaux (qui ne contiennent pas de virus du tout !). Si on est totalement paranoïaque, on peut imaginer que l'affaiblissement des virus (pour fabriquer les anciens vaccins) n'a pas marché et qu'on se fait injecter du virus dangereux... alors qu'il n'y a absolument aucun risque avec les vaccins à ARNm qui ne contiennent pas de virus du tout, donc rien ne peut mal fonctionner !...

On entend souvent que les gens ont peur du vaccin ARNm car ils risquent (pensent-ils) une modification de leur génome ! HÉRÉSIE ! Comme je vous l'ai montré ci-dessus, quand l'usine de fabrication des protéines ajoute un acide aminé dans la protéine, le bout d'ARNm qui portait le code de cet acide aminé est détruit... et quand toute la protéine est construite, l'ARNm est totalement détruit !!! Il est donc impossible d'intégrer quoi que ce soit dans son génome qui est, je le rappelle, l'ADN enroulé en chromosome, bien à l'abri dans le noyau de la cellule !!!...

On entend souvent que les gens ont peur du vaccin ARNm car on aurait utilisé du génome de singe pour le fabriquer. Je ne sais pas si c'est vrai MAIS, 1°) le génome du singe est à 99% identique au génome humain et 2°) puisqu'il est question de créer un ARNm, quelle importance d'utiliser un ADN de singe, de ver de terre ou de mouche ? Revoyez le mode de fonctionnement !!!

Comment le vaccin ARNm nous protège-t-il ?
Les anciens vaccins introduisaient du virus, le système immunitaire reconnaissait le contenu du vaccin comme étant étranger et fabriquait des anticorps pour faire disparaitre le virus si ce dernier devait nous infecter.
Les vaccins ARNm n'introduisent aucun virus mais permettent de fabriquer (par nous-même) une protéine que porte le vrai virus. Cette protéine ne faisant normalement pas partie de notre corps, le système immunitaire va fabriquer des anticorps contre cette protéine. Donc, si le vrai virus venait à nous attaquer, puisqu'il porte la protéine contre laquelle on a déjà des anticorps, il ne pourra jamais se fixer sur nos cellules, il ne pourra jamais intégrer son génome dans nos cellules, les cellules ne pourront jamais fabriquer des virus (voir au début de l'article), on ne tombera jamais malade !!!

Peut-on tomber malade malgré le vaccin ARNm ?
Qu'il s'agisse d'un ancien vaccin ou d'un vaccin ARNm, on peut toujours tomber malade, même vacciné ! Mais cela n'est pas dû au vaccin, mais à notre système immunitaire ! Une faiblesse du système immunitaire (âge, certaines maladies, certains traitements) nous protège moins bien puisque la fabrication d'anticorps est moins importante ! Cela dit, même si le système immunitaire est plus faible, les formes graves de la maladie sont plus rares. Pourquoi ? Parce que la puissance (donc la gravité) d'une maladie virale dépend de ce que l'on appelle la charge virale, c'est à dire la quantité de virus qui nous attaque. Une personne non vaccinée est attaquée pas 100% des virus qu'il attrape, une personne vaccinée mais au système immunitaire affaibli est attaquée par une partie seulement des virus qu'il attrape (les autres étant détruits par les anticorps) et une personne vaccinée avec un système immunitaire fort sera attaquée par 0% de virus (ou du moins, une proportion si faible qu'il n'y aura pas de maladie).

Pourquoi les vaccins ARNm ne sont pas efficaces sur tous les viriants ?
Qu'il s'agisse d'un vaccin classique ou d'un vaccin à ARNm, ils induisent tous une réponse immunitaire contre les protéines externes de la coque du virus. Si un variant a modifié cette protéine de la coque, les anticorps (qui sont très spécifiques) ne la connaitront plus donc la vaccination sera inefficace sur ce variant ! Donc, moins il y aura de personnes vaccinés et plus il y aura de variants (c'est inévitable), plus il y aura de variants et plus il y aura des chances de tomber sur une mutation de la protéine de surface et donc plus il y aura de chance de voir les vaccins inefficaces ! Si on ne veut pas se faire vacciner tous les quatre jeudis (ou si on ne veut pas de passe sanitaire, ou si on ne veut pas de confinement) jusqu'à le fin de notre vie, il faudra éviter l'apparition de variants, et le seul moyen d'éviter de nouveaux variants est la vaccination à grande échelle, il faudra bien que la population se fasse vacciner en masse !!!...

Pourquoi deux doses de vaccins (ou plus) ?

Ce schéma montre simplement comment répond le système immunitaire lors de la vaccination. Un organisme ne sera pas protégé tant qu'il n'aura pas fabriqué une quantité minimale d'anticorps (noté en rouge).

À la première injection, comme précisé plus haut, on voit qu'il faut un certain temps avant que le système immunitaire commence à fabriquer des anticorps. Le taux d'anticorps augmente lentement, puis rapidement mais plafonne rapidement à une quantité assez faible avant de décroitre rapidement. Les anticorps fabriqués après cette première dose protègent déjà un peu mais restent trop peu nombreux pour être vraiment protecteurs. Si on se limitait à une seule dose, très rapidement nous aurions perdu tous les anticorps... comme si nous n'avions pas été vaccinés du tout.

À la deuxième injection (que l'on pratique alors qu'il y a encore pas mal d'anticorps de la première dose à cause du délai de réponse), une nouvelle réponse du système immunitaire va créer lentement puis rapidement une très grande quantité d'anticorps qui dépasse de beaucoup la zone d'efficacité. Bien sûr, cette deuxième arrivée d'anticorps va décroitre également dans le temps, mais beaucoup plus lentement... Pour ce qui est des vaccins contre le Covid-19, on ne sait pas encore combien de temps il nous protège mais dès que ce taux baissera, il faudra envisager un rappel (comme pour tous les autres vaccins).

Aujourd'hui, on entend beaucoup parler d'une troisième dose. Et ce n'est pas étonnant ! Comme je l'ai dit plus haut, une faiblesse du système immunitaire (âge, certaines maladies, certains traitements) nous protège moins bien puisque la fabrication d'anticorps est moins importante. Donc la quantité d'anticorps n'arrive pas atteindre une quantité aussi importante que ce qu'elle aurait dû être après la deuxième dose... une troisième dose peut, dans ce cas, combler ce déficit de fabrication d'anticorps et offrir une protection optimale.

À noter que certains vaccins n'imposent qu'une seule dose car ils produisent une grande quantité d'anticorps après une seule injection, mais, généralement, ces vaccins imposent des rappels plus fréquents...

Autres questions ?
Mise à jour régulière en fonction des questions que l'on adresse...

Une étude a dit que même vacciné, on a une charge virale identique aux non vaccinés ?
En effet, une étude a montré que les gens vaccinés peuvent porter une charge virale comparable à celle des gens non vaccinés. Il faut toutefois souligner quatre points :
—Une étude isolée n'a aucune validité scientifique. Il faut plusieurs études indépendantes aboutissant au même résultat pour tirer des conclusions valides.
—L'étude est incomplète, elle n'a pas tenu compte des éventuelles comorbidités des vaccinés porteurs de forte charge virale !
—Si les personnes vaccinées portent une charge virale aussi importante (ce n'est pas prouvé, je le répète) que les personnes non vaccinées, cela veut simplement dire que tout le monde peut transmettre le virus —variant delta uniquement—, vaccinés ou non. Mais, cette même étude a prouvé que parmi les vaccinés portant une charge virale importante, aucun n'a développé une forme grave de la maladie alors que pour une même charge virale, les non vaccinés, même les jeunes, font une forme grave nécessitant une hospitalisation —au mieux—, un transfert en réanimation —souvent— et leur taux de mortalité va croissant... Pour tous les autres, non hospitalisés, les risques de covid long sont importants.
—Même si cette étude n'est pas représentative, elle prouve toutefois que l'intérêt de la vaccination n'est pas remis en cause ! Si 100% de la population était vaccinée, peut-être que 100% serait porteuse d'une charge virale importante, mais puisque personne ne développerait la maladie, n'ayant plus d'hôte disponible, le virus s'éteindrait de lui-même (rappelez-vous qu'un virus ne peut pas se reproduire sans hôte, voir plus haut) !

On peut même pousser le raisonnement plus loin... si tout le monde est vacciné, il n'y aura plus de nouveau variant et donc le risque de voir le virus échapper à la vaccination sera nul !

Cela dit, pour être complet et parfaitement honnête, il faut reconnaitre que dans la vie rien n'est parfait. La vaccination ne fait pas exception. Une chose peut être sûre et ne pas empêcher des accidents ! On peut se vacciner et décéder du covid, mais il faut se vacciner car nos chances de survie sont démultipliées. Dans une voiture, la ceinture de sécurité sauve des vies, l'airbag sauve des vies, mais boucler la ceinture et activer l'airbag n'empêche pas la mortalité, pourtant on s'attache car nos chances de survie sont démultipliées en cas de crash. Arracher une dent est un acte sûr et banal pourtant, dans ma carrière, j'ai été confronté à des accidents menant au décès, pourtant on se fait soigner les dents car nos chances sont démultipliées. Il n'est pas rare de rencontrer des gens en pleine santé se coucher le soir et ne jamais se réveiller, pourtant on se couche tous les soirs sans imaginer qu'il peut s'agir du dernier soir... Pourquoi, dans ces conditions, incriminer le vaccin là où seule la théorie du grain de sable peut être mise en cause ?

Est-il indispensable de prévoir une obligation vaccinale ?
En aucun cas ! Je pense que si l'ensemble de la population pouvait accepter l'éducation permettant de comprendre cette maladie et sa vaccination, elle serait spontanément volontaire pour la vaccination... ce serait bien préférable à l'obligation ! Il serait donc grand temps de chercher des informations dans les publications sérieuses (publications scientifiques, sites internet d'universités, sites de vulgarisation) et de tourner le dos aux pages de réseaux sociaux entretenues par des pseudo-influenceurs n'ayant aucune connaissance sur le sujet ! Sans quoi, qu'on le souhaite ou non, la vaccination se fera de force, je n'en doute pas...

Qu'en est-il du manque de recul et de la rapidité de l'invention du vaccin ?
En termes de rapidité de l'invention, certes, elle a été prodigieuse ! Mais les études sur l'ARNm ont nécessité plus de 25 ans ! Est-ce vraiment si rapide ? Elle est arrivée à maturité aujourd'hui et... fabriquer un brin d'ARNm en laboratoire n'est vraiment plus compliqué aujourd'hui ! Pour ce qui est du recul, il suffit de se baser sur la théorie du fonctionnement des vaccins ARNm, sur la durée de vaccination (presque un an déjà —à ce jour) et sur le nombre de personnes déjà vaccinées (presque 4.000.000.000) qui n'ont présenté aucune complication ! N'est-ce pas un recul suffisant ? Pasteur s'est injecté son premier vaccin sans aucun recul du tout et il s'agissait d'un vaccin "dangereux" puisque basé sur un virus atténué (alors qu'il venait d'inventer l'atténuation !)... personne n'est mort de la vaccination antirabique !

Pourquoi devrais-je avoir confiance dans le vaccin ? Je ne sais pas ce qu'il contient !
En effet, ce n'est pas parce que je vous ai expliqué ce qu'est l'ARNm que vous devez croire que le vaccin ne contienne que cela ! Par contre, une proportion importante des français consomme du paracétamol pour un oui ou pour un non (souvent même quand cette molécule n'a aucune action sur le problème ayant mené à la prise)... Parmi ces consommateurs, combien savent ce que contient exactement ce médicament ? Personne ! Si on peut mettre n'importe quoi dans un vaccin, on peut tout aussi bien mettre n'importe quoi dans une gélule, un comprimé ou une poudre ! Mais le paracétamol est consommé sans arrière-pensée ! Est-ce bien logique ? Amusez-vous à regarder les images d'info couvrant les manifestations d'anti-vaccins : un grand nombre de manifestants sont des fumeurs ! Combien parmi-eux savent ce que contiennent leur clope ? Aucun ! Outre les milliers de molécules contenues dans le tabac, les fabricants ajoutent d'autres produits chimiques dont ils se gardent bien de préciser la composition... pourtant ces anti-vax fument en criant qu'ils refusent le vaccin car ils ne connaissent pas sa composition ! Est-ce bien logique ?

Il arrive toujours un moment où il faut arrêter de se poser de fausses questions ! Un minimum de confiance est indispensable à une vie supportable ! Si tout le monde a le droit de savoir, il a aussi le devoir de se renseigner auprès de ceux qui savent (plutôt qu'auprès de ceux qui en savent moins que lui) ! Si tout le monde a le droit de douter, il a aussi le devoir de réfléchir pour calmer ses craintes ! Si tout le monde a le droit de vouloir mourir (en ne se vaccinant pas), il a aussi le devoir de ne pas entrainer au tombeau ceux qui l'entourent !...

___
Si vous souhaitez en savoir plus, vous pouvez toujours me questionner par e-mail (voir ici).

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous appréciez cette page, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

 

Compteur de visite