Accueil
Index général
Contacter le Webmaster
Note de copyright
Particularités & fonctionnement
Vous pouvez participer
Appel aux internautes
Liens
Dernières mises à jour
Le livre d'or
Qui suis-je ?
Mon matériel (chéri)
La page des débutants
Quelques cotes
Ma galerie photographique
Ma carte blanche
Le tableau d'honneur
Historique de l'appareil photographique
La grande histoire de Pentax®
Les appareils photographiques de l'Est
Quelques modes d'emploi introuvables
Un petit « cours » de photographie
L'alphabet russe
Les logos des marques
Des bricolages pour photographes
Les mauvais plans à éviter absolument
Les théories influençant la photographie
Les fiches techniques
Mise au point sur...
Les secrets d'une photographie
Les tests approfondis
Les tests improbables
Quid du M42 ?
La photo vue par la toute jeune génération
Faire ses débuts en photo argentique
Faire ses débuts en photo numérique
Analogique | Numérique - Une alternative
Manifeste pour la lenteur en photographie
Questions & tuyaux en photo numérique
Quel objectif pour reflex Pentax numérique ?
Un fantasme devenu possible ?
Les foires à la photo - Dénicher des occaz
Un petit tour au laboratoire
Un peu de labo numérique
Choisir son appareil photographique
Quel appareil pour quelle photo ?
Choisir son (ses) objectif (s)
Choisir son statif
Quels accessoires envisager ?
Utiliser / faire revivre les filtres
Vérifier son matériel
Que penser des Kiev et de ceux qui les modifient ?
Acheter un appareil soviétique ?
Qu'est-ce que j'peux faire ? J'sais pas quoi faire !
Les lois d'une nouvelle expérience photographique
De l'acte photographique
Le grand match
Prendre soin de ses appareils photographiques
Où faire réviser/réparer son appareil photo ?
Composition : erreurs fréquentes à éviter plus conseils
Techniques photographiques évoluées
Programmer sa propre évolution photographique
Retrouver l'inspiration photographique
Créer un studio « professionnel » à moindre frais
Projets d'expérimentations
Expériences de paléophotographie
Parlons matériel (pas marque !)
Mes photographes préférés
Quid de la lomographie ?
Dernière minute
Questions / Réponses
1001 trucs à connaître
Et si on essayait de comprendre les photos ?
Et si on essayait l'originalité ?
Et si on s'essayait à la macrophotographie ?
Et si on s'essayait au panoramique ?
Et si on s'essayait à la trichromie ?
Et si on s'essayait à l'autochrome ?
Et si on s'essayait au noir et blanc créatif ?
Et si on se construisait un appareil sténopé ?
Et si on s'essayait au moyen format ?
Et si on s'essayait au grand format ?
Photographier sans lumière ?
Photographier avec un smartphone/une tablette
Photographier avec un compact bas de gamme
Ces petits trucs qui changent tout
La photographie itinérante
Les styles en photographie
La petite histoire d'une photographie
Devenir meilleur photographe
Équipement logiciel de qualité à bas prix !
Que peut-on attendre des logiciels photo ?
Divagations
Peut-on protéger ses créations ?
Le coin des polémiques
Hommage à FERNAND BIGNON
Lettre ouverte aux (futurs) argentistes
Les photographes sont tous C H A R L I E



 

Dans cette partie du site « www.thydelor.eu » je vais envisager le problème du choix de son appareil photo en fonction du type d'image que l'on souhaite créer, ou plus précisément quel type d'appareil chercher si on connaît ses préférences en style d'image. Cette approche est, je pense, assez originale et devrait vous intéresser.

Si vous ne savez pas du tout comment choisir votre appareil photo, commencez donc par lire l'article ici.

Si vous appréciez cette page, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Argentique ou numérique ? Les différentes philosophies d'appareils photographiques

ARGENTIQUE OU NUMÉRIQUE ?

Que voilà une drôle d'idée de commencer par ce type de question ! Vous allez vite comprendre mon propre étonnement !...

D'abord, je suis de ceux qui résistent encore et toujours (non, je ne suis pas breton... Et mon nom n'est pas « Médiomatrix » [astérixisation du nom des tribus celtes qui vivaient dans ma région]) en clamant bien haut que la photographie numérique n'est pas de la photographie, uniquement de la création virtuelle d'image !... Bien sûr cela ne change pas grand chose, mais bon, personnellement j'y vois une énorme différence !... Le numérique « pousse » inconsciemment à l'image « consommation » on peut se passer de la phase de réflexion, d'analyse du sujet, d'étude de l'éclairage etc, on n'a qu'à demander à l'appareil d'utiliser tous ses automatismes, d'effectuer un bracketage en sensibilité, en exposition et sur 10 à 20 clichés, il y en aura bien un acceptable ! NON, la photographie n'est pas compter sur la quantité pour pallier le manque de qualité ! Bref !

Ensuite, aujourd'hui, dans le marché du numérique, on retrouve tout ce qui existe dans le marché de l'argentique ! Donc le sujet n'est pas là !...

LES DIFFÉRENTES PHILOSOPHIES D'APPAREILS PHOTOGRAPHIQUES

Il existe plusieurs « familles » d'appareils photographiques et, globalement, chaque famille possède un rôle particulier. Bien sûr, grosso-modo on peut tout photographier avec n'importe quel type d'appareil mais les particularités de chaque sous classe ont une importance non négligeable ! Attention, je ne dis pas qu'un type d'appareil est meilleur qu'un autre, mais il en est qui sont plus capables que d'autres, pour une situation particulière !...

Dans les grandes lignes de philosophies différentes, il faut souligner :
-> le type de visée
-> la taille et le poids de l'appareil
-> l'importance de la surface sensible (capteur numérique ou film argentique)
-> l'offre de choix optique

Tout cela est connu de tous, mais il est d'autres points méconnus, voire inconnus :
-> la discrétion
-> la stabilité
-> la fiabilité
-> la rapidité de mise en œuvre
-> l'impact psychologique

C'est dans ce sens que va s'orienter cet article.

LE REFLEX PETIT FORMAT 24x36 (ainsi que les reflex numériques full frame ou APS-d'ailleurs)

Je commencerai par parler de l'appareil reflex petit format 24x36 (auquel on peut apparenter les appareils reflex numériques qu'ils soient au format APS ou full frame), puisque c'est l'appareil « universel » (il a été conçu pour cela !).

Il a été dessiné de façon à être le plus rapide possible, le plus portable possible (le moins lourd possible et le plus petit possible), proposer la plus large gamme possible d'objectifs (des plus grands angles aux plus grands téléobjectifs), le plus discret possible, bref le tout mieux que tout le reste, ça a toujours été l'utopie, et bien sûr tout n'a pas été aussi bien réussi que prévu (ça c'était prévisible !)

Type de visée
Bien que les premiers représentants possédaient une vise sur dépoli via un viseur capuchon, la visée prismatique s'est rapidement imposée et généralisée. Ce type de visée a permis l'utilisation d'un grand nombre d'objectifs sans devoir adapter d'autres systèmes de mise au point, par contre, la visée est moins claire qu'avec les systèmes plus anciens.
Taille et poids
Le pari du petit poids et de la petite taille n'a pas réellement été la grande réussite de ce système : Le miroir, le prisme ont largement contribué à augmenter et le volume et le poids de l'appareil par rapport aux compacts plus anciens !
Taille de la surface sensible
La petite taille du film (ou du capteur) a permis de construire des appareils de petite taille (par rapport au moyen format plus ancien) mais surtout place ce système en tête pour la téléphotographie ! En numérique, le format APS est encore plus grandiose pour qui souhaite utiliser un long téléobjectif ! (chasse photographique par exemple !)
L'offre optique
Extrêmement vaste, aucun autre système n'est en mesure de proposer un choix aussi diversifié de focales
La discrétion
Ce pari aussi est perdu ! Le reflex est d'une part beaucoup plus gros mais également très bruyant (choc du miroir, éventuellement moteur d'avancement du film) par rapport aux compacts plus anciens...
La stabilité
La prise en main est bonne, malheureusement, si l'utilisation des longues focales est quasiment réservée à ce système, le choc du miroir impose systématiquement l'utilisation d'un pied, sans quoi il se produira un flou !
La rapidité de mise en œuvre
La visée étant universelle, il suffit de changer d'objectif pour posséder un appareil très différent. L'ajout du moteur d'entraînement a également augmenté la rapidité de mise en œuvre, puis l'apparition de la mise au point automatique et de l'exposition automatique ont encore augmenté cette rapidité (au prix d'une limitation de créativité, plus il y a d'automatisme et moins il y a de travail photographique)
L'impact psychologique
Ce système attire l'œil ! C'est son plus gros défaut ! En plus, il est très bruyant ! Mais surtout, il fait systématiquement naître dans l'esprit de la personne photographié un sentiment d'agression !... Ce n'est pas par hasard si un grand nombre de reporters de guerre ont perdu la vie derrière leur outil de travail !...

LE COMPACT PETIT FORMAT 24x36

Type de visée
Une simple « fenêtre » qui délimite approximativement le champ couvert par l'objectif. Cela représente d'énormes inconvénients mais également des avantages... Côté inconvénients, il faut surtout souligner l'imprécision de la visée et l'impossibilité de changer d'objectif puisque le champ de visée de l'objectif est variable selon sa focale mais que la fenêtre de visée n'est pas adaptable sans un accessoire à rajouter sur l'appareil. En plus, il est impossible de vérifier la mise au point dans le viseur ! Idem pour ce qui est de la vérification ou de la détermination de l'exposition... Côté avantages, il faut noter un gain incomparable en matière de poids, de taille et de discrétion ainsi qu'une visée on ne peut plus claire (la lumière n'est freinée par rien...
Taille et poids C'est le champion toutes catégories !
Taille de la surface sensible
Aucune particularité, c'est un petit format, mais puisque ce système est très limité par sa philosophie, la surface sensible n'a d'intérêt que pour le gain de taille et de poids
L'offre optique Généralement nulle, un seul objectif fixe sur l'appareil.
La discrétion
Champion toutes catégories, pas de système de visée élaboré, pas de gros objectifs, pas de motorisation, obturateur central donc aucun bruit, petite taille.
La stabilité
La prise en main est bonne, le petit poids et l'objectif de focale normale le rendent d'une stabilité à toute épreuve. Seules des vitesses très lentes obligent l'utilisation d'un pied.
La rapidité de mise en œuvre
Champion toute catégorie !... Mise au point approximative (généralement à l'hyperfocale), réglage de l'exposition approximative (généralement système 16), il suffit de « viser et de tirer » (c'est ce que les anglais appellent « point and shot »)
L'impact psychologique
Passe totalement inaperçu, ce n'est pas par hasard si de nombreux grands photographes de scènes de rue ont choisi ce type de système pour être totalement « transparents » dans la foule et ainsi ramener des clichés impossibles à réaliser avec les systèmes reflex par exemple.

J'aurais pu placer ici également les compacts numériques mais leur système de visée est totalement différent donc ils ne trouvent pas naturellement leur place dans ce paragraphe. Pour ce qui est du reste de la liste, ils proposent exactement la même chose.

Dernière nouvelle : les compacts numériques "hybrides" devraient également pouvoir entrer dans le cadre de ce paragraphe mais ils proposent des objectifs amovibles et un système de visée totalement différent... pour le reste, on retrouve la même chose.

À noter qu'à ce jour, les deux types de compacts numériques ne proposent que de petits capteurs (APS-C au mieux) !...

MISE À JOUR : ça y est, cette fois ça se complique, on trouve des compacts numériques plein format (24x36), c'est beaucoup mieux, c'est beaucoup plus cher mais ils ne trouvent toujours pas naturellement leur place dans ce paragraphe si on considère le type de visée... en fait, ils sont "mieux".

LE COMPACT MOYEN FORMAT


Type de visée
Une simple « fenêtre » qui délimite approximativement le champ couvert par l'objectif. Cela représente d'énormes inconvénients mais également des avantages... Côté inconvénients, il faut surtout souligner l'imprécision de la visée et l'impossibilité de changer d'objectif puisque le champ de visée de l'objectif est variable selon sa focale mais que la fenêtre de visée n'est pas adaptable sans un accessoire à rajouter sur l'appareil. En plus, il est impossible de vérifier la mise au point dans le viseur ! Idem pour ce qui est de la vérification ou de la détermination de l'exposition... Côté avantages, il faut noter un gain incomparable en matière de poids, de taille et de discrétion ainsi qu'une visée on ne peut plus claire (la lumière n'est freinée par rien...
Taille et poids C'est le champion toutes catégories ! A l'exception de leur équivalent petit format.
Taille de la surface sensible
Dans la mesure où ce système est totalement comparable au compact petit format, son seul et unique avantage est l'énorme surface sensible ! Donc une qualité d'image exceptionnelle et qui permet des agrandissements géants...
L'offre optique Généralement nulle, un seul objectif fixe sur l'appareil.
La discrétion
Champion toutes catégories, pas de système de visée élaboré, pas de gros objectifs, pas de motorisation, obturateur central donc aucun bruit, petite taille (même si plus gros que le compact petit format).
La stabilité
La prise en main est bonne, le petit poids et l'objectif de focale normale le rendent d'une stabilité à toute épreuve. Seules des vitesses très lentes obligent l'utilisation d'un pied.
La rapidité de mise en œuvre
Champion toute catégorie !... Mise au point approximative (généralement à l'hyperfocale), réglage de l'exposition approximative (généralement système 16), il suffit de « viser et de tirer » (c'est ce que les anglais appellent « point and shot »)
L'impact psychologique
Passe totalement inaperçu, ce n'est pas par hasard si de nombreux grands photographes de scènes de rue ont choisi ce type de système pour être totalement « transparents » dans la foule et ainsi ramener des clichés impossibles à réaliser avec les systèmes reflex par exemple. Il y a eu le même genre de super photos de guerre faites avec ce système, exactement pour la même raison, la proximité avec les « acteurs » de l'événement étant possible !...

LE COMPACT TÉLÉMÉTRIQUE PETIT FORMAT 24x36

Type de visée
Le compact télémétrique est une avancée spectaculaire dans le monde des compacts ! En effet, en conservant la compacité et le faible poids, on a ajouté un système de visée croisée (le télémètre) qui permettait de vérifier visuellement la mise au point. Toujours pas de miroir, toujours pas de prisme (au sens où on l'entend en visée reflex) mais un système de visée qui se modifie en même temps que le système de mise au point de l'objectif. Par contre, ce système de visée ne donnait qu'un aperçu assez approximatif du cadrage, surtout sur les courtes distances de mise au point. Ce système a également permis l'adaptation de plusieurs focales donc d'objectifs interchangeables, mais cette possibilité était hasardeuse puisqu'il fallait utiliser une tourelle de visée qui limitait la vision au champ approximatif de visée de l'objectif, il fallait donc deux visées, une pour la mise au point et l'autre pour la composition. Il garde toutefois tout son sens avec un objectif de focale « normale ». La visée est un peu moins claire qu'avec le système de visée directe mais plus claire que la visée reflex. En plus la mise au point est très précise.
Taille et poids
Aussi petit et à peine plus lourd que le compact à visée directe (à peine perceptible)
Taille de la surface sensible
Aucune particularité, c'est un petit format, la surface sensible n'a d'intérêt que pour le gain de taille et de poids
L'offre optique
Loin de valoir celle des reflex, il existe au minimum 3 ou 4 focales proposées avec ce type d'appareil. Mais, bien sûr il existe également des appareils à objectif fixe non amovible.
La discrétion
Identique à la famille des compacts à visée directe, si ce n'est que le temps nécessaire à la mise au point (même si très rapide) peut nous faire repérer.
La stabilité
La prise en main est bonne, le petit poids et l'objectif de petit poids quelle que soit sa focale le rendent d'une stabilité à toute épreuve. Seules des vitesses très lentes obligent l'utilisation d'un pied.
La rapidité de mise en œuvre
Un peu plus lent que le compact à visée directe à cause de la nécessité (ou la possibilité) de visualisation de la mise au point. Par contre, certains se sont vus équipés de système de réglage de l'exposition et même, pour certains, de moteurs d'entraînement du film (mais ce dernier équipement est une injure au système du compact télémétrique -à mon humble avis-)
L'impact psychologique
Passe totalement inaperçu, ce n'est pas par hasard si de nombreux grands photographes de scènes de rue ont choisi ce type de système pour être totalement « transparents » dans la foule et ainsi ramener des clichés impossibles à réaliser avec les systèmes reflex par exemple.

Je devrais placer ici également les compacts télémétriques numériques, mais leur prix élitiste les rendant inaccessibles aux amateurs, on est en droit de les "oublier"...

LE COMPACT TÉLÉMÉTRIQUE MOYEN FORMAT

Type de visée
Le compact télémétrique est une avancée spectaculaire dans le monde des compacts ! En effet, en conservant la compacité et le faible poids, on a ajouté un système de visée croisée (le télémètre) qui permettait de vérifier visuellement la mise au point. Toujours pas de miroir, toujours pas de prisme (au sens où on l'entend en visée reflex) mais un système de visée qui se modifie en même temps que le système de mise au point de l'objectif. Par contre, ce système de visée ne donnait qu'un aperçu assez approximatif du cadrage, surtout sur les courtes distances de mise au point. Ce système a également permis l'adaptation de plusieurs focales donc d'objectifs interchangeables, mais cette possibilité était hasardeuse puisqu'il fallait utiliser une tourelle de visée qui limitait la vision au champ approximatif de visée de l'objectif, il fallait donc deux visées, une pour la mise au point et l'autre pour la composition. Il garde toutefois tout son sens avec un objectif de focale « normale ». La visée est un peu moins claire qu'avec le système de visée directe mais plus claire que la visée reflex. En plus la mise au point est très précise.
Taille et poids
Aussi petit et à peine plus lourd que le compact (moyen format) à visée directe (à peine perceptible)
Taille de la surface sensible
Dans la mesure où ce système est totalement comparable au compact télémétrique petit format, son seul et unique avantage est l'énorme surface sensible ! Donc une qualité d'image exceptionnelle et qui permet des agrandissements géants...
L'offre optique
Loin de valoir celle des reflex, il existe au minimum 3 ou 4 focales proposées avec ce type d'appareil. Mais, bien sûr il existe également des appareils à objectif fixe non amovible.
La discrétion
Identique à la famille des compacts (moyen format) à visée directe, si ce n'est que le temps nécessaire à la mise au point (même si très rapide) peut nous faire repérer.
La stabilité
La prise en main est bonne, le petit poids et l'objectif de petit poids quelle que soit sa focale le rendent d'une stabilité à toute épreuve. Seules des vitesses très lentes obligent l'utilisation d'un pied.
La rapidité de mise en œuvre
Un peu plus lent que le compact (moyen format) à visée directe à cause de la nécessité (ou la possibilité) de visualisation de la mise au point. Par contre, certains se sont vus équipés de système de réglage de l'exposition et même, pour certains, de moteurs d'entraînement du film (mais ce dernier équipement est une injure au système du compact télémétrique -à mon humble avis-)
L'impact psychologique
Passe totalement inaperçu, ce n'est pas par hasard si de nombreux grands photographes de scènes de rue ont choisi ce type de système pour être totalement « transparents » dans la foule et ainsi ramener des clichés impossibles à réaliser avec les systèmes reflex par exemple.

LE REFLEX MOYEN FORMAT BI-OBJECTIFS

Type de visée
Comme son nom l'indique, il s'agit d'une visée reflex sur un dépoli mais d'un type particulier puisqu'un objectif est uniquement dédié à la visée, l'image étant capturée par un deuxième objectif dédié. L'objectif de visée étant généralement plus « rapide » que l'objectif de prise de vue, la visée est assez claire (pour une visée reflex). La visée s'effectue via un viseur capuchon, par le dessus. Certains de ces appareils disposent d'un prisme en option qui permet une visée à hauteur d'œil (moins claire) certains prismes étant même équipés d'un posemètre intégré. Puisque l'image servant à la visée n'est déviée que par un réflecteur à 45°, il n'y a pas d'augmentation du poids en plus du poids du 2ème objectif. L'obturateur étant central, sur l'objectif de prise de vue, l'appareil est très silencieux.
Taille et poids
Dans le groupe des reflex bi-objectifs on trouve de tout, tant en taille qu'en poids ! Pour une simple idée, un Mamiya® C3x(x) ou C2xx correspond au volume de 8 Lubitel®, et la différence de poids est encore plus importante !... Alors que les deux appareils sont de conception identique et de format d'image identique. Bien sûr, l'un est à l'extrémité « amateur » de la gamme et l'autre à l'extrémité « professionnelle » donc la comparaison s'arrête là ! Sachez toutefois que le top du top des reflex bi-objectifs (le Rolleiflex®) est 2 fois plus petit et presque 4 fois moins lourd que les Mamiya® cités ici.
Taille de la surface sensible
On retrouve globalement 2 formats, le 40x40 et le 60x60. (Anecdotiquement il a existé des reflex bi-objectifs petit format, mais je n'en ai même pas parlé !). Énorme surface sensible ! Donc une qualité d'image exceptionnelle et qui permet des agrandissements géants (plus pour le 60x60 que pour le 40x40, bien sûr)...
L'offre optique
Généralement, le reflex bi-objectif est équipé de deux objectifs fixes (de la même focale, bien sûr !). Sauf les Mamiya® dont j'ai parlé ci-dessus qui avaient des objectifs interchangeables (en fait des platines interchangeables).
La discrétion
Hormis les Lubitel® (microscopiques), les reflex bi-objectifs sont assez volumineux, donc se repèrent d'assez loin, pourtant, pour peu qu'ils ne soient pas équipés de viseur prismatique, du fait de leur aspect « vieillot » et du silence de fonctionnement, ils n'occasionnent pas le rejet retrouvé avec les reflex à visée à hauteur d'œil, même petit format. Est-ce dû au fait que le photographe baisse la tête pour la visée ? Peut-être bien...
La stabilité
En visée au niveau de la ceinture, cet appareil est maintenu par le dessous avec les deux mains, et en plus, il est attaché par une courroie de cou d'où une stabilité à toute épreuve, probablement la meilleure qui soit.
La rapidité de mise en œuvre
Comme pour les compacts télémétriques, il faut le temps de la mise au point.
L'impact psychologique
Comme déjà évoqué plus haut, ils ne repoussent pas plus le sujet photographié que les compacts, malgré leur taille bien plus imposante !...

LE REFLEX MOYEN FORMAT MONO-OBJECTIF PLAT

Type de visée
Ces appareils ont exactement la forme des reflex petit format, la visée s'effectue à travers l'objectif pour aboutir sur un dépoli. Généralement, en moyen format, ces appareils disposent d'une visée à hauteur de ceinture à travers un viseur capuchon (visée très claire) ou à travers un viseur prismatique en option qui les rend identiques aux reflex petit format, avec une visée plus sombre.
Taille et poids
Les appareils reflex petit formats étaient déjà volumineux et lourds, mais cette fois-ci c'est dans un autre registre qu'il faut jouer, en moyen format, ces appareils sont « gigantesques » et le poids suit !...
Taille de la surface sensible
On retrouve des appareils reflex moyen format plat de différents formats, de 45x60 au 60x70 en passant par les 60x60 (bien sûr) avec donc toujours, l'avantage de l'énorme surface sensible qui permet une qualité d'image incomparable et des possibilités d'agrandissement très importantes (d'autant plus que le format augmente)
L'offre optique
A l'exception des appareils à monture Pentacon six (Pentacon six, Kiev 60, Exakta 66, etc) qui ont une gamme d'optique aussi étendue que les appareils reflex petit format, en moyen format, cette gamme se limite généralement à 5 ou 6 focales.
La discrétion
Elle n'était pas de mise avec les reflex petit format, imaginez la même anatomie avec un volume démultiplié !...
La stabilité
Contrairement à ce que l'on pourrait craindre, le poids n'est pas un handicap pour la stabilité, bien au contraire. Par contre, la levée du miroir qui pouvait être problématique avec le petit format est d'autant plus critique ici puisque le miroir est franchement énorme !... L'utilisation d'un pied est recommandée dès des focales un peu longues ou des poses considérées comme courtes en petit format (1/30è de seconde pour des débutants, plus long pour les habitués.)
La rapidité de mise en œuvre
A part les capacités des moteurs d'avancement du film (quand ils existent) qui ne peuvent pas faire de miracles avec ces pellicules géantes non perforées, la mise en œuvre des appareils reflex moyen format est équivalente à celle des reflex petit format.
L'impact psychologique
Idem que le petit format mais multiplié par l'augmentation de la taille du boîtier et des objectifs du moyen format !... Sauf si visée à hauteur de nombril

LE REFLEX MOYEN FORMAT MONO-OBJECTIF CUBIQUE

Type de visée
Encore un groupe qui porte bien son nom. C'est un appareil de forme globalement cubique avec un seul objectif et à visée reflex, ce qui impose la présence d'un miroir. Cette forme a été initiée par Hasselblad®. Généralement la visée se fait sur un dépoli à travers un des nombreux viseurs proposés : capuchon, cheminée ou cheminée grossissante (avec ou sans posemètre), prisme droit ou prisme 45° (avec ou sans posemètre)
Taille et poids
Leur taille et leur poids sont très variables, selon leur âge, leur marque et leur format. Depuis le Mamiya® RB proS, le plus gros et le plus lourd (à ma connaissance) puisque dessiné pour un format 70x70 (même s'il ne crée que du 60x70, mais son dos tourne !) jusqu'au Kiev® 88CM ou le Hasselblad® 5xx compacts et « très légers », même plus que les 45x60 alors qu'ils créent du 60x60... Il faut dire que l'énorme miroir influence beaucoup le poids.
Taille de la surface sensible
La surface sensible est très variable, depuis les capteurs numériques 645 « cropés » à 1,5x jusqu'au 60x90, en passant par tous les intermédiaires. Donc globalement une excellente qualité d'image et la possibilité de grands agrandissements...
L'offre optique
A l'exception du Kiev® 88 CM à monture Pentacon six (Pentacon six, Kiev 60, Exakta 66) qui a une gamme d'optique aussi étendue que les appareils reflex petit format plats, en moyen format, cette gamme se limite généralement à 5 à 10 focales
La discrétion
Pour la discrétion, c'est pas ça ! Leur terrain de jeu c'est plutôt le studio, perchés sur un trépied. Bien sûr, ils savent sortir au grand air et se séparer du trépied, mais là... ils ne passent pas inaperçu.
La stabilité
En visée au niveau de la ceinture, cet appareil est maintenu par le dessous avec les deux mains, et en plus, il est attaché par une courroie de cou d'où une stabilité à toute épreuve, probablement la meilleure qui soit. Par contre, l'énorme miroir... l'utilisation d'un pied est recommandée dès des focales un peu longues ou des poses considérées comme courtes en petit format (1/30è de seconde pour des débutants, plus long pour les habitués.)
La rapidité de mise en œuvre
Cette rubrique ne représente pas vraiment le fort de ce type d'appareil !... Je dirais même que nous sommes face aux plus lents qui soient ! Même s'ils sont équipés de moteur d'avancement du film ! Ils peuvent être équipés de posemètres, d'exposition automatique voire d'autofocus, il n'en demeurent pas moins d'une lenteur incomparable, c'est d'ailleurs tout leur charme, puisque rares sont les photographes qui les choisissent avec moteur, autofocus, exposition automatique et même, ils préfèrent se passer de posemètre et travailler avec une « cellule » à main !...
L'impact psychologique
Mitigé est le mot ! Ils attirent et en même temps ils intriguent. Même équipés de prismes, ils ne provoquent jamais de réaction négatives... de l'incrédulité, de l'amusement, des ricanements ... oui, mais pas de mauvaises sensations ! Bien sûr, s'ils sortent du studio ! Car en studio, les modèles ne les voient même plus...

LES AUTRES REFLEX MOYEN FORMAT MONO-OBJECTIF (PARTICULIERS)

Personnellement je n'en connais qu'un seul qui soit si « bizarre » qu'on ne peut le classer nulle part : il s'agit du Kowa® Six et ses descendants Six MM et 66... Ils ont l'allure générale d'un bi-objectif mais avec un seul objectif !... (pour le voir, rendez-vous ici).

Type de visée
Comme son nom l'indique, il s'agit d'une visée reflex sur un dépoli. La visée s'effectue via un viseur capuchon, par le dessus. Ils proposent toutefois en option d'autres viseurs. L'obturateur étant central, dans l'objectif, l'appareil pourrait être très silencieux, malheureusement il y a le miroir.
Taille et poids
Possédant un miroir, il est assez lourd mais son volume est très restreint puisqu'il ne possède pas de dos (comme les cubiques) mais plutôt une « porte » comme les bi-objectifs ou les plats.
Taille de la surface sensible
C'est un moyen format 60x60. Donc globalement une excellente qualité d'image et la possibilité de grands agrandissements...
L'offre optique
Bien que difficiles à trouver aujourd'hui, le Kowa Six (et descendants) proposait 10 objectifs
La discrétion
Le Kowa® a vraiment une drôle de tête !... Ce qui fait qu'il n'attire pas l'œil, surtout si utilisé en visée au niveau de la ceinture...
La stabilité
En visée au niveau de la ceinture, cet appareil est maintenu par le dessous avec les deux mains, et en plus, il est attaché par une courroie de cou d'où une stabilité à toute épreuve, probablement la meilleure qui soit. Par contre, l'énorme miroir... l'utilisation d'un pied est recommandée dès des focales un peu longues ou des poses considérées comme courtes en petit format (1/30è de seconde pour des débutants, plus long pour les habitués.)
La rapidité de mise en œuvre Elle est tout à fait comparable à celle d'un reflex bi-objectif.
L'impact psychologique
Il passe totalement inaperçu ! Il semble complètement invisible. A ce niveau, c'est un bi-objectif en mieux (puisqu'on ne le remarque même pas !)

Ceci étant éclairci, je vais me lancer dans le vif du sujet. Mais avant d'aller plus loin, je souhaite répéter et insister sur le fait que tous les appareils peuvent faire tous les types de photo ! Que ce que je souhaite souligner ici c'est les points forts et les points faibles d'un type d'appareil dans le cadre d'un type particulier d'image !...

LA PHOTOGRAPHIE DE REPORTAGE SUR LE VIF (de rue)

A la manière des grands maîtres de la spécialité, l'appareil qui permet la plus grande spontanéité des « modèles » et qui fourni les images les plus « fortes » et les plus « vivantes » est incontestablement le compact télémétrique !... Ex-equo, et c'est logique, avec le compact. Ils sont encore meilleurs s'ils sont équipés d'un objectif « normal » (~50mm pour le 24x36, ~80mm pour le 60x60) ou un grand angle. Juste ensuite, pas très loin, je placerai les appareils reflex bi-objectifs ex-equo avec la famille des Kowa®. Tous les autres types d'appareils suivent très loin derrière !...

LA PHOTOGRAPHIE DE PORTRAIT-LA PHOTOGRAPHIE D'ART

Ici, pas d'hésitation non plus... Le maître incontesté (et incontestable) est le moyen format cubique (il serait bien sûr détrôné par le grand format mais je n'en parle pas ici). Juste derrière, pas très loin, je placerai la famille Kowa® ou les reflex bi-objectifs. Beaucoup plus loin, les reflex plats (petit ou moyen format). Et, très très loin, en queue de peloton, les compacts, télémétriques ou non.

LA MACRO-PHOTOGRAPHIE

Voilà un sujet à controverse ! Il n'y a aucun doute, le seul appareil permettant cet exercice est le reflex. L'idéal serait le reflex moyen format cubique, grâce, en particulier, à ses viseurs cheminée (si possible grossissants). Seulement voilà, il faudra transporter une masse assez considérable !... Du coup, le système reflex petit format prend tout son sens dans cet exercice ! Qualité d'image moindre, bokeh beaucoup moins flatteur, mais tellement plus léger et facile à mettre en œuvre ! Il reste le reflex moyen format plat qui y trouve toute sa place, il est plus simple à mettre en œuvre que le moyen format cubique, il offre une meilleure qualité et un meilleur bokeh que le petit format, seulement, il est plus lourd !... Dilemme !... Pour ce qui est des autres systèmes, on oublie !... (sauf peut-être le Kowa®, mais ce ne serait pas mon préféré).

LA PHOTOGRAPHIE DE SPORT

Ici, pas d'hésitation non plus... Le maître incontesté (et incontestable) est le reflex petit format : téléobjectifs plus longs, mise en œuvre plus facile et plus rapide, vitesses maximales plus importantes, bref, tous les autres sont très loin derrière (la queue de peloton est cette fois tenue par le moyen format cubique).

LA PHOTOGRAPHIE DE PAYSAGE

Voilà le paragraphe le plus redouté, je sais que je vais me faire des tas d'ennemis, mais tant pis, il faut que je le dise ! The winner is : le compact télémétrique moyen format ex-equo avec le compact moyen format à visée directe. Eh oui madame ! Suivi de près par le reflex moyen format cubique ex-equo avec le reflex moyen format plat ! Juste derrière, je placerai le Kowa® ex-equo avec le bi-objectif et pour finir, bien évidemment par le petit format. L'explication est simple, sur le terrain, le compact est le plus portable (logique) et la superficie de sa surface sensible fera merveille ! Ensuite viennent les autres types de moyen format, toujours pour la même raison de qualité. Et loin derrière les appareils petit format, qu'ils soient compacts ou reflex !... Cela vous surprend ? Voyez le nombre de grands photographes de paysage qui travaillent à la chambre grand format ! Mais j'ai dit que je n'en parlais pas...

LA PHOTOGRAPHIE D'ARCHITECTURE

Ce style photographique est la chasse gardée de la chambre grand format, seule capable de gérer les lignes fuyantes. Mais comme je ne parle pas du grand format, ça se complique un peu ! Pour récupérer les lignes fuyantes, quand on n'est pas une chambre grand format, il faut adopter un objectif ou un dispositif particulier connu sous le nom d'objectif à décentrement. Dans ce cas on doit d'emblée éliminer les compacts (télémétriques ou non) ainsi que les bi-objectifs, chez qui ce genre de dispositif n'existe pas (à ma connaissance du moins !). Reste les reflex moyen ou petit format (numériques inclus) là les dispositifs existent, ils ne sont pas donnés mais ils existent. Il existe également une autre alternative, très marginale, qui consiste à adapter un dos moyen format (cubique donc) à une chambre grand format (!) ce qui permet de faire du moyen format mais en utilisant une chambre grand format !... Comme toujours, s'il est possible d'utiliser un reflex petit format OU un reflex moyen format, le choix se portera préférentiellement sur le moyen format, pour ses qualités de bokeh, d'image générale et de possibilité d'agrandissement, mais le petit format est également utilisable !

Tout le monde ne possédant ni chambre grand format, ni objectif à décentrement (ou dispositif équivalent), la photographie d'architecture devrait leur être fermée, sauf que, si vous avez la possibilité de faire du laboratoire (chambre noire en argentique/chambre claire en numérique), vous pouvez récupérer ces lignes fuyantes soit sous l'agrandisseur soit avec votre logiciel de traitement d'images, dans ce cas, absolument tous les appareils seront capables de faire de la photo d'architecture...

LA MICRO-PHOTOGRAPHIE

La micro photographie consiste à photographier l'image provenant d'un microscope. De tous temps, des accessoires ont été proposés pour cet exercice, même pour les appareils moyen format. Bien sûr, l'adaptation d'un moyen format sur le fût d'un oculaire de microscope n'est pas chose aisée, il est nécessaire d'utiliser un statif particulier, mais pris dans l'absolu, la chose n'est pas plus facile avec un petit format, même beaucoup moins lourd ! Donc encore une fois, il faut écarter les compacts qui ne permettent pas un réglage de la mise au point dans ce genre de situation. A nouveau ma préférence va au moyen format pour sa qualité d'image et ses possibilités d'agrandissement, mais le petit format est également très envisageable. Il y a des bricoleurs (de génie) qui ont réussi à faire de la micro-photographie à l'aide de compact numérique (visée et mise au point via l'écran LCD), ce qui permet de ne pas désespérer si on n'a pas les moyens de s'offrir mieux ! Vous trouverez leur technique sur le net, je n'ai pas noté leurs adresses, mais votre moteur de recherche préféré devrait vous trouver ça !

LE PHOTO-JOURNALISME

Voilà bien le seul exercice photographique où tous les types d'appareils ont leur place ! En effet, en suivant l'histoire de la photographie, ce genre photographique a été enrichi d'abord avec des chambres grand format, puis des chambres dites « reporter », puis des appareils moyen format et enfin des appareils petit format. Les reflex bi-objectifs faisant partie de la liste... Qui dit photo-journalisme dit agrandissement limité, dit qualité d'image dégradée par la méthode d'impression de journal, donc, tout est bon ! Bien sûr, le photo-journalisme est vaste, parfois un appareil lent peut faire l'affaire, parfois il est préférable de posséder un appareil rapide, dans ce dernier cas, le reflex petit format est roi. En plus, pour ne pas trop s'encombrer en reportage, le petit format a également un avantage sur le moyen format.

LA CHASSE PHOTOGRAPHIQUE/LE SAFARI PHOTO

Attention, une fois encore il va y avoir des grincements de dents... Qui dit faire de superbes photographies animalières dit utiliser le format le plus large possible ! Oui, seulement, face à des animaux sauvages, il est préférable de ne pas s'approcher trop près et de ne pas trop traîner ! Donc, le mieux serait de posséder un très grand téléobjectif. Qui dit très grand téléobjectif, dit posséder un format de surface sensible le plus petit possible ! En moyen format, généralement, il n'existe pas de très grands téléobjectifs (mais je connais un Zeiss Jena, à monture Pentacon 6 -adaptable à tous les appareils moyen format possédant cette monture- de 1000mm !). Même quand ils existent, les grands téléobjectifs pour moyen format sont énormes et très lourds, donc le mieux est d'utiliser un petit format. Si vous utilisez du numérique, le format APS est encore préférable au full frame ! N'oublions pas qu'un objectif de 1000mm devient un objectif de 1500 à 1600mm en format APS !...

Bien sûr, si on fait de la photo animalière dans un zoo ou si on photographie des animaux pas très vifs et non agressifs, on peut envisager tous les systèmes possibles, et il serait même intéressant d'utiliser un objectif grand angle si on peut s'approcher assez près des sujets...

LA PHOTOGRAPHIE ASTRONOMIQUE

La photographie astronomique consiste à photographier l'image provenant d'un téléscope. De tous temps, des accessoires ont été proposés pour cet exercice, même pour les appareils moyen format. Bien sûr, l'adaptation d'un moyen format sur le fût d'un oculaire de téléscope n'est pas chose aisée, il est nécessaire d'utiliser un statif particulier, mais pris dans l'absolu, la chose n'est pas plus facile avec un petit format, même beaucoup moins lourd ! Donc encore une fois, il faut écarter les compacts qui ne permettent pas un réglage de la mise au point dans ce genre de situation. A nouveau ma préférence va au moyen format pour sa qualité d'image et ses possibilités d'agrandissement, mais le petit format est également très envisageable. Il y a des bricoleurs (de génie) qui ont réussi à faire de la photographie astronomique à l'aide de compact numérique (visée et mise au point via l'écran LCD), ce qui permet de ne pas désespérer si on n'a pas les moyens de s'offrir mieux ! Vous trouverez leur technique sur le net, je n'ai pas noté leurs adresses, mais votre moteur de recherche préféré devrait vous trouver ça !

QUID DE LA SURFACE SENSIBLE ?

Depuis le début de cet article je parle de « petit format », « moyen format », « APS-C » etc... cela ne parle pas forcément à tout le monde !... Je vais donc vous montrer brièvement de quoi il en retourne !

Dans le monde de l'argentique, si j'écarte d'emblée le grand format, il y a (eu) les formats suivants :

Mini format (plusieurs tailles -disparu-)
Demi format (18 x 24mm -disparu-)
APS (dit APS- H = 16,7 x 30,2mm)
Petit format (24 x 36mm)
Moyen format (40 x 40mm -disparu-, 45 x 60mm, 60 x 60mm, 60 x 70mm, 60 x 80mm, 60 x 90mm)

Je ne parlerai pas des panoramiques...

Dans le monde du numérique, c'est beaucoup plus compliqué puisque si certaines « normes » existent, chacun donne le format qu'il souhaite à ses capteurs !!! On trouvera donc :

Mini format (plusieurs tailles)
APS (dit APS-C = plusieurs formats selon les marques)
Petit format (dit full frame = 24 x 36mm)
Moyen format (plusieurs formats selon les marques)

Pour être encore plus didactique, voici un comparatif visuel des différents formats (n'allez pas mesurer, la correspondance pixel/mm est variable selon votre ordinateur MAIS le rapport de taille entre chaque image est exact !...) :

ARGENTIQUE
APS-H (16,7 x 30,2mm)
ARGENTIQUE
Demi Format (18x24mm)
ARGENTIQUE
Petit Format (24x36mm)
ARGENTIQUE
Moyen Format (45x60mm)
ARGENTIQUE
Moyen Format (60x60mm)
ARGENTIQUE
Moyen Format (60x70mm)
ARGENTIQUE
Moyen Format (60x80mm)
ARGENTIQUE
Moyen Format (60x90mm)
NUMÉRIQUE
Moyen Format
NUMÉRIQUE
Full Frame
(équivalent 24x36)
NUMÉRIQUE
APS-C
(Pentax-Nikon-Sony)
NUMÉRIQUE
APS-C
(Canon)
NUMÉRIQUE
Foveon
(Sigma)
NUMÉRIQUE
Système 4/3
(four third)
NUMÉRIQUE
1/1.6"
NUMÉRIQUE
1/1.7"
NUMÉRIQUE
1/1.8"
NUMÉRIQUE
1/2.5"

Que constatons-nous ? En fait 2 choses très importantes :
—> À l'heure de l'écriture de ces lignes (Févr. 2012) si les formats des capteurs numériques ont grandis (pour certains), il y a encore énormément de micro-formats (!...) et, hormis le full frame, sans correspondance réelle avec l'argentique.
—> Qu'il s'agisse de l'argentique ou du numérique, outre les différences de taille, les différents formats présentent des rapports hauteur/largeur très différents (il y a des exceptions : 24x36 et 60x90, par exemple, ont des rapports identiques).

Pourquoi souligner ces deux points ?
1) Parce que si un recadrage est toujours possible que ce soit à l'agrandissement d'un film argentique ou à la réduction d'une image numérique (pour peu que cette dernière dispose d'une quantité suffisante de pixels), chacun devra choisir le rapport hauteur/largeur qui correspond le mieux à sa sensibilité ! Il n'est vraiment pas envisageable de « s'emprisonner » dans un format qui limite sa sensibilité et sa créativité !... De nombreux professionnels se sont fixés sur un seul format et n'en changeront pas... Le format carré du 60x60, par exemple, peut rebuter certains alors que d'autres se trouvent trop à « l'étroit » dans un 60x90 (non pas que la place manque !!! mais le rapport hauteur/largeur identique à celui du 24x36 les gênent !)
2) La taille de la surface sensible modifie considérablement les résultats d'une photographie !... Plus un format sera grand et plus la profondeur de champ sera petite et plus le bokeh (flou d'arrière plan) sera agréable [à correspondance de focale, bien sûr !]... En d'autres termes, il sera beaucoup plus facile de faire du portrait sentimental avec un film 60x90 qu'avec un capteur 1/2.5" !!! Et inversement, il sera beaucoup plus facile de faire de la macrophotographie avec un capteur 1/2.5" qu'avec un film 60x90 (car la profondeur de champ sera énormément plus grande) !!! En plus, plus la surface sensible sera grande et plus grande sera la qualité d'image [à sensibilité identique, bien sûr !]. Notez que je n'ai pas parlé du nombre de pixels des capteurs numériques... ces derniers n'ayant aucun rapport avec la qualité de l'image finale !!! Imaginez qu'il existe sur le marché des capteurs de 1/2.5" à 14 mégapixels alors que des reflex professionnels en full frame se limitent volontairement à 12 mégapixels !!!

Voilà, je pense vous avoir donné les principales clés pour choisir votre appareil photographique : le type le plus approprié pour votre sujet de prédilection et la taille et la forme de la surface sensible pour peaufiner votre expression photographique !!!

LE MOMENT DU CHOIX

Vous connaissez maintenant beaucoup de choses... pour finaliser votre choix de boîtier, ne manquez surtout pas la lecture de cette page...


ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page


Flag Counter
En savoir plus