Accueil
Index général
Contacter le Webmaster
Note de copyright
Particularités & fonctionnement
Vous pouvez participer
Appel aux internautes
Liens
Dernières mises à jour
Le livre d'or
Qui suis-je ?
Mon matériel (chéri)
La page des débutants
Quelques cotes
Ma galerie photographique
Ma carte blanche
Le tableau d'honneur
Historique de l'appareil photographique
La grande histoire de Pentax®
Les appareils photographiques de l'Est
Quelques modes d'emploi introuvables
Un petit « cours » de photographie
L'alphabet russe
Les logos des marques
Des bricolages pour photographes
Les mauvais plans à éviter absolument
Les théories influençant la photographie
Les fiches techniques
Mise au point sur...
Les secrets d'une photographie
Les tests approfondis
Les tests improbables
Quid du M42 ?
La photo vue par la toute jeune génération
Faire ses débuts en photo argentique
Faire ses débuts en photo numérique
Analogique | Numérique - Une alternative
Manifeste pour la lenteur en photographie
Questions & tuyaux en photo numérique
Quel objectif pour reflex Pentax numérique ?
Un fantasme devenu possible ?
Les foires à la photo - Dénicher des occaz
Un petit tour au laboratoire
Un peu de labo numérique
Choisir son appareil photographique
Quel appareil pour quelle photo ?
Choisir son (ses) objectif (s)
Choisir son statif
Quels accessoires envisager ?
Utiliser / faire revivre les filtres
Vérifier son matériel
Que penser des Kiev et de ceux qui les modifient ?
Acheter un appareil soviétique ?
Qu'est-ce que j'peux faire ? J'sais pas quoi faire !
Les lois d'une nouvelle expérience photographique
De l'acte photographique
Le grand match
Prendre soin de ses appareils photographiques
Où faire réviser/réparer son appareil photo ?
Composition : erreurs fréquentes à éviter plus conseils
Techniques photographiques évoluées
Programmer sa propre évolution photographique
Retrouver l'inspiration photographique
Créer un studio « professionnel » à moindre frais
Projets d'expérimentations
Expériences de paléophotographie
Parlons matériel (pas marque !)
Mes photographes préférés
Quid de la lomographie ?
Dernière minute
Questions / Réponses
1001 trucs à connaître
Et si on essayait de comprendre les photos ?
Et si on essayait l'originalité ?
Et si on s'essayait à la macrophotographie ?
Et si on s'essayait au panoramique ?
Et si on s'essayait à la trichromie ?
Et si on s'essayait à l'autochrome ?
Et si on s'essayait au noir et blanc créatif ?
Et si on se construisait un appareil sténopé ?
Et si on s'essayait au moyen format ?
Et si on s'essayait au grand format ?
Photographier sans lumière ?
Photographier avec un smartphone/une tablette
Photographier avec un compact bas de gamme
Ces petits trucs qui changent tout
La photographie itinérante
Les styles en photographie
La petite histoire d'une photographie
Devenir meilleur photographe
Équipement logiciel de qualité à bas prix !
Que peut-on attendre des logiciels photo ?
Divagations
Peut-on protéger ses créations ?
Le coin des polémiques
Hommage à FERNAND BIGNON
Lettre ouverte aux (futurs) argentistes
Les photographes sont tous C H A R L I E

 

J'ai eu la chance d'être contacté par un groupe de jeunes lycéennes qui préparait un travail dans le cadre de leurs études. Rien de bien exceptionnel en somme. Mais voilà, ayant reçu la version finale de leur exposé, je me suis vu confronté à une vision dont je ne soupçonnais même pas l'étendue... Cela m'a tellement interpelé que j'ai du créer une page complète pour vous faire part de cette découverte et de libérer pour vous mes sentiments..

Si vous appréciez cette page, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Le constat Mes réactions à chaud
Que faire ? L'exemple pour l'auto-éducation
La photo argentique, un moment de nostalgie ?  


LE CONSTAT

Le travail de recherche de ces jeunes était très bien mené, rien à redire de ce côté. Ils ont bien envisagé la photographie depuis ses origines pour suivre son évolution jusqu'à nos jours (et au delà) mais à travers le prisme déformant de leur jeune regard. Bien sûr, ce n'est pas une critique que je formule ici, puisque chaque âge déforme l'histoire à la lumière de sa propre expérience !... Et c'est cette déformation qui m'a paru très intéressante et c'est pour cette raison que j'ai décidé de créer cette page !...

Pour ne rien dénaturer de leur message, je vais relever les points les plus intéressants (dans le cadre de cette page de mon site) de leurs écrits dans l'ordre chronologique d'apparition.

«
— La photographie est un art à la portée de tous.
— De la première chambre noire, en passant par les appareils argentiques et numériques jusqu'aux smartphones [...]
— La photographie argentique étant plus complexe et plus contraignante que le numérique [...] elle restera réservée aux professionnels, aux nostalgiques et aux « marginaux »
— Le message que délivre la photographie argentique est différent de celui du numérique
— La photographie argentique était considérée comme une reproduction de la réalité, c'est à dire l'installation d'un sujet face au réel
— La photographie argentique impose beaucoup plus de travail que le numérique pour aboutir au même résultat
— Grâce au numérique les professionnels réalisent des vues de plus en plus exceptionnelles
— Avec l'argentique le résultat peut être décevant
— Si on veut partager ses photos sur le net ou les stocker sur un ordinateur, le temps d'attente peut être long avec l'argentique
— L'appareil photo numérique, possède de nombreux avantages [...] qu'on puisse développer les photos chez soi, il suffit d'avoir une imprimante et du papier photo
— Les capteurs définissent la qualité de l'image en fonction du nombre de pixels
— L'appareil photo numérique présente également des inconvénients : s'il fonctionne avec des piles, il en consommera beaucoup [...] et son utilisation est plus complexe qu'un appareil argentique puisqu'il comporte de nombreuses fonctionnalités
— Puis apparaît le smartphone qui transforme profondément notre rapport à la photo. Il n'a jamais été aussi simple de prendre des clichés, de les retoucher par le biais de diverses applications comme xxx et de les partager
— En quelque sorte nous avons tous au fond de nos poches ou de nos sacs un appareil photo et un laboratoire en puissance, dès qu'un événement se produit, il suffit pour le saisir sur le vif de sortir son smartphone et en quelques secondes en faire profiter ses proches, sa famille et la planète entière grâce aux réseaux sociaux
— La révolution numérique (les smartphones) inscrit aujourd'hui la photographie dans des perspectives inenvisageables jusqu'alors, la consommation des images via les réseaux sociaux, les applications iPhone et les plateformes de partage communautaire apportent une fonction nouvelle à la photographie
— Facebook est une page où n'importe qui peut publier une photo qui sera peut-être vue par le monde entier
— Vous êtes peut être au courant mais le selfie a pris une grande place dans la vie des gens, il est devenu une norme photographique [...] Le problème est la difficulté à réussir un selfie à cause des contorsions imposées, heureusement il existe des accessoires pour simplifier le travail

»

Ils ont même effectué un micro sondage auprès d'une population de 10 à 90 ans pour prouver que :

«
— ~80% des gens possèdent un appareil photo mais que ~80% d'entre eux utilisent préférentiellement leur smartphone (tablette et autre console)
— ~70% des personnes intérrogées possédent un compte sur des réseaux sociaux

»

Et la conclusion de tout cela ?
«
La photographie est un art qui ne cesse de se développer depuis son apparition. Et comme nous le montre les méthodes actuelles de la pratique photographique, les différentes innovations concernant cet art influencent énormément sa pratique. Le smartphone est l’un des principaux facteurs. Faire une photo n’est plus un privilège rare dont les plus aisés disposaient pour se « faire tirer le portrait » ou pour une photo de famille, aujourd’hui il suffit de sortir son smartphone de sa poche pour prendre une photo rapidement et de qualité. Il ne faut plus attendre des heures pour faire une photographie qui sera peut-être ratée, si nous voulons nous pouvons prendre une centaine de photo en quelques secondes (mode rafale), puis nous pouvons, en fonction de nos envies, toutes les retoucher ou même toutes les supprimer. Les smartphones sont également un nid aux applications spécialisées en photographie, comme xxx ou xxx. Il y a, pour finir, les effets de mode photographique dont le selfie est actuellement le plus connu. Ces effets de mode combinés aux applications populaires sur smartphone sont sûrement la combinaison influençant le plus la pratique de la photo dans la vie quotidienne.
»
Les textes en italique sont signés : Del Vesco Léa / Sohler Chloé / Tarfaoui Nora / Vogel Aurélia

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES FRAGMENTS DE TEXTE REPRODUITS ICI EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DU GROUPE DE LYCÉENNES NOMMÉS CI-DESSUS

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page


MES RÉACTIONS À CHAUD

Bien sûr, face à ces jeunes étudiantes, je suis un véritable fossile. Si je respecte totalement leur vision de la photographie, je dois bien avouer qu'elle a tendance à me choquer quelque peu. Non qu'elle soit erronée, bien qu'entachée de quelques méconnaissances très légitimes pour des personnes nées à l'époque du tout numérique, mais qui soulève un problème pour la persistance de la photographie classique auprès de la relève...

Je vais donc reprendre point par point ce que j'ai relevé au paragraphe précédent en donnant mon point de vue qui, je le répète, n'a pas plus de valeur que le leur, simplement pour remettre le débat sur un pied d'équité. Le but avoué de cette page étant de faire comprendre aux jeunes générations ce qu'était la photographie d'avant le XXIème siècle, d'effacer toutes les idées erronées que les jeunes portent en eux et qui trouvent leur origine je ne sais pas trop où, la publicité peut-être...

— La photographie est un art à la portée de tous.
Ah quelle chance d'être jeune et insouciant !... La photo, de tout temps a essayé de se positionner parmi les formes d'expression artistique, sans jamais avoir pu quitter son carcan technique !... Des artistes, connu pour une autre forme d'expression on su imposer certaines photos comme des œuvres d'art, quelque rares artistes autoproclamés ont vendu très cher des images photographiées, mais ce n'est toujours pas de l'art pour autant... la photographie a toujours loupé le coche, entre la peinture qui est un art et le cinéma qui en est devenu, la photographie est toujours restée le parent pauvre du monde artistique... Et là je parle des grands photographes uniquement (!!!) autant dire que pour les autres, ce n'est plus que de la technique... La seule chose que la photographie a réussi à imposer était une vision particulière (artistique ?) de la réalité ou de la recherche en détournant la réalité ou un témoignage des événements ou un réquisitoire... et ce n'est déjà pas si mal !... Aujourd'hui, tout et n'importe quoi est considéré comme un événement : la première dent de bébé, sa dernière sortie, sa dernière cuite, tout ce qui doit être publié sur facebook ou autre !... Mais où est l'art là dedans ? La création d'une image photographique, même très belle, n'est pas de l'art ! À l'époque de l'argentique on pouvait au moins se prévaloir du qualificatif d'artisanat, mais depuis le numérique... même plus !....

— De la première chambre noire, en passant par les appareils argentiques et numériques jusqu'aux smartphones [...]
Cette phrase me fait penser, peut-être à tort, que la photographie argentique et numérique n'étaient pour la jeune génération, que des étapes pour, enfin, aboutir à la quintessence de la photographie : le smartphone !... Alors que je pense que la photographie numérique n'est déjà plus de la photographie à proprement parler puisqu'elle a perdue la technicité propre à l'argentique ainsi que son côté artisanal... mais le smartphone, lui, n'a franchement plus rien à voir du tout avec la photographie !... C'est un outil multifonctions qui ne sait rien faire convenablement et qui, entre autre, ne fait que fournir des images de piètre qualité entre les mains d'un photographe émérite et qui, entre d'autres mains, ne fait que délivrer des images créées automatiquement en laissant tout au hasard et aux automatismes... où est la création là dedans, où est la photographie ? Nulle part !... La photographie c'est savoir voir, savoir interpréter, savoir prévisualiser ce que sera l'image finale, savoir gérer les paramètres pour aboutir effectivement à l'image finale imaginée... C'est donc exactement tout l'opposé de ce que propose un smartphone !!!

— La photographie argentique étant plus complexe et plus contraignante que le numérique [...] elle restera réservée aux professionnels, aux nostalgiques et aux « marginaux »
La photographie argentique est certes complexe et contraignante. La photographie numérique de qualité l'est tout autant !... Les règles et les moyens sont les mêmes ! La seule différence entre les deux philosophies tient dans l'humidité des mains, si en argentique on passe des heures les mains dans l'eau, en numérique on passe des heures devant un écran d'ordinateur pour développer ses RAW... la différence est vraiment ténue !... Donc si la photographie argentique est à réserver à une élite, la photographie numérique doit également être réservée à cette même élite... et si travailler son image plutôt que d'appuyer bêtement sur l'écran tactile de son smartphone fait de nous des professionnels, alors pourquoi ne gagne-t-on pas tous de l'argent ; fait de nous des nostalgiques, alors pourquoi les nouveaux fanatiques de photographie argentique (qui n'ont jamais connu autre chose que le numérique) la pratiquent alors que leur parcourt ne permet nullement d'être qualifiés de nostalgiques puisqu'ils n'ont jamais connu ; pour ce qui est du terme marginaux, c'est tout autre chose... si le nivellement par le bas qui est devenu la norme en ce XXIème siècle fait que la majorité des gens se transforme en robots esclaves de leur matériel, qui les rabaisse au rang de presse bouton (virtuel en plus !) alors oui, vive les marginaux qui persistent dans les valeurs de réflexion, de recherche, de travail, d'esthétique, de signification !.... Et espérons qu'ils sauveront le genre humain du crétinisme, du consumérisme et de l'uniformisation !....

— Le message que délivre la photographie argentique est différent de celui du numérique
Si dans ces mots il faut comprendre « smartphonegraphie » dans le mot numérique, alors OUI le message est différent puisque la photographie argentique racontait quelque chose, montrait du beau ou du rêve ou bien témoignait d'une réalité alors que le smartphone ne fait que diffuser des images sans consistance, des fait négligeables, sans intérêt !... Si maintenant il faut entendre « photographie enregistrée sur carte mémoire » dans le mot numérique, alors PAS DU TOUT... le message est strictement le même ! L'âme diffèrera probablement, mais le moyen d'y arriver et la finalité sont strictement identiques !!! La photographie crée des images qui touchent l'humanité, ce qui émane des smartphones n'est qu'une marée d'images sans intérêt qui abreuvent des gens qui se sont persuadés de n'exister que par le voyeurisme de la banalité des autres qui les rassure de leur propre banalité !... Et tout cela est bien vu par big brother... pendant que chacun gravite autour de son propre nombril et qu'il se délecte de la médiocrité d'autrui, il ne se pose plus la moindre question, il ne réfléchit plus, ne s'insurge plus, ne dénonce plus, il s'abrutit, il s'englue de broutilles et obéit, suit, consomme, accepte ! Huxley, au secours, le meilleur des mondes est à nos portes !!!...

— La photographie argentique était considérée comme une reproduction de la réalité, c'est à dire l'installation d'un sujet face au réel
Ah, tiens ? Que dire des délires du dadaïsme et du surréalisme (et j'en passe) en photographie ? Nous étions dans les années 1920 et rien ne ressemblait moins à la réalité que les recherches photographiques tant à la prise de vue qu'au travail de laboratoire... c'était pourtant de l'argentique ! Que permettent les smartphones ? Tout le contraire ! Demander à une application de saturer des couleurs ou de créer un faux vignettage ne remplace nullement la réalité ! C'est exactement le contraire ! C'est l'arrivée des smartphones qui a emprisonné la photographie dans la platitude déprimante de la réalité... et avec des résultats plus que déplorables...

— La photographie argentique impose beaucoup plus de travail que le numérique pour aboutir au même résultat
Là aussi, deux remarques : d'abord l'argentique ne demande pas plus de travail que le numérique, ou plutôt le numérique ne demande pas moins de travail que l'argentique. Les règles de la photographie sont générales et s'appliquent autant à l'argentique qu'au numérique. Reste le travail de laboratoire qui durait des heures en chambre noire pour l'argentique et qui dure des heures en chambre claire en numérique... Ensuite il y a le résultat... et on ne peut vraiment pas dire qu'il soit le même ! L'argentique fournit, grâce au grain, une image plus poétique, plus vivante et plus naturelle alors que le numérique fournit des images plus léchées, plus lisses et plus techniques...

— Grâce au numérique les professionnels réalisent des vues de plus en plus exceptionnelles
FAUX et archi faux ! Ce qui peut sembler exceptionnel en numérique c'est le travail sur logiciel APRÈS la prise de vue. Mais il n'est rien que peut faire un logiciel de traitement d'image qui ne soit faisable en laboratoire argentique ! La seule différence c'est qu'à l'époque de l'argentique il fallait être aussi bon à la prise de vue qu'au laboratoire, en numérique la formation au travail sur logiciel est plus facile que la formation en laboratoire donc, aujourd'hui, n'importe qui (et pas uniquement les professionnels) est capable de réaliser des prouesses qui étaient réservées aux meilleurs photographes de l'époque argentique !...

— Avec l'argentique le résultat peut être décevant
Certes, mais la remarque est trop tranchée. Si en argentique le résultat PEUT être décevant, en numérique il a TOUTES LES CHANCES d'être décevant !... Cela est du au fait qu'en argentique on ne dispose au mieux que de 36 vues sur un film petit format, une petite dizaine en moyen format et une seule en grand format. Donc un sujet doit en valoir la peine pour intéresser le photographe. En plus, le photographe prendra la peine de travailler son image au mieux avant de déclencher !... En numérique, les cartes mémoires autorisent une autonomie de plusieurs centaines de vues, donc on se moque et du sujet et de la façon de le traiter, on fait du grand n'importe quoi en se disant qu'on pourra toujours effacer en fin de compte... alors qu'on finit par tout garder et être envahi par des milliers, des millions, des milliards de clichés sans intérêt, plein les disques durs, pleins les DVD, plein internet... c'est exactement ce que l'on appelle l'inflation... la quantité augmentant, la valeur diminue !...

— Si on veut partager ses photos sur le net ou les stocker sur un ordinateur, le temps d'attente peut être long avec l'argentique
Parce que, bien sûr, la finalité d'une photo est l'oubli au fond d'un ordinateur ? Une image sans intérêt peut très bien finir sa vie à peine enregistrée au fond d'un dédale désorganisé de répertoires sur un disque dur alors qu'une bonne photographie a une destinée toute autre : sa forme définitive est la forme papier et en grand format si possible ! Une photo vit sur le papier, elle est touchée en même temps qu'observée, analysée, appréciée... Observée sur un écran d'ordinateur elle devient totalement dématérialisée, perd ses nuances, perd ses dimensions (surtout si cadrée verticalement), perd son âme et son intérêt ! Et le net dans tout cela ? Ce n'est pas mieux que les disques durs... le net devient un cloaque où l'on trouve des images de tout type et de tout niveau de qualité et d'intérêt : les meilleures sont noyées dans le flot des nulles. Le partage d'une image papier est un vrai partage et tant pis s'il faut l'acheminer par la poste ou même attendre son prochain déplacement pour l'apprécier et/ou l'acquérir !... C'est là toute la différence qu'il existe entre une photographie chargée de sentiment, de travail, d'application et une bête image prise à la va vite sans attention et sans application et jetée sur le net comme on jetterait des graines aux oiseaux... et encore, quand on jette des graines aux oiseaux c'est avec un sentiment d'amour pour les animaux, donc je dirai que publier une image sur le net n'a pas plus de valeur que de jeter une photo papier dans une poubelle !

— L'appareil photo numérique, possède de nombreux avantages [...] qu'on puisse développer les photos chez soi, il suffit d'avoir une imprimante et du papier photo
Ah nous y voilà ! À force de ne plus rien faire autrement que par automatisme on finit par ne même plus savoir de quoi on parle et pourtant on parle et de plus en plus !... Depuis quand imprimer une image signifie la développer ? Développer une image c'est la faire passer d'un état d'image latente à un état d'image réelle, donc c'est réservé à l'argentique. Si on travaille en numérique, le développement peut être envisagé uniquement si on travaille en image brute (RAW) qui ne peut pas être gérée par les ordinateurs (elle est donc latente) et qu'il faut développer avec des logiciels spécialisés (Adobe CameraRaw / CaptureOne / Lightroom etc.) pour la rendre lisible par les systèmes informatiques. Hormis ces deux cas, le mot développement n'a aucune raison d'être... et l'impression sur un support n'a strictement RIEN à voir avec un développement... un tirage tout au plus !!!...

— Les capteurs définissent la qualité de l'image en fonction du nombre de pixels
Et bien, justement, non ! Le capteur numérique, comme le film d'ailleurs, définit la qualité (technique) d'une image en fonction de sa surface ! Plus la surface est importante et plus l'image sera de bonne qualité technique. En argentique, une image provenant d'un négatif petit format sera convenable, une image provenant d'un négatif moyen format sera bonne, une image provenant d'un négatif grand format sera excellente !... En numérique c'est une question de taille de capteur : un smartphone ayant le plus petit capteur qui soit fournira des images de mauvaise qualité, un compact (ou un bridge) ayant un capteur plus grand donnera des images de qualité moins mauvaise, un capteur de format APS donnera des images de qualité convenable, un capteur plein format donnera des images de bonne qualité, un capteur moyen format donnera des images d'excellente qualité. Rien à voir avec le nombre de pixels !... Un smartphone qui délivre des images de 20 mégapixels (oui ça existe !) donnera des images d'une qualité innommable par rapport à un capteur APS-C de 3 mégapixels !!! Le nombre de pixels ne permet de fournir qu'une taille d'impression ou d'affichage écran, c'est tout ! Avec 3 mégapixels on pourra imprimer un A5 voire un A4, avec 20 mégapixels on pourra imprimer un A3 voire un A2. C'est tout ce que permet de faire un nombre de pixels... maintenant, libre à vous d'imprimer un A2 de qualité ignoble, mais personnellement je préfère imprimer un A5 d'excellente qualité !...

— L'appareil photo numérique présente également des inconvénients : s'il fonctionne avec des piles, il en consommera beaucoup [...] et son utilisation est plus complexe qu'un appareil argentique puisqu'il comporte de nombreuses fonctionnalités
Mythe, encore un mythe ! Il y a bien longtemps que les appareils photo argentiques ne fonctionnent plus sans pile !!! Certes ils consomment moins d'énergie puisqu'ils sont dépourvus d'écran LCD mais c'est la seule différence ! Au passage, un appareil numérique crée une image électronique et qui dit électronique dit électricité donc un appareil numérique fonctionne obligatoirement avec des piles (ou des batteries, mais c'est exactement la même chose !). Quant à la complexité d'utilisation, sachez qu'un appareil numérique n'offre absolument aucune fonctionnalité que n'offre un appareil argentique (à part la vidéo, bien sûr !). Tout a été inventé à l'époque de l'argentique, absolument tout ! L'appareil numérique ne fait que transformer l'information analogique (la lumière qui pénètre l'appareil) en message informatique, c'est tout... donc un appareil numérique n'est absolument rien de plus qu'un appareil argentique a qui on a greffé un peu d'électronique en plus pour créer des fichiers informatiques...

— Puis apparaît le smartphone qui transforme profondément notre rapport à la photo. Il n'a jamais été aussi simple de prendre des clichés, de les retoucher par le biais de diverses applications comme xxx et de les partager
Bon, puisqu'il semblerait que le smartphone représente l'évolution ultime de l'appareil photographique, oui, en effet, il n'a jamais été aussi simple de prendre des clichés (les termes sont bien choisis : ici on ne fabrique pas une photographie, on ne fait que capturer de la lumière !), mais les petits compacts de bas de gamme sont moins chers, ne sont pas plus compliqués à utiliser et donnent de meilleurs résultats. Par contre, dire que l'utilisation des applications que l'on peut télécharger dans un smartphone permettent la retouche d'image, c'est méconnaître jusqu'au concept de la retouche photo, on pourra tout au plus, ici, donner un aspect moins banal à l'image bâclée que fournit le smartphone.

— En quelque sorte nous avons tous au fond de nos poches ou de nos sacs un appareil photo et un laboratoire en puissance, dès qu'un événement se produit, il suffit pour le saisir sur le vif de sortir son smartphone et en quelques secondes en faire profiter ses proches, sa famille et la planète entière grâce aux réseaux sociaux
Ce qui me choque le plus dans cette vision de la photographie c'est que le réseau social fait partie intégrante de la démarche photographique !... Mais bon, admettons. Pour ce qui est de l'appareil photo et du laboratoire, j'ai déjà donné mon sentiment. Reste la notion d'événement. Comment les choses banales de la vie de chacun ont pu, un jour, se hisser au statut d'événement ? Parce qu'il ne faut pas se leurrer, si, il y a encore peu de temps, il fallait une catastrophe naturelle, un accident d'avion ou de train, une guerre, une épidémie pour parler d'événement, aujourd'hui, la simple apparition d'un bouton d'acné, ou la beuverie privée de la veille sont considérés comme des événements dont il faut faire profiter la planète entière via les réseaux sociaux !!! Et oui, c'est de cela que sont remplis les réseaux sociaux : voici ma nouvelle copine, t'as vu mon chien comme c'est rigolo ce qu'il fait ? Tous ces événements dont tout le monde se fout éperdument !...

— La révolution numérique (les smartphones) inscrit aujourd'hui la photographie dans des perspectives inenvisageables jusqu'alors, la consommation des images via les réseaux sociaux, les applications iPhone et les plateformes de partage communautaire apportent une fonction nouvelle à la photographie
Et justement, le problème est là ! Ce qui est appelé révolution n'est en fait qu'un simple demi-tour : comme au tout début de la photographie, comme au tout début du téléphone, comme au tout début de n'importe quel gadget, on s'émerveille de rien, on prédit un vrai changement de société avec... du vent !... Est-ce cela la fonction nouvelle de la photographie ? La négation même du principe et du rôle de la photographie ? La photographie devient image de grande consommation (sous entendu à peine créée, montrée ; à peine montrée, jetée), devenue si futile qu'elle n'a plus besoin de rien : ni (auto)formation, ni travail de recherche, ni recherche d'esthétique, ni construction, ni création ! Et en parallèle on se permet de dire que c'est de l'art ? Mais ce n'est même plus de la publicité à ce niveau... c'est de la pollution ! Du gaspillage de ressources naturelles, du gaspillage d'électricité pour faire tourner les ordinateurs et l'internet pour transmettre du... rien !

— Facebook est une page où n'importe qui peut publier une photo qui sera peut-être vue par le monde entier
Oui, bien dit ! Mais j'aurais formulé la chose différemment : Facebook est une page où n'importe qui peut publier n'importe quoi, qui n'intéresse absolument personne, qui n'est regardé par personne et qui s'impose à tous à travers le monde ! Une photographie se méritait, il fallait aller la chercher pour éprouver le plaisir de son esthétique, de la force de son message, pour partager la vision et l'émotion du photographe qui l'avait créée... ce n'était pas ces images au rabais qui violent l'intellect général en forçant l'intimité des gens en balade sur le net ! On est passé, en quelques années, d'une grande liberté de création à une véritable dictature de la mauvaise image !... Ah, elle est belle la révolution numérique !...

— Vous êtes peut être au courant mais le selfie a pris une grande place dans la vie des gens, il est devenu une norme photographique [...] Le problème est la difficulté à réussir un selfie à cause des contorsions imposées, heureusement il existe des accessoires pour simplifier le travail
Et nous voilà arrivé au pire du pire de la déchéance de la photographie ! Après des siècles de recherche pour essayer à créer un portrait, d'abord à l'aide de la peinture, puis à l'aide de la photographie, après de superbes réussites grâce à ces nobles techniques, on en est arrivé à ériger le photomaton au rang d'art majeur ! Si ce n'est pas de la décadence, je ne sais pas du tout comment appeler ça !... Et être décadent ne suffit plus, en plus il faut être fainéant ! Fini le travail photographique, on se facilite la vie grâce au smartphone et en plus, les efforts exigés par l'exercice (de simples contorsions je le rappelle !) sont encore trop insurmontables... il faut se créer des béquilles !... Pauvre monde, pauvre humanité ! L'homme deviendrait-il une larve qui se doit de se montrer en exemple ? J'en ai bien peur !...

— ~80% des gens possèdent un appareil photo mais que ~80% d'entre eux utilisent préférentiellement leur smartphone (tablette et autre console) ET ~70% des personnes intérrogées possédent un compte sur des réseaux sociaux
Rien n'a été précisé ici, mais je serais curieux de découvrir la répartition de leur effectif selon l'âge, selon le milieu socio-professionnel ou socio-éducatif pour fournir des chiffres pareils !!! Déjà le nombre de sexagénaires et plus doit être sous représenté par rapport à la pyramide des âges de la société française (et je ne parle même pas des nonagénaires qui n'ont même probablement aucune idée de ce que peut être un réseau social !!!). L'effectif ne peut pas être représentatif pour permette une telle promotion de la vision des auteurs !... Et je n'en dirai pas plus.

— et puis il y a leur conclusion
À la lumière de mes réactions exposées dans ce paragraphe, il n'est pas utile de repasser les plats !... Je tiens simplement à reprendre une phrase de cette conclusion : nous pouvons prendre une centaine de photo en quelques secondes, puis nous pouvons toutes les supprimer. Et voilà le plus gros défaut de la photographie numérique... plutôt que de chercher l'excellence en amont, on compte sur la quantité dans l'espoir d'obtenir une seule bonne image par accident (ou par chance)...
____________

C'est drôle (pour ne pas dire tragique !) de se sentir dans la peau du dernier des mohicans... Je me savais en cours de fossilisation mais, après la lecture de la vision de la jeune génération au sujet de la photographie, j'ai pris, en quelques minutes, plusieurs siècles dans les dents !... Mais puisque l'avenir leur appartient, je n'ai plus rien à dire, la raison du plus jeune est toujours la meilleure... Je vais donc essayer de poursuivre dans la bonne vieille voie que je connais, en espérant que certains représentants de cette génération montante rencontreront la photographie, la vraie, même numérique, et permettront de la perpétuer encore un peu !... On a souvent craint de ne plus trouver de films à plus ou moins court terme, aujourd'hui je pense qu'on a plus à craindre la disparition pure et simple de la photographie que la disparition des films !...
____________

Désolé, mes mots pourront vous paraître durs, mais c'est cela que l'on appelle le choc des générations... croyez bien que cela me fait mal de me retrouver dans la peau de celui que je critiquais il y a encore peu de temps... mais ainsi va la vie, chacun son tour !...

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page


QUE FAIRE ?

En fait, il n'y a rien à faire. J'irai même plus loin en disant qu'il ne faut absolument rien faire ! Le but sublime de la photographie est le plaisir ! Celui qui trouve son plaisir dans la diffusion de ses selfies essaimés à travers le monde sur les réseaux sociaux a tout autant le droit de tirer du plaisir de ses images que celui qui utilise une chambre grand format pour tirer des images gigantesques qu'il n'exposera jamais !...

Je parlais dans l'article précédent de l'espoir de voir survivre la photographie... En fait, il s'agissait d'un effet de suspens puisque je sais très bien, pour recevoir des mails de lecteurs qui me disent que rassasiés de la photographie au smartphone se sont tournés vers un reflex numérique il y a peu et qui souhaitent maintenant s'essayer à la photo argentique !... Donc la relève est assurée. Je ne dis pas que tous les jeunes vont se détourner de la « smartphonegraphie », mais je suis certain que nombreux seront ceux qui, gavés par cet exercice frustrant car sans initiative, vont essayer de faire de la belle photographie travaillée, pas forcément en argentique mais de la photographie tout de même.

Ceci n'est pas étonnant ! Tout le monde avait prévu la mort de la peinture avec l'avènement de la photographie... et... rien ! Tout le monde avait prévu la mort de la photographie avec l'avènement du cinéma... et... rien ! Tout le monde avait prévu la mort de la photographie avec l'avènement de la vidéo... et... rien ! Et c'est très heureux ainsi ! La multiplication des outils de création multiplie l'émergence de créateurs et l'accroissement de la culture !... Je ne dis pas que tous les outils se valent, c'est vrai que j'ai une dent contre les smartphones, mais si ces derniers rencontrent leurs adeptes, ils survivront, sinon, ils disparaîtront ou s'adapteront pour fournir une meilleure qualité d'image... Et, au pire, si la lomographie permet à des jeunes numéristes de mettre un pied dans le monde de l'argentique, qui sait si un jour ces nouveaux convertis ne feront pas de la chambre grand format ? De la même manière, si le smartphone permet à des gens de mettre le pied dans le monde de l'image, qui sait si un jour il n'y en aura pas qui feront de la grande photographie, qu'elle soit numérique ou argentique ?

Tout n'est que question de prise de conscience. Ce n'est pas en imposant un point de vue que l'on peut faire évoluer les choses, bien au contraire ! Laissons à chacun la liberté de choisir son mode d'expression. Ce dernier évoluera dans le temps, se maturera jusqu'à s'imposer de lui même, un jour.

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page


L'EXEMPLE POUR L'AUTO-ÉDUCATION

Le plus gros problème pour un jeune débutant est la méconnaissance des possibilités de la photographie. Si on débute simplement avec un smartphone, tout est simple et on peut prendre des images et s'en contenter... pour un temps. Puis on passe à un vrai appareil photographique et c'est là que tout commence, on s'aperçoit qu'on ne peut pas en tirer grand chose de plus qu'avec un smartphone... mais puisqu'on a investi, il faut bien se former. Aux techniques de base d'abord et pour cela le nombre de livres et de sites internet sont légions. Par contre on ne pense pas toujours à chercher ce qui a déjà été fait par des grands noms pour voir jusqu'où on peut espérer aller. Et c'est là qu'apparaissent les idées préconçues du type on obtient la même chose avec un smartphone qu'avec un matériel photographique très cher... ou bien du type avec le numérique on peut faire des choses extraordinaires auxquelles on n'avait pas accès en argentique...

Le but de cet article n'est pas de concentrer en une seule page tous les excellents travaux photographiques de l'histoire ! Il n'est pas plus le lieu qui vous donnera les adresses des sites des grands noms à visiter ! L'auto-éducation passe par une phase de recherche personnelle que personne ne pourra choisir à votre place !

Aussi, j'ai décidé de ne reproduire ici que quelques images argentiques improbables que l'on n'est prêt à imaginer qu'en numérique et pourtant... que le laboratoire argentique permet tout autant avec un minimum de talant !... Visitez donc les sites photographiques sérieux et oubliez les pages des réseaux sociaux, vous découvrirez les possibilités infinies de la photographie.

Une composition improbable et surréaliste créée à partir de plusieurs négatifs couleur et noir et blanc plus colorisation à la main. Cette photographie a été titrée (fort justement) Fertondeuseàgazonélectrique .
Toujours aussi improbable pour une photographie argentique, et pourtant ! Si tout le monde aujourd'hui peut penser que Photoshop permet des créations impossibles, peu d'entre nous pourrait imaginer les mêmes prouesses au laboratoire argentique ! Peut-on toujours dire que la photo argentique était prisonnière de la réalité ?
Et oui, une photographie argentique peut être délirante et en même temps sembler créée sur le vif ! Quel smartphone et quelle application permettrait un tel résultat pourtant obtenu en laboratoire argentique ?
Et même en restant dans le réalisme le plus pur, dès la prise de vue, il y a toujours la possibilité de montrer le monde sous un aspect inhabituel. Mais le rendu des détails et de la matière par une gamme de valeurs importante ainsi que la maîtrise de la lumière demande un important travail tant à la prise de vue qu'au laboratoire. Et aujourd'hui encore, aucun capteur numérique, si grand soit-il, si cher soit-il, n'est encore capable de reproduire tous les tons que reproduisent les films argentiques

Et puis, juste pour le plaisir, un dernier exemple :

Un superbe travail de précision !...

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page


LA PHOTO ARGENTIQUE, UN MOMENT DE NOSTALGIE ?

Depuis le premier article de cette page, il y a déjà plus de 3 ans, on remarque que certains photographes redécouvrent les joies de la photographie argentique et, étrangement, ce sont surtout des jeunes, de ces générations qui sont nées alors que le numérique dominait déjà outrageusement le paysage photographique (voire l'occupait déjà en totalité). Cette technique de reproduction d’images ne peut se comparer au numérique malgré les avantages certains de celui-ci. L'attente devant la cuve de développement qui rappelle l'attente des 12 coups de minuit le 25 décembre, enfants... La surprise et l’émerveillement lorsque l’on découvre ses images qui apparaissent progressivement sur le papier est non seulement unique, mais rien ne peut remplacer cet instant. L’argentique, c’est magique, un plaisir pour les yeux. Il y dans ce procédé de création d’images un quelque chose d’indéfinissable que l’on ne retrouve pas avec le numérique. Et puis les boîtiers... c'est un plaisir d'utiliser un boîtier argentique, c'est totalement différent des boîtiers numériques, même des reflex haut de gamme...

Depuis quelques années, des vieux boîtiers qui rouillaient au grenier, retrouvent peu à peu de leur valeur. Ces nouveaux passionnés d’argentique redécouvrent le plaisir du processus photographique qui s’inscrit dans une recherche personnelle et intimiste de création par le biais d’un appareil et d’une technique de développement qui se sont endormis avec l'arrivée du numérique.

À l’heure du numérique et du post-traitement par de puissants logiciels, l’argentique est en train de se tailler une place inattendue entre les mains de certains nouveaux passionnés de photo. Les appareils anciens ont la faveur de ces passionnés, toutes les marques, même les moins prestigieuses, trouvent une place non négligeable auprès de ces jeunes, avides de redécouvrir une époque qui leur semble lointaine.

« Nous sommes des jeunes passionnés par de vieux appareils, souvent ceux de nos parent ou de nos grands-parents, oubliés dans un tiroir ou une vielle malle. Nous redécouvrons l’argentique avec des Polaroïds, des Rolleiflex et des ancien appareils Contax ou Zeiss. » me disaient il y a peu des nouveaux convertis. Ils ajoutaient même, et cela m'a surpris : « L’argentique pousse le photographe à une réflexion ; c’est une autre façon de faire des photos. Contrairement au numérique, nous ne pouvons pas nous permettre de mitrailler. On ne prend pas 12 photos en une fraction de seconde comme avec les APN et leur mode rafale. Il faut savoir réfléchir, bien étudier l’angle de prise de vue, car quand vous avez 12 ou 24 pose, vous ne pouvez pas vous permettre d’essayer n’importe quoi. Il faut savoir prendre son temps et étudier la scène qui se présente. ». Je ne vous cacherai pas la joie qui m'a envahi en entendant de tels propos... c'est exactement ce que je prêche depuis des années dans ce site !... Il est vrai que les jeunes dont je parle ici sont bien plus âgés que ceux dont il était question en haut de page...

La photographie a, semble-t-il, un effet bizarre. Je ne sais pas comment appeler cela, je peux encore moins l'expliquer mais c'est ainsi ! La nostalgie ? Oui, mais la nostalgie fait référence à une chose que l'on a connu, apprécié et qui a disparu. Personnellement je me suis découvert la nostalgie des boîtiers des années 1950, années que je n'ai jamais connues ! Et voilà que des jeunes nourris au numérique depuis leur naissance ressentent également la nostalgie d'un temps et d'un monde qu'ils n'ont jamais connu... Étrange, non ?

Si certains cherchent à produire une photo parfaite, sans bruit et sans vignetage, ils resteront scotchés au numérique, d’autres s’intéressent à l’argentique pour la beauté des boîtiers qui n’ont rien à voir avec les appareils numériques austères et souvent noirs, mais aussi pour le plaisir de cette expérience unique de se retrouver dans un labo à manipuler des produits chimiques.

Mais est-ce l’effet « vintage » qui est à la mode ? Je pensais que le vintage s'était éteint il y a quelques années déjà ! La photographie argentique n’a pas fini de fasciner, elle ouvre aux autres, fait découvrir un mode photographique relaxant, permet de communiquer, de partager... Le plus fou est de voir la place grandissante de la photo argentique (noir et blanc) dans les différents média sociaux !!! Non contents de découvrir l'argentique, ces nouveaux convertis s'investissent énormément dans leur travail photographique, c'est à croire qu'ils essayent de sauver un art malheureusement en cours d'oubli !... et j'exagère à peine ! Ils sont curieux, cherchent et posent des questions très judicieuses, se critiquent eux-mêmes ou entre eux et avec des arguments qui n'ont aucun point commun avec les critiques acerbes que l'on retrouve sur les pages de photographie numérique. Ils échangent leurs expériences et en découvrent d'autres à chaque jour... C'est la course pour sauver les bébés phoques, les ours polaires ou les éléphants... Je ressens un bouillonnement positif comme dans le bon vieux temps des années 1970, un enthousiasme qui secoue la morosité de nos temps troublés !...

Assistons-nous, enfin, à la renaissance de la photographie ? Fini la course aux marques, aux dernières innovations, à la course à l'échalote photographique ? En aura-t-on bientôt fini des smartphones à 50 méga pixels, aux selfies et aux contorsions inesthétiques des utilisateurs -et je ne parle même pas de la qualité artistique qui en émane- ? Ou bien assistons-nous à un effet de mode fugace ? J'espère sincèrement que la première hypothèse soit la bonne et qu'elle perdurera longtemps. C'est le but de mon site et j'espère qu'il peut apporter un grain de sable à l'édifice !...

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page





Flag Counter
En savoir plus