Accueil
Index général
Contacter le Webmaster
Note de copyright
Particularités & fonctionnement
Vous pouvez participer
Appel aux internautes
Liens
Dernières mises à jour
Le livre d'or
Qui suis-je ?
Mon matériel (chéri)
La page des débutants
Quelques cotes
Ma galerie photographique
Ma carte blanche
Le tableau d'honneur
Historique de l'appareil photographique
La grande histoire de Pentax®
Les appareils photographiques de l'Est
Quelques modes d'emploi introuvables
Un petit « cours » de photographie
L'alphabet russe
Les logos des marques
Des bricolages pour photographes
Les mauvais plans à éviter absolument
Les théories influençant la photographie
Les fiches techniques
Mise au point sur...
Les secrets d'une photographie
Les tests approfondis
Les tests improbables
Quid du M42 ?
La photo vue par la toute jeune génération
Faire ses débuts en photo argentique
Faire ses débuts en photo numérique
Analogique | Numérique - Une alternative
Manifeste pour la lenteur en photographie
Questions & tuyaux en photo numérique
Quel objectif pour reflex Pentax numérique ?
Un fantasme devenu possible ?
Les foires à la photo - Dénicher des occaz
Un petit tour au laboratoire
Un peu de labo numérique
Choisir son appareil photographique
Quel appareil pour quelle photo ?
Choisir son (ses) objectif (s)
Choisir son statif
Quels accessoires envisager ?
Utiliser / faire revivre les filtres
Vérifier son matériel
Que penser des Kiev et de ceux qui les modifient ?
Acheter un appareil soviétique ?
Qu'est-ce que j'peux faire ? J'sais pas quoi faire !
Les lois d'une nouvelle expérience photographique
De l'acte photographique
Le grand match
Prendre soin de ses appareils photographiques
Où faire réviser/réparer son appareil photo ?
Composition : erreurs fréquentes à éviter plus conseils
Techniques photographiques évoluées
Programmer sa propre évolution photographique
Retrouver l'inspiration photographique
Créer un studio « professionnel » à moindre frais
Projets d'expérimentations
Expériences de paléophotographie
Parlons matériel (pas marque !)
Mes photographes préférés
Quid de la lomographie ?
Dernière minute
Questions / Réponses
1001 trucs à connaître
Et si on essayait de comprendre les photos ?
Et si on essayait l'originalité ?
Et si on s'essayait à la macrophotographie ?
Et si on s'essayait au panoramique ?
Et si on s'essayait à la trichromie ?
Et si on s'essayait à l'autochrome ?
Et si on s'essayait au noir et blanc créatif ?
Et si on se construisait un appareil sténopé ?
Et si on s'essayait au moyen format ?
Et si on s'essayait au grand format ?
Photographier sans lumière ?
Photographier avec un smartphone/une tablette
Photographier avec un compact bas de gamme
Ces petits trucs qui changent tout
La photographie itinérante
Les styles en photographie
La petite histoire d'une photographie
Devenir meilleur photographe
Équipement logiciel de qualité à bas prix !
Que peut-on attendre des logiciels photo ?
Divagations
Peut-on protéger ses créations ?
Le coin des polémiques
Hommage à FERNAND BIGNON
Lettre ouverte aux (futurs) argentistes
Les photographes sont tous C H A R L I E



 

Dans cette partie du site www.thydelor.eu, nous allons envisager certaines actions simples à entreprendre pour conserver nos appareils photographiques dans leur meilleure condition esthétique et fonctionnelle. Cela ne paraît pas, mais très peu de monde porte attention à cette étape primordiale de la démarche photographique !...

Il y a les adeptes de la « lomophotographie » qui, sous prétexte de création d'un type d'image particulier, décident de malmener leur matériel... je respecte les choix de chacun, mais, même en « lomophotographie », à mon avis, un appareil en bonne forme ne peut qu'apporter un plus !...

Ceux d'entre nous qui achètent des appareils neufs ont la chance de disposer d'un mode d'emploi (idem pour ceux qui recherchent les modes d'emploi des appareils anciens), mais qui prend le temps de lire le chapitre sur la façon de bichonner sa nouvelle acquisition ?...

Je vais donc vous donner ici quelques conseils. J'essayerai d'envisager tous les types d'appareils photographiques, car si les choses à faire peuvent varier du tout au tout selon la philosophie et l'âge de chaque appareil, il faut prendre, dès le début, de bonnes habitudes ! Pour conserver longtemps nos « précieux » et permettre aux prochaines générations d'en profiter encore...

Si vous appréciez cette page, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Matériel indispensable Conseils généraux à appliquer systématiquement
Les ennemis de notre matériel Quoi traiter et comment ?
Et les grands froids alors ?  


MATÉRIEL INDISPENSABLE

Pas de panique, il faut très très peu de chose et que des choses peu onéreuses !...
—> Une paire de gants en coton (type gants de laboratoire photo)
—> Un chiffon doux en coton non pelucheux
—> Un tissu microfibre
—> Une poire soufflante (avec ou sans pinceau)
—> Un pinceau doux (si la poire ne possède pas de brosse douce)
—> Des cotons-tiges
—> Du papier de verre ultra fin (type carrosserie)
—> Une bombe d'air comprimé
—> De l'eau déminéralisée
—> De l'alcool ménager
—> De l'essence C
—> Une paire de pinces en plastique
—> Une bombe de lubrifiant (personnellement j'aime bien les bombes de silicone)
—> Une ampoule de forte intensité (ou mieux, un franc soleil... mais lui, on ne l'allume pas à volonté !)
—> Un peu de « jugeote »
—> Les conseils prodigués ici...

En gros, c'est tout...

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page


LES CONSEILS GÉNÉRAUX À APPLIQUER SYSTÉMATIQUEMENT

—> Éviter d'exposer le matériel à des fortes températures (ne pas laisser dans une voiture en plein soleil)
—> Éviter d'exposer le matériel à de « forts » taux d'humidité
—> Éviter d'exposer le matériel à la poussière et malgré tout, dépoussiérez-le régulièrement avec un tissu microfibre humide
—> Éviter d'exposer le matériel à de fortes vibrations
—> Éviter d'exposer le matériel aux chocs (même légers)
—> Éviter d'exposer le matériel aux fortes variations de température (condensation)
—> Éviter de laisser pénétrer des corps étrangers (même de l'eau) à l'intérieur du matériel
—> Essuyer immédiatement toute goutte d'eau tombée sur le matériel
—> Éviter de trop serrer la vis du trépied dans la semelle de l'appareil
—> Éviter l'emploi de solvants pour le nettoyage du matériel
—> Éviter de stocker le matériel à proximité de produits chimiques volatiles
—> Maintenez systématiquement en place (ou remplacer, si manquant) les capuchons d'objectifs, de boîtiers, de viseur, de dos...
—> Ranger le matériel dans un conteneur rigide équipé d'un système absorbeur d’humidité
—> Utiliser régulièrement le matériel mécanique (même à vide)

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page


LES ENNEMIS DE NOTRE MATÉRIEL

Avant d'envisager les soins, on va commencer par lister les « maladies » les plus fréquentes (désolé pour la déformation professionnelle).
—> Corrosion des contacts du compartiment à piles à cause de vieilles piles qui coulent
—> Rouille des micro-éléments mécaniques due à l'humidité
—> Grippage des éléments mécaniques par accumulation de corps étrangers dans l'appareil (sable, poussière, etc...)
—> Ankylose des micro mécaniques de vitesse d'obturation (surtout sur les appareils anciens 100% mécaniques) à cause du manque d'exercice
—> Moisissures des lentilles des objectifs à cause de l'humidité, de l'atmosphère chaude et du rangement en milieu sombre
—> Décollement des éléments optiques des objectifs (sur les appareils anciens) à cause des variations de température brutales et de l'humidité
—> Opacification des lentilles de l'objectif à cause du vieillissement des « colles » et des traitements de surface.

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page


QUOI TRAITER ET COMMENT ?

Corrosion des contacts du compartiment à piles
Ce problème est du à l'oubli des piles dans leur compartiment pour une longue durée sans jamais les faire travailler (« tirer du jus » dans le langage courant)
—> Problème très fréquent
—> Peut être irrécupérable si le problème n'est pas détecté précocement (sauf si vous acceptez de tout démonter et de remplacer les contacts et les fils qui s'y attachent !!!)
—> Traitement aléatoire (si contact de longue durée de l'acidité de la pile avec les éléments métalliques)

Technique
—> Imbiber un coton-tige d'eau déminéralisée et essorer le surplus
—> Tamponner tout le compartiment à piles
—> Renouveler plusieurs fois en changeant de coton-tige pour neutraliser l'acidité
—> Bien sécher avec plusieurs cotons-tiges ou au sèche cheveux
—> Frotter vigoureusement les zones corrodées à l'aide d'un (ou plusieurs) cotons tige
—> Si ce n'est pas suffisant, montez un papier de verre ultra fin sur une pince et frotter (doucement cette fois) les contacts

LA REGLE EST LA SUIVANTE : prenez l'habitude de toujours retirer les piles si vous n'envisagez pas de prise de vue, même du jour au lendemain...

Rouille des micro-éléments mécaniques
Cela est dû à l'humidité ambiante ou à la condensation
—> Problème fréquent dans les contrées humides, les zones humides de stockage des appareils ou lors de la photographie en atmosphère très froide où une condensation s'opère en rentrant au domicile chauffé.
—> Traitement simple (si la rouille n'est pas trop importante !) sinon l'opération devient hasardeuse !...

Technique
—> Si la rouille a « soudé » des éléments entre eux, il n'y a quasiment rien à faire (!!!) les rouages seraient récupérables, les ressorts (appareils anciens) ou les cartes électroniques imprimées (appareils modernes) sont irrécupérables eux !!!
—> Si la rouille est très superficielle, pour peu qu'on soit loin d'un diaphragme ou d'une zone optique, un lavage à l'essence C et un graissage léger suffit... Sinon, il va falloir se résoudre à démonter, laver chaque pièce, graisser légèrement chaque pièce, voire gratter chaque pièce puis tout remonter.... c'est beaucoup plus compliqué...

LA REGLE EST LA SUIVANTE : entreposer le matériel dans un endroit sec et bien ventilé. Au besoin utiliser des déssicants (les absorbeurs d'humidité ou des gels de silice -voire simplement du gros sel enveloppé dans un bas nylon fait très bien l'affaire-). Le meilleur traitement étant encore la prévention, en photographie dans des conditions atmosphériques humides (pluie, embruns, tropiques...) envelopper le matériel dans un sac plastique et en photographie par temps froid, envelopper le matériel dans un sac plastique et de retour à la maison, laisser le matériel dans une zone fraîche pendant 1/2 heure avant de tout ranger au chaud.

Grippage des éléments mécaniques par accumulation de corps étrangers dans l'appareil
Il s'agit généralement de sable, de poussière (encore plus si l'accumulation de poussière se produit dans une zone huilée de l'appareil ce qui aboutit à la création d'une pâte collante !), voire de débris métalliques provenant de l'appareil lui-même (de nombreux appareils ancien étaient ajustés à l'arrache et l'usinage était parachevé par l'utilisation avec libération de « copeaux » métalliques)

Technique
—> Très simple (s'il ne s'agit pas de poussière épaississant de la graisse)
—> Utilisez une poire soufflante ou une bombe d'air comprimé pour déloger les corps étrangers (un bricolage d'adaptateur de petit tuyau sur le bout de l'aspirateur est également très efficace -il faudra que je vous explique comment j'ai fabriqué le mien !-)
—> Face à de la graisse épaissie par de la poussière, il faudra laver à l'aide de cotons-tiges imbibés d'alcool ménager jusqu'à faire disparaître toute la « bouillie » puis de bien sécher à l'aide de cotons tiges secs et éventuellement un sèche cheveux. L'application d'un nouveau lubrifiant peut également s'avérer fort recommandable.

LA REGLE EST LA SUIVANTE : limiter au maximum les accès aux parties mécaniques des appareils (objectifs non montés ou caches des ouvrants absents) et entreposer son matériel dans un endroit propre.

Ankylose des micromécanismes de l'obturateur (appareils anciens 100% mécaniques)
—> Problème très fréquent
—> Touche principalement les vitesses lentes (plus rarement les vitesses rapides, et dans ce cas uniquement les vitesses extrêmes qui deviennent un peu fantaisistes)
—> Traitement très aléatoire mais j'ai pu en « soigner » pas mal !

Technique simple de traitement pour les obturateurs centraux (inclus dans les objectifs)
—> Retirer l'objectif du boîtier
—> Armer l'obturateur directement sur l'objectifs
—> Déclencher l'obturateur directement sur l'objectif et accompagner le mouvement de fermeture sans trop forcer
—> Répéter la procédure jusqu'à amélioration des symptômes
—> Ne jamais utiliser de dégrippant ou de lubrifiant et encore moins de graisse

LA REGLE EST LA SUIVANTE : MOINS J'UTILISERAI L'APPAREIL ET PLUS IL S'USERA !!!! Donc, que vous photographiez ou non, pensez à faire fonctionner vos appareils mécaniques anciens régulièrement et à toutes les vitesses...

Technique simple de traitement pour obturateurs focaux (inclus dans l'appareil)
—> Retirer l'objectif du boîtier
—> Armer l'obturateur
—> Déclencher en essayant d'accompagner le mouvement de fermeture sans trop forcer. ATTENTION, les obturateurs focaux (en tissus ou métalliques) sont très fin et très fragiles, ne touchez qu'aux zones dures si elles sont accessibles, jamais à la toile ou à la feuille métallique !...
—> On peut envisager de lubrifier le chemin de déplacement du rideau (ou de la feuille métallique)
—> Répéter la procédure jusqu'à amélioration des symptômes

LA REGLE EST LA SUIVANTE : MOINS J'UTILISERAI L'APPAREIL ET PLUS IL S'USERA !!!! Donc, que vous photographiez ou non, pensez à faire fonctionner vos appareils mécaniques anciens régulièrement et à toutes les vitesses...

Technique complexe de traitement des obturateurs de tous types
Je ne la conseille pas aux non « spécialistes » (à moins que ce soient des petits génies de la micromécanique) !!!
—> Démonter entièrement l'obturateur
—> Laver (tremper) à l'essence C
—> Bien dégraisser
—> Bien sécher
—> Tout remonter

Moisissures des lentilles des objectifs
L'apparition de moisissures sur les lentilles des objectifs est due à l'association de 3 facteurs : humidité + chaleur + obscurité. On repère la « maladie » en visualisant des petits filaments noirs qui occupent de plus en plus de surface sur les lentilles.
—> Traitement très aléatoire mais j'ai pu en « soigner » pas mal !

Technique
—> La technique la plus simple (elle est longue mais efficace !) est la « photothérapie » :
—> Retirer l'objectif du boîtier
—> Exposer toutes les lentilles à une forte lumière (faire traverser tout l'objectif par les rayons lumineux) pendant plusieurs heures à renouveler jusqu'à obtention d'un résultat. La lumière solaire est encore plus efficace que la lumière artificielle (mais pas forcément aussi disponible à intensité identique) puisqu'elle combine lumière visible et ultra-violets mais un bon spot de lumière tungstène fait également très bien l'affaire...
—> Ne pas négliger le traitement préventif : stockage en zone sèche, fraîche (ou pas trop chaude) et bien ventilée... ET... exposer régulièrement les objectifs à la lumière (même hors activité photographique). N.B. : dans le cas d'objectifs à obturateur central, pensez bien à placer l'obturateur en position ouverte (pose « B » ou mieux pose « T »)

LA REGLE EST LA SUIVANTE : stockage dans une zone sèche, pas trop chaude et ventilée et exposition régulière à une forte lumière.

Décollement des éléments optiques des objectifs (sur les appareils anciens)
Généralement à cause des variations de température brutales, de l'humidité et de l'âge des colles
—> Traitement impossible pour un non spécialiste et très compliqué pour un spécialiste !!! Il faut séparer toutes les lentilles, retirer toute trace d'ancienne colle, laver abondamment, rincer abondamment, sécher parfaitement, recoller les lentilles à l'aide d'une colle optique en prenant soin de respecter l'axe optique (cette dernière remarque relève de l'humour... qui serait capable d'un tel exploit ?!!!)

LA REGLE EST LA SUIVANTE : éviter l'humidité et les variations brutales de température, cela vous permettra (tout au plus) de prolonger la vie de vos objectifs et certainement pas d'éviter le vieillissement des colles !...

Opacification des lentilles de l'objectif
Généralement dû au vieillissement des « colles » utilisées pour solidariser les lentilles et des traitements de surface (anti reflet entre autre)
—> Traitement curatif impossible
—> Traitement préventif impossible
—> Certaines marques sont plus sensibles au phénomène que d'autres...

LA REGLE EST LA SUIVANTE : serrez les pouces...

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page


ET LES GRANDS FROIDS ALORS ?

Et encore un hiver (février 2012) où le thermomètre en Lorraine tombe bien en dessous des -10°C... Que devient notre matériel ancien sous ce climat ? Mon conseil est l'abstention de photographie en extérieur ! Les obturateurs en toile se rigidifient et deviennent cassants par grand froid donc leur utilisation devient risquée... Il en va de même pour les lubrifiants qui figent et qui mettent en jeu la survie des systèmes mécaniques précis et fragiles...

Mais à partir de quand parler de « grand froid ». Voilà une question à laquelle il est très difficile de répondre ! Personnellement je me fixe une limite à -1°C pour les appareils anciens... Pourquoi pas -5°, et pourquoi pas 0°C ? Je n'en sais absolument rien, j'ai décidé, un point c'est tout ! Après tout, ce n'est pas la première fois dans ce site que je répète que je ne suis pas une référence, je vous donne ici ma façon de faire, je ne vous impose pas mon point de vue.

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page


Flag Counter
En savoir plus