Accueil
Index général
Contacter le Webmaster
Note de copyright
Particularités & fonctionnement
Vous pouvez participer
Appel aux internautes
Liens
Dernières mises à jour
Le livre d'or
Qui suis-je ?
Mon matériel (chéri)
La page des débutants
Quelques cotes
Ma galerie photographique
Ma carte blanche
Le tableau d'honneur
Historique de l'appareil photographique
La grande histoire de Pentax®
Les appareils photographiques de l'Est
Quelques modes d'emploi introuvables
Un petit « cours » de photographie
L'alphabet russe
Les logos des marques
Des bricolages pour photographes
Les mauvais plans à éviter absolument
Les théories influençant la photographie
Les fiches techniques
Mise au point sur...
Les secrets d'une photographie
Les tests approfondis
Les tests improbables
Quid du M42 ?
La photo vue par la toute jeune génération
Faire ses débuts en photo argentique
Faire ses débuts en photo numérique
Analogique | Numérique - Une alternative
Questions & tuyaux en photo numérique
Quel objectif pour reflex Pentax numérique ?
Un fantasme devenu possible ?
Les foires à la photo - Dénicher des occaz
Un petit tour au laboratoire
Un peu de labo numérique
Choisir son appareil photographique
Quel appareil pour quelle photo ?
Choisir son (ses) objectif (s)
Choisir son statif
Quels accessoires envisager ?
Utiliser / faire revivre les filtres
Vérifier son matériel
Que penser des Kiev et de ceux qui les modifient ?
Acheter un appareil soviétique ?
Qu'est-ce que j'peux faire ? J'sais pas quoi faire !
Les lois d'une nouvelle expérience photographique
De l'acte photographique
Le grand match
Prendre soin de ses appareils photographiques
Où faire réviser/réparer son appareil photo ?
Composition : erreurs fréquentes à éviter plus conseils
Techniques photographiques évoluées
Programmer sa propre évolution photographique
Retrouver l'inspiration photographique
Créer un studio « professionnel » à moindre frais
Projets d'expérimentations
Expériences de paléophotographie
Parlons matériel (pas marque !)
Mes photographes préférés
Quid de la lomographie ?
Dernière minute
Questions / Réponses
1001 trucs à connaître
Et si on essayait de comprendre les photos ?
Et si on essayait l'originalité ?
Et si on s'essayait à la macrophotographie ?
Et si on s'essayait au panoramique ?
Et si on s'essayait à la trichromie ?
Et si on s'essayait à l'autochrome ?
Et si on s'essayait au noir et blanc créatif ?
Et si on se construisait un appareil sténopé ?
Et si on s'essayait au moyen format ?
Et si on s'essayait au grand format ?
Photographier sans lumière ?
Photographier avec un smartphone/une tablette
Photographier avec un compact bas de gamme
Ces petits trucs qui changent tout
La photographie itinérante
Les styles en photographie
La petite histoire d'une photographie
Devenir meilleur photographe
Équipement logiciel de qualité à bas prix !
Que peut-on attendre des logiciels photo ?
Divagations
Peut-on protéger ses créations ?
Le coin des polémiques
Votre labo numérique idéal
Compétences photographiques
Apprendre à voir
Tout, tout, tout, sur l'exposition...
/Le summum de la vie d'une photo: l'expo photo
Photographier avec...
Hommage à FERNAND BIGNON
Lettre ouverte aux (futurs) argentistes
Vous témoignez
Les photographes sont tous C H A R L I E

PHOTOGRAPHES N'ÉCOUTEZ PAS LES AUTRES, C'EST VOTRE RÊVE

Courrir après votre rêve semble merveilleux et romantique. Mais dans la vraie vie, il y aura toujours beaucoup de gens qui vous diront de ne pas le faire, peu importe ce que vous envisagiez de faire de créatif. Nous allons envisager ici pourquoi vous ne devriez pas écouter ces personnes et pourquoi vous devriez plutôt suivre votre rêve.

Tout le monde a certainement déjà vécu cette expérience au moment de créer du contenu... La majorité de nos amis nous ont dit de ne pas nous fatiguer : « Il y tellement de photographes amateurs et professionnels », « Tu as loupé le train », « Tu as presque cinquante (au pif) ans, tu devrais te concentrer sur quelque chose de plus pragmatique », « Internet est presque saturé de sites de photographie ». Personnellement, je n'ai pas écouté ces commentaires et mon site ne marche pas si mal et je fais des photos qui me plaisent et qui plaisent (souvent) lors des expositions amateures. C'est peu de chose, certes, mais cela suffit pour me sortir de ma routine et participe à me faire me sentir heureux...

Malheureusement, beaucoup trop de gens ayant un rêve ont écouté des commentaires décourageants comme ceux-là... Voici comment je les conseillerai, une réponse brève, sobre et brutalement honnête : « faites attention à qui vous donne le conseil ».

Et cela peut signifier deux choses : Tout d'abord, les conseilleurs sont souvent des amis qui ont renoncé à leurs propres ambitions. « La misère adore la compagnie », dit-on. Ce n'est pas que ces amis veulent faire du mal ou qu'ils soient pervers, leur motivation est purement inconsciente. L'autre chose est le domaine d'expertise de quiconque qui conseille d'abandonner. Être créateur de contenu ou de beau n'a pas de prix, même si cela a un coût certain. Le fait est que les personnes qui vous conseillent d’abandonner ne sont généralement pas des experts dans ce domaine. Ils peuvent être brillants en maths, en sciences, en langues étrangères ou dans tout ce qu’ils aiment, mais ils ne connaissent tout simplement pas le domaine qui vous motive et pourtant ils donnent un conseil que vous ne devriez pas suivre. « Si vous vivez votre vie en acceptant le point de vue d'autrui sur votre façon de vivre, vous méritez votre inaction, votre résignation et votre vie terne ». Il ne faut pas écouter les voix extérieures parce que vous allez le regretter, un jour ou l'autre. Préférez-vous apaiser les inconvénients du moment ou souhaitez-vous vieillir et regretter votre vie ?

Pour une explication moins généraliste, je vais prendre un exemple vécu qui montre que prendre l'avis d'autrui n'est qu'une perte de temps !... Un ami, photographe professionnel, a fait une expérience. Il a publié sur différents réseaux (a)sociaux, deux portraits très glamours et très léchés, deux portraits superbes d'une modèle superbe. Ces portraits étaient accompagnés de la légende suivante : « laquelle préférez-vous et pourquoi ? ».

S'il avait dû attendre les opinions des autres pour choisir la photo à inclure dans son portfolio professionnel, il aurait eu quelques difficultés. Près de 400 commentaires ont été postés et le résultat est à peu près égal à 50/50. Ceux qui ont aimé la première image ont complimenté l'expression du modèle et la composition de la première photo, et ils ont détesté la pose de la deuxième. Dans le groupe qui a aimé la deuxième photo, les gens ont aimé les lignes de repère, ainsi que l'expression du modèle et ils ont détesté la première photo à cause de l'expression du modèle (que le premier groupe a aimé). En outre, la majorité des gens ont complimenté le beau modèle. Et qu'est-ce que tout cela a laissé à mon ami photographe ? ... Rien !... Les deux groupes avaient de bons arguments pour et contre les deux images. Objectivement, les deux photos sont excellentes, c'est juste une question de goût !. Et comme les goûts des autres ne sont pas les mêmes que les vôtres, leurs avis ne peuvent pas être utiles à vos progrès futurs. De plus, ils peuvent même les empêcher, car l'opinion des autres peut influencer vos décisions futures et vous faire douter de votre instinct de création...

Ne tenez aucun compte des réflexions et des conseils des autres... si vous souhaitez être créatif et libre de créer, courrez après votre rêve, il y aura toujours beaucoup de gens qui vous diront de ne pas le faire, peu importe ce que vous envisagez de faire... Donc faites !... Si vos traveaux vous satisfont, vous aurez gagné votre pari, vos créations trouveront leurs spectateurs dès lors que vous y mettrez de la sincérité et une bonne part de vous...

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page


QUELQUES EXERCICES POUR STIMULER VOTRE CRÉATIVITÉ

La créativité n'est pas un don du ciel ! La créativité n'est pas un don de la génétique ! Partant, il doit bien exister des moyens de muscler cette qualité que nous pouvons tous avoir au fond de nous... Cela nous arrive tous, de temps en temps, nous nous heurtons à un mur de créativité et les idées ne viennent tout simplement pas. C'est là que ma comparaison avec un muscle de créativité trouve tout son intérêt ! Heureusement, il existe des moyens de surmonter le blocage créatif et de stimuler la passion photographique et de s'améliorer. Voici donc quelques petits exercices simples que vous pouvez pratiquer régulièrement... vous verrez que votre évolution photographique trouvera un nouveau souffle !...

☺ 24 images : Trouvez un lieu qui vous convient, choisissez l’endroit où vous vous tenez et prenez 24 photos uniques de là, sans vous déplacer. Où est le piège ? Restez exactement au même endroit pour les 24 images et ne répétez pas les images...

☺ Dix pour un : Choisissez un petit sujet et faites-en 10 photos uniques. Gardez à l'esprit que plus le sujet est petit, plus le défi sera grand. Approchez-vous, utilisez des objectifs macro, créez des images abstraites… Tirez le meilleur parti du sujet.

☺ Quatre pour un : Choisissez un sujet et créez quatre photos de celui-ci. Pour chaque photo, le sujet doit être représenté sous un angle différent.

☺ Auto restrictions : Créez-vous des restrictions pour vous-même pour un jour, une semaine… voire un an. Par exemple, n'utiliser qu'un seul objectif, ne se placer qu'à un seul endroit, travailler uniquement en noir et blanc, ou en couleur ou n'utilisez que des films (oubliez le numérique). Les possibilités sont pratiquement infinies.

☺ Exposer "un seul rouleau de film" : Un nombre limité de prises de vue avec des appareils photo argentiques vous permet de bien réfléchir à vos images avant d’appuyer sur le déclencheur. D'accord, vous ne possédez peut-être pas d'appareil argentique, alors prenez votre appareil photo numérique, masquez l'écran LCD arrière, et ne faites que 12, 24 ou 36 photos.

☺ 12 abstractions : Prenez 12 photos abstraites d'un seul objet. Choisissez des objectifs en fonction de la taille de l'objet et jouez.

☺ 1 objet portatif : Trouvez quelque chose que vous pouvez emporter avec vous, quelque chose de petit et de léger à mettre dans votre sac photo ou dans votre poche. Ce sera votre sujet... à vous d'essayer de l'intégrer à vos photos à différents endroits.

☺ 1 non-selfie : Un non-selfie ? Un quoi ? Pour le dire simplement - ce n'est pas un selfie, c'est un autoportrait (et il y a des sacrés différences entre les deux... il faudra que je crée des articles sur le sujet !... Rappelez-le-moi s'ils n'apparaissent pas bientôt...). Donc, pour cet exercice, ne prenez pas de selfie, mais un autoportrait significatif qui raconte une histoire avec vous en star.

☺ Le tirage au sort : C'est un peu plusieurs exercices en un. Prenez une feuille de papier et notez les restrictions ou les sujets spécifiques sur lesquels vous souhaitez vous concentrer. Découpez chacun idée et mettez-les dans un bol ou un chapeau. Maintenant, prenez-en un, surprenez-vous et concentrez-vous sur cette restriction pendant une semaine ou un mois et continuez jusqu'à ce qu'il n'en reste plus...

☺ La mise en danger : Essayez un genre de photographie différent. Par exemple, si vous faites principalement des portraits en studio, sortez et essayez la photographie de rue ou de paysage. Si vous êtes un photographe animalier, essayez la photo de sport. Puisqu'il s'agit plutôt de sortir de votre zone de confort, j'aimerais ajouter autre chose : shootez dans les conditions auxquelles vous n'êtes pas habitué. Par exemple, si vous ne travaillez généralement pas par mauvais temps, faites-le...

☺ Les neuf éléments : Créez neuf photographies uniques, chacune mettant en valeur l'un des neuf éléments de l'art : lumière, ombre, ligne, forme, texture, couleur, taille et profondeur. Puis, en bonus, vous pouvez ajouter mise au point, tonalité, qualité de la lumière, motifs, espace négatif… Rendez l'exercice aussi difficile que possible mais assurez-vous de prendre une image par élément...

☺ Les étapes : Rendez-vous à un endroit que vous souhaitez photographier et déterminez un nombre d'étapes. Maintenant, déplacez-vous et après le nombre de pas prédéterminé, arrêtez-vous et faites une photo unique.

☺ Deux temps : Rendez-vous dans un endroit sans appareil photo. Regardez autour de vous et observez l'endroit. Il est intéressant de constater tout ce que vous pouvez remarquer si vous ne regardez pas dans le viseur. Revenez au même endroit un autre jour mais avec votre appareil photo, puis capturez vos observations....

___
Ce ne sont que quelques exercices qui peuvent aider à stimuler votre créativité, mais certains d'entre eux sont également utiles lorsque vous vous rendez dans un nouvel endroit. N'effectuez aucune sélection, faites tous les exercices et ce, régulièrement... je ne vous dis que ça : vous allez vous auto-éblouir !...

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page


POURQUOI J'AI POSÉ MON MATÉRIEL ?

Une fois n'est pas coutume, dans l'article d'aujourd'hui, je ne vous parlerai que de moi. Pourquoi ? Tout simplement parce que cette expérience m'a été très bénéfique mais je n'ai aucune certitude que cela fonctionne aussi bien pour vous... Donc, lisez cet article et prenez-le pour ce qu'il est, essayez d'utiliser mon expérience personnelle pendant un certain temps (quelques mois ne seraient pas trop !), soit vous serez bluffé par ce que cela vous aura apporté, soit vous découvrirez que vous n'êtes pas réceptif à cette approche... Quoi qu'il en soit, donnez-vous une chance et copiez (appliquez) mon expérimentation, une évolution extraordinaire de vos compétences se trouve peut-être au bout de ce court chemin...

Je possède tout le matériel dont j'ai besoin et bien plus encore... Il est vrai que j'ai toujours aimé le matériel photographique, que je suis un collectionneur et que toute cette accumulation s'est créée en une bonne quarantaine d'années... Dans les pages du site, vous pouvez voir mes boîtiers (si je n'en ai pas oublié) et mes objectifs (si je n'en ai pas oublié) mais aucune trace (ou presque) de la miriade d'accessoires photographiques en tout genre ! Bref, tout l'équipement dont je pouvais rêver. J'avais tout (et plus) et je trouvais ça bon. Alors pourquoi ai-je décidé un jour de poser tout mon matériel ?

J'ai utilisé tout mon équipement, je l'ai utilisé tout le temps. Tout ce que j'avais acheté et que je n'emportais pas me manquait, ou du moins je le pensais. Je faisais une séance photo en studio chaque week-end et des balades photo dès que possible tout au long de la semaine. L’utilisation de tout ce matériel me facilitait la vie, j’avais diverses configurations à ma disposition. J'adorais mon travail, je trouvais du plaisir à la prise de vue et je trouvais du plaisir à la découverte et l'observation des résultats.

Mais lentement, j'ai perdu la passion du travail photographique. J'invoquais la panne de créativité mais en réalité, le travail que je faisais ne remplissait plus mon âme... J'ai mis longtemps avant de m'en apercevoir... Il était temps de changer les choses.

J'ai pris la décision de laisser tomber tout mon travail pendant un temps. Je me suis détourné de tout mon matériel chéri. En conséquence, mon style personnel allait changer, c'était sûr. J'avais beaucoup d'équipement, et cet équipement ne me rendait plus heureux. Je voulais me simplifier la vie, pour ce faire, je devais me laisser aller...

J'ai trouvé le minimalisme (non pas le genre photographique mais le minimalisme de l'équipement) qui n'est probablement pas fait pour tout le monde. Mais pour moi, c'était ce dont j'avais besoin à l'époque. J'ai arrêté d'utiliser tout mon matériel et j'ai mis au point un processus photographique et une liste minimale de matériel.

Processus photographique
☺ Portable : n'utiliser que ce que je pourrais porter sans sac.
☺ N'importe où : pouvoir faire des photos n'importe où
☺ Tout : pouvoir faire une photo de n'importe quoi
☺ Lumière disponible : pas de matériel d'éclairage
☺ Minimal : un boîtier, un objectif, un film (j'avais mis de côté le numérique)
☺ Identifiable : m'imposer un style cohérent

Matériel photographique
☺ Un boîtier (ne pouvant pas me décider pour un seul boîtier, je décidais d'en choisir un par semaine et en changer au gré des envies)
☺ Un objectif de 50mm (ma focale de prédilection étant le 70mm, je m'autorisais un 70mm à la place du 50mm de temps à autres)
☺ Un film (Ilford ou Kodak)

Voici les limites et les directives de mon nouveau processus et de mon nouveau style. Avec ces limitations, cela allait me forcer à être plus créatif.

Comme je limitais mon matériel et mes processus, je commençais à me sentir plus libre. Je n'avais plus à faire de choix d'équipement. Je n'avais qu'un 50mm (parfois un 70mm). Je n'avais qu'un seul boîtier (pas toujours le même). Je ne pouvais photographier qu'avec la lumière environnante disponible. Je n'avais plus l'option de manipuler l'éclairage. Au début, c'était très difficile, mais au fil du temps, mon processus a influencé et changé mon style. En conséquence, ce manque de matériel est devenu libérateur. En minimisant mon équipement, j'ai trouvé le bonheur. Utilisez-vous tout votre équipement? Cela vous apporte-t-il du bonheur, ou pourriez-vous également bénéficier d'un peu de retenue ? Faites le test, cela peut en valoir la peine !...

Sans compter que cette démarche peut très bien être envisagée dès ses débuts en photographie et ainsi permettre des économies non négligeables !!!...

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page


POUR S'AMÉLIORER, DEMANDER CONSEIL À UN PROFESSIONNEL

Voilà une excellente idée, n'est-ce pas ? Seulement voilà, tout le monde n'a pas un grand professionnel dans le cercle de ses amis (je dis grand car je connais des professionnels faméliques qui vivent mal et pour cause, leur travail ne vaut pas celui de nombre d'amateurs !... Inutile de leur demander quoi que ce soit !...). Grâce à mon petit site internet, j'ai la chance d'entretenir une forme d'amitié avec plusieurs grands photographes... et un d'entre eux a bien voulu me donner quelques pistes en décrivant son quotidien de photographe professionnel reconnu. Je vous livre ici, à la virgule près, ce qu'il m'a confié.

Vous voulez être un créatif ? Alors préparez-vous pour la guerre !!! Combien de fois ai-je entendu, combien cela peut être difficile, tout ce que vous faites est d'appuyer sur un bouton ! Je souhaite vraiment que ce soit le cas parce que ma vie serait tellement plus facile. Les gens pensent que la vie en tant que créatif est un jeu amusant. Assis à un bureau gribouillant, écoutant de la musique pendant l'édition des images … ou fréquenter la jetset dans le monde entier pour assister à des conventions, créer des réseaux et faire la fête avec des amis.

Cela peut être vrai pour 1% de l'industrie photographique (et encore !), mais pour les 99% restants, c'est un jeu de travail acharné et de détermination. Tenter d'être le photographe, l'artiste numérique, le marketing, le gourou des médias sociaux et environ 5 autres emplois, tout en même temps et... seul. Si vous pensez que c'est facile, soyez prêt à affronter un choc ! C'est une contrainte énorme pour son bien-être mental et physique ! Notre corps et notre esprit doivent être forts, nous devons être prêts pour la guerre !!! De longues journées de shooting. De longues nuits de montage. Isolement. Des clients gênants (pour ne pas dire em***). Pas de clients. Trop de clients. Modèles disparus. Équipement cassé ou volé. Je pourrais continuer encore et encore.

Une chose que j’ai apprise est que le développement personnel est une nécessité. Apprendre à contrôler son esprit, à comprendre ses propres pensées, sentiments et actions et toutes ces choses deviennent tellement plus faciles. La moitié de la bataille est dans sa tête, donc si on peut gagner, la moitié du travail est terminée ! La vie peut être dure, elle peut vous épuiser et éroder vos rêves. Ne pas baisser les bras aussi facilement, faire savoir à la vie que vous êtes prêt pour la bataille. Tant que vous ne comprendrez pas ce qui se passe à l'intérieur, vous ne pourrez plus contrôler ce qui se passe à l'extérieur… mais une fois que vous le saurez, vous grandirez en tant que personne et en tant que créatif !

Voici quelques choses que j'ai apprises au cours des années, on ne peut pas généraliser, ce sont juste mes expériences….
1) La structure, la routine et les habitudes sont les clés d'une vie meilleure et plus réussie… vous pouvez appliquer ces choses à chaque partie de votre vie, chaque jour.
2) Les gens vont vous laisser tomber... beaucoup de gens et souvent ! C'est la façon dont vous réagissez qui vous définit.
3) Personne ne se soucie de vos problèmes ! Chacun est la vedette de son propre film, une fois que vous avez appris cela, vous ne vous plaignez pas, vous vous en sortez vite et vous avancez.
4) Corps sain, esprit sain. Sérieusement, il faut prendre soin de soi, manger des légumes et boire de l'eau, rester en forme, dormir.
5) La voix dans notre tête nous ment... Ne pas l'écouter*.
6) Vous pouvez faire n'importe quoi, mais vraiment n'importe quoi par persévérance et travail acharné.
7) Rire plus ! Plus d'auto dérision !
8) Explorez votre environnement. Deux heures de promenade sportive seront bénéfiques pour votre esprit et votre corps plus qu'une semaine derrière votre PC.
9) Si vous aimez quelqu'un, lui dire
10) L'honnêteté peut résoudre 99% des problèmes
11) Ne soyez pas trop dur envers vous-même... il y a toujours un autre jour, un autre mois ou une autre année
12) L'échec n'est pas mauvais, ce n'est qu'une leçon sur la façon de s'améliorer.
13) La loi de l'attraction existe... mais peut-être pas comme vous le pensez !...

Nous n'avons qu'une vie, ne pas la gaspiller !!! Combattre pour la vie que l'on veut, l'art que l'on veut créer et la façon dont on veut vivre...

* je ne suis pas d'accord, ma petite voix intérieure ne m'a jamais menti !

Voilà, nous avons la vision d'un professionnel. Heureusement pour nous, nous ne souhaitons pas devenir pro, mais rien ne nous empêche de prendre en compte ce qui nous a été donné aujourd'hui...

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu
l'auteur du texte en italique ne souhaitant pas se faire connaitre

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page


AMÉLIORER SA PHOTOGRAPHIE C'EST OUBLIER SON MATÉRIEL

Franchement, êtes-vous confiant au moment d'utiliser votre appareil photo ? Avez-vous des angoisses lorsque vous songez à prendre votre appareil photo ? Voulez-vous avoir la certitude de revenir plus que satisfait de vos résultats alors même que vous ne faites que partir pour une séance de photographie ? Alors, quel est le meilleur moyen d'améliorer votre photographie ?

Si vous êtes anxieux ou si vous manquez de confiance quant à l'utilisation de votre appareil photo, vos photos ne vous plairont probablement pas... C'est un peu comme partir perdant à une compétition ou à un examen... En tant que photographes, la plupart d'entre nous aimons améliorer nos photos chaque fois que nous utilisons notre appareil photo. Je ne connais pas un seul photographe qui ne souhaite continuer à créer de meilleures photos. La photographie est tellement plus que de disposer des équipements les plus récents et de savoir quels cadrans tourner et sur quels boutons appuyer pour le faire fonctionner. Le meilleur moyen d'améliorer votre photographie est donc d'oublier votre matériel photo...

La photographie est actuellement plus populaire que jamais. Les gens prennent plus de photos chaque jour que jamais auparavant dans l'histoire. Pourquoi ? Parce qu'ils le peuvent et parce que c'est plus facile. Et parce que tout le monde a toujours un dispositif permettant de capturer des images avec eux : smartphone, tablette, appareil photo compact, mirrorless, reflex, sans même compter le matériel argentique qui attire de plus en plus d'adeptes...

Il est plus facile et plus pratique que jamais de pouvoir capturer et partager des photos. La plupart des gens peuvent prendre une photo avec leur téléphone très facilement et sans connaissance de la technique photographique. La plupart des utilisateurs de photo-téléphoniques ne se préoccupent pas de leur vitesse d'obturation ni de leur réglage ISO. Et pourtant ils se satisfont de leurs résultats. Lorsque vous prenez des photos avec votre téléphone, vous ne vous concentrez, le plus souvent, que sur le moment, et pas sur la mécanique du fonctionnement de l'appareil photo. Voilà, sans doute, la solution à votre blocage de compétence !... C'est suivant ce principe que je recommande systématiquement de ne pas acheter un boîtier qui dépasse les compétences de l'utilisateur... un appareil professionnel peut être peu cher en occasion mais il inhibera à tout jamais un photographe débutant ou simplement en cours d'acquisition de compétences !... Oubliez votre matériel et vous ferez de meilleures images... Plus vous apprendrez à utiliser votre appareil photo reflex numérique, sans miroir (ou tout autre appareil photo) et plus vous pourrez l'oublier et plus vous améliorerez votre photographie...

Prenez le temps d'étudier le fonctionnement de votre appareil photo. Voilà le clé. Si vous débutez, commencez par l'essentiel. Familiarisez-vous avec les paramètres permettant d’obtenir une bonne exposition et des photos bien au point (nettes). Pour les photographes plus expérimentés, n'oubliez pas de continuer à en apprendre davantage sur votre matériel photo. Apprenez à utiliser davantage de fonctions et maîtrisez-les. Si vous y parvenez, vous serez bien préparé chaque fois que vous souhaiterez vous rendre à une séance photographique. Si vous essayez constamment de comprendre comment utiliser votre appareil photo au moment de créer une photos, vous ne réussirez rien ! La création c'est le temps de la vision, la création c'est le temps de l'inspiration, la création ne peut s'exprimer à la seconde où la technique intervient !... Familiarisez-vous avec les fonctions et les paramètres de votre appareil photo hors shooting afin de pouvoir l'utiliser aussi rapidement, facilement et instinctivement que vous le feriez avec l'application photo de votre téléphone.

Préparation est l'autre mot clé. Lorsque vous êtes dans une situation où vous souhaitez faire des photos, préparez-vous. Ayez avec vous tout ce dont vous avez besoin ou mieux, apprenez à vous passer de ce que vous n'avez pas.. Avez-vous besoin d'un autre objectif ? Aurez-vous besoin d'un flash ? Que diriez-vous de votre trépied ? De plus, gardez à l'esprit que vous aurez besoin -ou non- d'autres choses que votre appareil photo et un ou deux objectifs. Sinon, ne les emportez pas avec vous. Cela ne ferait que vous nuire. Essayez toujours d'anticiper toutes les situations. Soyez bien préparé avec le bon objectif et tous les autres accessoires dont vous aurez besoin. Si vous pouvez le faire à l'avance, vous pourrez vous concentrer davantage sur vos photos une fois sur site.

On peut expliquer pourquoi l'invasion de la technique dans l'acte créatif est nuisible, c'est très simple en fait. La photographie est une expérience du cerveau entier. L’hémisphère gauche s’engage à gérer les aspects techniques. L'hémisphère droit est plus attentif aux aspects créatifs. Il doit y avoir une cohésion et un équilibre. Si vous êtes trop concentré sur les aspects techniques de la photographie, vous ne produirez pas d'images créatives. Si votre cerveau droit prend le dessus, vous risquez de ne pas obtenir des images techniquement bonnes. Si vous ajoutez à cet équilibre le besoin de réfléchir au fonctionnement de votre matériel, vous inhiberez immanquablement l'obtention de bonnes images... L'utilisation du matériel doit être reléguée au niveau du réflexe pour ne pas donner la prévalence à votre hémisphère technologique.

Être confiant quant à l'utilisation du matériel, quel que soit celui que vous choisissez, vous aidera à plus de succès. Comprendre comment utiliser son matériel et ajuster les paramètres pour obtenir facilement les photos que vous souhaitez. Cela nécessite des études, de l'engagement et de la pratique, beaucoup de pratique, mais cela en vaut la peine pour obtenir des résultats en progression constante.

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page


LA PEUR, UN PARAMÈTRE IMPORTANT DE SON ÉVOLUTION

Il y a quelques années, à Istanbul, en automne, je photographiais à l'aube. Je suis passé devant une boucherie et je me suis dit « superbe ! ». Il peut être très difficile de photographier des personnes à l'aube, surtout en automne car elles ne sortent pas forcément à cette heure-là et si on en trouve, il peut être difficile d'en trouver qui font des choses intéressantes. Mais là, la scène était géniale. J'ai aimé la lumière bleue matinale sur les bâtiments contrastant avec les néons à l'intérieur qui donnera une dérive verte sur la photo. C'était vraiment une combinaison parfaite d'éléments. J'ai placé mon appareil photo à l'œil, j'ai fait cette photo, mais je n'étais évidemment pas content parce que mon positionnement n'était pas terrible. J'ai bougé pour trouver un meilleur angle quand j'ai vu que le boucher m'avait repéré. Devinez ce que j'ai fait ? Comme si de rien était ? Non, j'ai continué à marcher !... Je me suis barré, quoi !... J'étais soudainement envahi par une peur et j'ai quitté les lieux. Aujourd'hui je sais que ma réaction était stupide, même boucher, l'artisan n'allait pas me faire de mal !...

Je ne sais plus qui disait que la peur est un puissant obstacle à la croissance. Elle entraine le rétrécissement progressif de la personnalité et empêche l'exploration et l'expérimentation. Pour être honnête, cette peur m'a un peu surpris. J'ai passé de nombreuses années à photographier des inconnus. Cela montre simplement que certaines peurs, surtout infondées, sont difficiles à surmonter et puis c'est tout, c'est comme ça. Elle peut survenir à tout moment. Et bien sûr, nous, photographes amateurs, ne sommes pas à l'abri... Le mieux est d’accepter le fait que la peur ressemble un peu aux nuages ​​dans le ciel ou à la pluie au paradis... La pire chose pour moi est qu'elle empêche de faire certaines photos qui en valaient la peine pourtant, ou dans ce cas, qu'elle empêche de revenir en arrière pour faire l'image de la scène qui avait attiré mon regard...

La peur est un concept intéressant en photographie. Elle nous coupe l'élan créatif, comme dans mon exemple MAIS un peu de peur peut être un bon moteur pour créer... On sait que la peur, surtout infondée, est stupide, donc on essaye de la combattre. La peur peut nous motiver, ouvrir nos sens d'observation, nous alerter (c'est la définition psychologique des effets du stress) et vous sauver du plus redouté des freins à la créativité : l'inertie. Mais trop de peur (définition psychologique du dystress), c'est une menace réelle pour notre créativité. Lutter contre la peur est donc une motivation supplémentaire à créer... Mais il est bon de noter cependant qu'il est totalement naturel de ressentir de la peur lorsque vous créez... c'est une toute autre peur, la peur de l'échec !...

En tant que créatifs, nous nous efforçons toujours d’être meilleurs dans ce que nous faisons, en essayant de créer des choses originales et belles avec notre photographie. Je pense que la peur sous toutes ses formes est le principal obstacle à l'amélioration de notre photographie. Elle n'est pas simplement ce qui nous empêchera de photographier des étrangers, mais elle nous empêchera également de pousser plus loin notre créativité. Elle nous empêchera d'envisager ce qu'il est possible de faire avec notre photographie et de continuer.

En analysant ces peurs, je vois ce qu'elles nous poussent à faire :
-> Ne pas rester assez longtemps dans une scène
-> Ressentir la conscience de soi lors de la photographie des gens. Ainsi, au lieu d'être dans le moment, de vous connecter à votre environnement et à notre sujet et de composer notre image, la moitié de notre esprit est distrait par ce que les gens pourraient penser ou par ce qui se passe en dehors du moment de la photo.
-> Ne pas photographier ce que nous voulons vraiment photographier car cela nous fait trop peur
-> Ne pas shooter cet étranger intriguant
-> Ne pas débuter le processus photographique ! Je le vis souvent. S'inquiéter de le faire juste comme il convient, ce qui peut même nous pousser à ne pas passer la porte de chez soi. Le perfectionnisme n'est qu'une autre forme de peur...

La vraie question n'est donc pas de savoir si la créativité provoque la peur, mais plutôt de savoir quoi faire quand elle le fait. Beaucoup trop souvent nous nous exhortons à vaincre cette peur… mais comme pour toute émotion, lancer une attaque totale contre la peur est contre-productif. Cela la place au centre de la scène et risque de renforcer l’idée que la créativité doit être une lutte sans fin

Ayant pris conscience de ces différents aspects, j'ai décidé d'assumer ces peurs/blocages sans en faire une fixation, simplement en n'y pensant pas et en m'astreignant à :
-> Être patient avec moi-même. La peur n'est qu'un sentiment. Ne pas réagir. La laisser monter et finalement elle disparait toute seule. La pire chose à faire est d'ajouter de nombreuses pensées et jugements à propos de sa peur. J'ai testé, c'est le visa pour l'arrêt de la photographie... S'injecter ces pensées c'est comme ajouter du carburant au feu... alors qu'il suffit de laisser le feu s'éteindre tout seul.
-> Accepter l'idée que la peur fait partie de l'acte créatif. À me forcer à exposer/montrer mon travail même et surtout quand je ne suis pas sûr de la qualité de ce que j'expose. Et, si vraiment, je me sens mal à l'aise, je sais que je suis sur la bonne voie, cela montre que je suis sorti de ma zone de confort, donc que je suis sur la voie de quelque chose de nouveau et de différent... le début de la réussite.
-> Accepter qu'il est impossible de totalement calmer son esprit. Les pensées continuent à venir, que je le veuille ou non. Je ne sais plus qui disait que l'esprit n'a pas de honte, il sécrète des pensées de la même manière que la bouche sécrète de la salive. Donc, le seul choix qu'il me reste est d'ignorer mes sécrétions cérébrales et de faire attention à être complètement présent à ce que je fais : de la création.
-> Ne pas me précipitez
-> Ne pas réfléchir
-> Ne pas me demander où je vais
Mais plutôt :
-> Écouter les sons autour de moi
-> Chercher la lumière
-> Passez trois fois plus longtemps que d'habitude avant de déclencher
-> Arrêter de bouger
-> M'imaginer à la dérive, comme un petit enfant qui regarde autour de lui avec un regard neuf, saisissant les choses qui l'intéressent et qui est totalement absorbé jusqu'à ce que je sois prêt à passer de l'intérêt à autre chose
-> Essayer de regarder (et pas scruter) toute la scène
-> Ne pas penser à faire des photos, penser seulement à regarder et à voir
-> En cas de doute, rester immobile
-> Et peut-être le plus important… M'amusez en me rappelant combien j'aime la photographie !...

Donc, je vous encourage à traiter votre peur en puisant des idées dans mon expérience.

La photographie, pour moi, n’est pas une liste de compétences techniques ou de matériel photographique à acquérir. Ce ne sont pas des endroits exotiques ou des personnes extraordinaires à photographier !... La photographie est un état d'esprit. Plus vous travaillez à éliminer ce qui encombre votre vision, plus vous verrez des photos saisissantes, originales et intéressantes... Et si rien de tout cela ne fonctionne pour vous, si vous êtes en proie à la peur et ne savez pas si vous voulez la surmonter, souvenez-vous qu'il y a plus triste que le travail laissé inachevé, c'est le travail jamais commencé...

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page


ÉTUDIER LES MAÎTRES POUR DEVENIR MEILLEUR PHOTOGRAPHE

Il y a un trait commun chez les photographes professionnels et amateurs, les fabricants d'images, etc. Nous avons tendance à oublier que si nous avons accès à des techniques et à des équipements aussi impressionnants, c'est parce que ceux qui nous ont précédés les ont découverts, les ont pratiqués, les ont fait avancer, puis nous ont laissé un héritage de connaissances.

Mais que pouvons-nous apprendre de quelqu'un qui utilisait un appareil photo moins évolué qu'une clenche de porte de garage ? Eh bien, il se trouve que nous avons beaucoup à en apprendre... Pas d'un point de vue technologique, mais plutôt d'une manière plus intangible, plus difficile à apprécier et facile à manquer. Cela ne veut pas dire que nous ne pouvons pas améliorer notre photographie en étudiant les méthodes de certains maîtres. Leur équipement était varié et moins avancé, mais cela ne fait que rendre leur travail plus extraordinaire et leur talent encore plus humiliant pour nous...

Dans cet article, je ne vais pas reprendre le travail de tous les grands photographes de l'Histoire, je n'en ai ni la capacité, ni le temps, ni l'espace, je ne ferai que vous livrer les grandes lignes des enseignements que l'on peut tirer du travail de certains parmi les Grands.

Henri Cartier-Bresson :
Il était littéralement l'inventeur du photojournalisme... Avant Cartier-Bresson, la photographie de rue telle que nous la connaissons et le « reportage sur la nature morte » (comme il l'appelait), n'étaient pas une forme de photographie validée et bien pratiquée... Cartier-Bresson, comme tant de photographes réputés, n'a pas commencé par la photographie. La peinture était sa principale activité avant de prendre un appareil photo.

Un jour, en voyant une photographie, Cartier-Bresson déclara qu'il « ne pouvait pas croire qu'une telle chose puisse être capturée avec un appareil photo » et qu'il « a soudainement compris qu'une photographie pouvait réparer l'éternité en un instant ». Cette photo l'a conduit à abandonner la peinture et à commencer à faire des photographies. Il est devenu un capteur de la spontanéité de l'expérience humaine. Henri Cartier-Bresson a beaucoup à enseigner pour améliorer tous les aspects de la fabrication de nos photos.

— S'efforcer d'être invisible
Lorsque vous travaillez en tant que photographe, il ne faut pas longtemps pour comprendre que les humains ont tendance à changer radicalement une fois qu'ils se rendent compte qu'ils sont photographiés. Leurs manières, leur expression et leur apparence deviennent totalement différentes. La visibilité du photographe dissimule très vite le réalisme de la scène si vous ne faites pas attention. Cartier-Bresson l'a compris et s'est transformé en ninja photographique. Il a utilisé des caméras relativement petites, généralement des télémètres Leica 35mm. Vous devez comprendre que la plupart des photographes de son époque utilisaient encore des appareils photo grand ou moyen format qui criaient pratiquement : « Hé, souriez, je vous photographie !!! ». L'anonymat lui permettait de capturer l'essence d'une scène de manière brute et discrète. Cartier-Bresson est allé jusqu'à cacher toute la surface brillante de son équipement avec de la peinture noire pour réduire encore son empreinte. Vous ne voudrez probablement pas aller aussi loin, mais savoir cela aidera à capturer de meilleures images en se fondant dans l'environnement.
Planifiez vos sessions de manière pratique. Ne prenez pas plus de matériel que nécessaire et gardez un profil bas. Essayez d'attendre jusqu'à ce que vous soyez prêt à faire une exposition avant d'élever votre appareil photo devant l'œil. Entraînez-vous à utiliser les commandes de votre appareil photo et mémorisez leur emplacement. Évitez également d'utiliser un flash, il risque d'interférer avec votre sujet. Cartier-Bresson n'aurait jamais utilisé de flash pour ses images, car il les considérait irrespectueux et gênants. La photographie, en particulier le photojournalisme, dépend de la capture sincère de la vie dans toute sa beauté et, malheureusement, de sa misère parfois. Essayez de garder le monde réel, littéralement.

— Composer dès la prise de vue.
Je sais, je sais, vous entendez cela à longueur de journées et vous en avez probablement assez... Je comprends, moi aussi, débutant, je levais toujours les yeux au ciel chaque fois qu'on m'exhortait à bien faire les choses avant de déclencher. Soyons honnête, il est si facile de recadrer une image sur l'ordinateur au lieu d'utiliser le viseur de l'appareil photo, il est tellement plus pratique de récupérer une image mal exposée que de penser aux combinaisons ouverture/vitesse... Le post-traitement des photographies est une chose merveilleuse. Changer complètement une photo, cependant, n’est pas toujours idéal. Cartier-Bresson était absolument opposé à la manipulation de photos et estimait que toute photo devait être cadrée dans le viseur avant d'être capturée. Presque toutes ses photographies étaient tirées en plein cadre et comprenaient même environ un millimètre du négatif non exposé, de sorte que ses tirages terminés arboraient une fine bordure noire pour prouver encore plus l'absence de recadrage (comme l'habitude veut que l'on fasse en grand format). Toute image est seulement aussi bonne que les ingrédients mis dans sa fabrication. Donc, essayez de mettre les meilleurs ingrédients possibles dans votre travail afin que votre produit fini soit quelque chose que vous serez fier de montrer en disant « C'est moi qui ai fait ça ».

— Concentrez-vous autant sur l'art que sur la science.
Ce que nous faisons en photographie aurait été considéré comme magique par le passé. Même au niveau de base, c'est une science incroyable. Nous enregistrons une lumière unique et fugace. Vous ne ferez jamais deux fois exactement la même photo. La science de la fabrication de l'image est une partie essentielle de notre processus de création, mais elle ne doit jamais être considérée comme la seule. De manière surprenante, Cartier-Bresson a exprimé à plusieurs reprises son manque d'intérêt presque total pour la partie la plus technique de la photographie. Le développement et le tirage de ses négatifs, actions si soigneusement contrôlées et gardées par les photographes les plus sérieux de l’époque, ne lui étaient intéressantes que dans les cas où elles permettaient une expression plus efficace de sa vision. Il considérait l'appareil photo comme un outil, ainsi que le développement et le tirage comme un moyen d'atteindre une fin très attendue. Il a déclaré que « les gens pensent beaucoup trop aux techniques et pas assez à la vue ».
Vous pouvez perdre votre direction lorsque vous créez une image. En laissant le perfectionnisme technique occulter la vision initiale. Une connaissance approfondie de l'équipement est essentielle pour évoluer en photographie. Cependant, comme nous le dit Cartier-Bresson, ne vous autorisez pas de vous concentrer sur vos outils et oublier votre travail.

Alfred Stieglitz :
Avant Stieglitz, la photographie n'était pas considérée comme une forme d'expression artistique. Il n'y avait pas de véritables écoles de photographie, et elle n'était certainement pas considérée comme un art au niveau de la peinture et de la sculpture. Stieglitz a donné aux artistes un lieu de présentation pour montrer leur travail au public et a été le catalyseur qui a permis de lancer la carrière de nombreux artistes devenus célèbres, notamment les photographies légendaires du grand Ansel Adams. Stieglitz a toujours été ouvert aux nouvelles techniques et aux idées novatrices en matière d'art. Son travail est séparé de nous de près d’un siècle et de nombreux mécanismes techniques qu’il a utilisés sont maintenant obsolètes. Néanmoins, Alfred Stieglitz et ses contributions ont beaucoup à nous apprendre. Nous pouvons tirer profit de son approche du monde de l’art dans son ensemble pour nous perfectionner en tant que photographes.

— Exprimez-vous quand vous le pouvez.
Stieglitz a créé une série d'images appelée « équivalents ». C'est une collection de photographies montrant une variété de formations nuageuses différentes. Chaque image reflétait les pensées, les émotions et les expériences qu’il ressentait au moment où l'image a été exposée. Cela a rendu chaque image unique. Il était la seule personne à comprendre vraiment ce qu'il ressentait à chaque relâchement du déclencheur. Alors sortez et photographiez quelque chose qui vous rend heureux. Partagez-le avec les autres si vous le souhaitez ou gardez-le simplement pour vous-même. Allez faire des photos de quelque chose qui est seulement beau pour vous ou qui n'a du sens que pour vous. L'acte en lui-même est très libérateur.
Vous pensez peut-être « je m'exprime avec tout mon travail », mais réfléchissez-y vraiment un instant. Avez-vous déjà fait une photo et réfléchi immédiatement à la manière dont elle pourrait être acceptée ou rejetée par d’autres personnes ? Partagez-vous parfois une image que vous trouvez personnellement exceptionnelle mais que personne ne semble être de votre avis ? Nous l’avons tous fait et plus souvent que nous ne voudrions l'admettre.

— Casser les règles si vous voulez.
En termes simples, toute photographie déjà produite résulte d’une combinaison des variables suivantes : diamètre de l’ouverture, vitesse d’obturation, profondeur de champ, distance focale, sensibilité du récepteur d’image (film, capteur numérique, etc.) et composition. La clé d'une bonne image consiste à assembler toutes ces pièces de manière à ce qu'elles convertissent en une photographie ce qui n'était visible que dans votre esprit. Ce sont les seules règles indiscutables en photographie. En fin de compte, c'est vous qui faites les choix et utilisez l'appareil. Un travail remarquable peut être accompli en sortant des sentiers battus. Il existe de nombreuses images étonnantes qui ignorent complètement la règle des tiers, des lignes directrices, des horizons, etc. Ne rejetez jamais complètement les recommandations, mais ne vous persuadez pas que vous y êtes lié en permanence. Apprendre et pratiquer les bases testées et éprouvées de la photographie vous seront d'une grande aide. Rappelez-vous que le travail novateur découle souvent de l'inflexion des règles.

— Cherchez l'inspiration partout.
Stieglitz a promu toutes les formes d'art. Il a ouvert des galeries pour exposer les œuvres de peintres, de sculpteurs et, bien sûr, de photographes. Il ne s'est pas limité à la photographie, à la peinture ou à des œuvres en pierre et en argile. Au lieu de cela, il a tout mêlé. Il a reconnu que tout était enchevêtré et intimement lié. En tant que photographes, nous sommes en mesure de créer presque instantanément ce qui réclame parfois des jours, des semaines, voire des mois ou des années à d’autres artistes. Cependant, cette relative facilité de création peut progressivement placer des œillères à notre pensée créatrice. Nous pouvons atteindre un plafond de verre lorsque nous ne regardons d’autres photographies que pour nous inspirer. Ce genre de réflexion limite notre champ d'action d'artiste. Cet état d'esprit est particulièrement dangereux pour les nouveaux photographes et peut conduire à la frustration, à la déception et, pire encore, à une émulation qui se nourrit de plagiat. Ne vous laissez pas aller à avoir une vision artistique en tunnel. Commencez à chercher de l'inspiration partout pour alimenter votre photographie. Esquisses, peintures, sculptures sur bois, architecture, peinture au doigt pour enfants, tout est en mesure de vous donner une touche de créativité que vous pouvez transformer en inspiration photographique. La vérité est que vous ne savez jamais vraiment ce qui va vous inspirer.

À SUIVRE...

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page


 


 


Flag Counter

En savoir plus