Accueil
Index général
Contacter le Webmaster
Note de copyright
Particularités & fonctionnement
Vous pouvez participer
Appel aux internautes
Liens
Dernières mises à jour
Le livre d'or
Qui suis-je ?
Mon matériel (chéri)
La page des débutants
Quelques cotes
Ma galerie photographique
Ma carte blanche
Le tableau d'honneur
Historique de l'appareil photographique
La grande histoire de Pentax®
Les appareils photographiques de l'Est
Quelques modes d'emploi introuvables
Un petit « cours » de photographie
L'alphabet russe
Les logos des marques
Des bricolages pour photographes
Les mauvais plans à éviter absolument
Les théories influençant la photographie
Les fiches techniques
Mise au point sur...
Les secrets d'une photographie
Les tests approfondis
Les tests improbables
Quid du M42 ?
La photo vue par la toute jeune génération
Faire ses débuts en photo argentique
Faire ses débuts en photo numérique
Analogique | Numérique - Une alternative
Manifeste pour la lenteur en photographie
Questions & tuyaux en photo numérique
Quel objectif pour reflex Pentax numérique ?
Un fantasme devenu possible ?
Les foires à la photo - Dénicher des occaz
Un petit tour au laboratoire
Un peu de labo numérique
Choisir son appareil photographique
Quel appareil pour quelle photo ?
Choisir son (ses) objectif (s)
Choisir son statif
Quels accessoires envisager ?
Utiliser / faire revivre les filtres
Vérifier son matériel
Que penser des Kiev et de ceux qui les modifient ?
Acheter un appareil soviétique ?
Qu'est-ce que j'peux faire ? J'sais pas quoi faire !
Les lois d'une nouvelle expérience photographique
De l'acte photographique
Le grand match
Prendre soin de ses appareils photographiques
Où faire réviser/réparer son appareil photo ?
Composition : erreurs fréquentes à éviter plus conseils
Techniques photographiques évoluées
Programmer sa propre évolution photographique
Retrouver l'inspiration photographique
Créer un studio « professionnel » à moindre frais
Projets d'expérimentations
Expériences de paléophotographie
Parlons matériel (pas marque !)
Mes photographes préférés
Quid de la lomographie ?
Dernière minute
Questions / Réponses
1001 trucs à connaître
Et si on essayait de comprendre les photos ?
Et si on essayait l'originalité ?
Et si on s'essayait à la macrophotographie ?
Et si on s'essayait au panoramique ?
Et si on s'essayait à la trichromie ?
Et si on s'essayait à l'autochrome ?
Et si on s'essayait au noir et blanc créatif ?
Et si on se construisait un appareil sténopé ?
Et si on s'essayait au moyen format ?
Et si on s'essayait au grand format ?
Photographier sans lumière ?
Photographier avec un smartphone/une tablette
Photographier avec un compact bas de gamme
Ces petits trucs qui changent tout
La photographie itinérante
Les styles en photographie
La petite histoire d'une photographie
Devenir meilleur photographe
Équipement logiciel de qualité à bas prix !
Que peut-on attendre des logiciels photo ?
Divagations
Peut-on protéger ses créations ?
Le coin des polémiques
Hommage à FERNAND BIGNON
Lettre ouverte aux (futurs) argentistes
Les photographes sont tous C H A R L I E



 

Une fois n'est pas coutume, dans cette page je vais vous proposer un sujet qui ne pourra intéresser QUE les photographes amateurs de photographie argentique OU ceux qui ont entrepris une approche alterne (comme proposée ici)... Pour les aficionados du tout numérique, il ne reste plus que trois possibilités :
- comprendre le principe (ça peut aider)
- visiter les autres pages de mon site qui sont également très intéressantes
- se lancer dans la photographie argentique, en plus du numérique... Dans ce cas vous trouverez absolument tout ce dont vous pourriez avoir besoin dans les autres pages de mon site...

Pour tous, le sujet de cette page est très intéressant et ce à plusieurs titres :
— Faire de la photographie couleur avec un film noir et blanc (eh oui, c'est possible !)
— Faire de la photographie argentique couleur sans laboratoire couleur (par utilisation de la voie alterne !)
— Faire de la photographie argentique couleur avec laboratoire couleur MAIS avec film noir et blanc
— Et puis surtout, vous l'aurez compris, un extraordinaire moyen de se faire plaisir...

MISE EN GARDE : Si la photographie est une activité qui demande beaucoup de temps, cette page va vous ouvrir les portes d'une activité très addictive (!!!) www.thydelor.eu décline donc toute responsabilité pour le cas où vous ne respectiez plus vos engagements par manque de temps...

Je ne vais pas entrer dans la théorie ni dans les détails de ce qu'est la trichromie, d'autres sites s'en chargeront bien mieux que moi... Mais pour rester fidèle à la ligne éditoriale de mon site, je ne vous proposerai donc ici uniquement le côté technique simplifié et les clés permettant d'accéder au plaisir de la mise en œuvre de la technique !... Il existe en effet des sites qui expliquent, formules mathématiques à l'appui, les tenants et les aboutissants de la technique... mais ici, nous nous retrouvons pour faire de la photo et pas des mathématiques, me semble-t-il.

Si vous appréciez cette page, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Pour débuter Les filtres
Le film La prise de vue
Développement Premier résultat
Création numérique de la photo couleur Conclusion provisoire
Juste un clin d'œil...  


POUR DÉBUTER...

Comme je le disais en introduction, le procédé de trichromie est réservé aux photographes argentiques. En effet, une image numérique couleur est déjà, intrinsèquement, une image trichrome ! Dans ces conditions, effectuer une séparation trichrome d'une image trichrome pour créer une image trichrome est stupide !...

De la même manière, le procédé de trichromie est réservé aux photographes argentiques en noir et blanc puisqu'en photographie argentique couleur, la trichromie est déjà appliquée... donc même remarque que pour l'imagerie numérique...

Dans ces conditions, pourquoi vouloir, à tout prix, faire de la photographie couleur avec du film noir et blanc ? Parce que c'est drôle et sympa ? Certes, mais ce n'est pas tout !... Tout le monde n'a pas les moyens, financiers ou techniques, de monter un laboratoire couleur... la couleur étant tout de même plus exigeante que le noir et blanc !!! Si on considère la voie argento-numérique, il sera facile de faire de la photographie couleur à partir de négatif noir et blanc... et en plus, selon ses moyens techniques, le rendu des couleurs pourra être beaucoup plus intéressant qu'en utilisation d'un film couleur ou d'une image numérique native en couleurs...

Il est également important de noter que, contrairement aux films noir et blanc, les films couleur ont entonné leur chant du cygne !... Je ne serais pas étonné de les voir disparaître d'ici peu de temps...

Mais d'un point de vue purement photographique, dans la mesure où un film noir et blanc présente une latitude de pause bien supérieure à celle d'un film couleur, la trichromie à partir de 3 images noir et blanc permettra de reproduire des scènes très contrastées bien mieux qu'un film couleur. Un autre point important, théoriquement en faveur de la trichromie, serait la liberté vis à vis de la température de couleur de l'ambiance lumineuse... un film couleur étant incapable de donner des résultats neutres si la température de couleur de l'éclairage ne correspond pas à celle prévue pour ce film !... le film noir et blanc, lui, n'est absolument pas perturbé par la température de couleur de la source lumineuse !...

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page


LES FILTRES

Puisqu'il est ici question de séparation trichrome par utilisation d'un film noir et blanc, il va falloir donner un minimum d'explications... Il est vrai que d'emblée, il est difficile de faire le rapprochement entre un film noir et blanc et une image en couleur !!!

Si on considère que pour créer une image en couleurs, il faut et il suffit de mélanger 3 couleurs primaires : le Rouge, le Vert et le Bleu, si on réussissait à ne capturer qu'une seule de ces trois couleurs à la fois, on obtiendrait une image en niveaux d'une seule et même couleur (on peut dire en "niveaux de gris"). Dans ces conditions, puisqu'on est en niveaux de gris, on est en plein dans le cadre de la photo noir et blanc (qui en réalité rassemble tous les niveaux de gris possibles entre le blanc pur et le noir profond !). Si on effectue cette séparation avec les 3 couleurs primaires on se retrouvera donc avec 3 images noir et blanc correspondant chacune à une des 3 couleurs primaires... Il suffira ensuite se fusionner ces trois images de couleurs primaires pour obtenir une seule et même image en couleurs...

Mais comment faire pour ne capturer qu'une seule et unique couleur primaire à la fois sur un film noir et blanc ? Oui ! je l'ai entendu là bas au fond de la salle !... En utilisant des filtres qui ne laissent passer qu'une seule et unique couleur primaire !... Si notre image finale devait contenir un dégradé de couleurs bleues (par exemple) allant quasiment du violet au cyan, on aurait des zones plus ou moins grises communes sur les 3 images monochromes : un gris 50% sur la trame bleue et un gris 50% sur la trame rouge et nous voilà avec un violet... un gris 50% sur la trame bleue et un gris 50% sur la trame verte et nous voilà avec un cyan. Un noir 100% sur la trame bleue et un blanc 100% sur les trames rouges et vertes et nous voilà avec un bleu pur !... Vous venez de comprendre le but de la manœuvre !...

Le problème c'est que tout cela est très théorique !!! Puisque parler de couleurs primaires est une chose et fabriquer un filtre qui ne laisse passer QUE la longueur d'onde PRÉCISE de la couleur primaire considérée en est une autre !!! AUCUN filtre, à ma connaissance, est assez puissant pour se limiter à une frange colorée si étroite !!! Il y aura donc des approximations indispensables...

Il est vrai qu'au XXIème siècle, le monde n'aime pas beaucoup les approximations, mais c'est ainsi... et en plus cela nous arrangera bien dans ce cadre de la trichromie puisque cela annulera quasiment la plus grande difficulté du procédé : le choix des filtres...

En principe, la combinaison classique des filtres pour la trichromie est composée de :
— 1 filtre wratten 25 (pour le rouge)
— 1 filtre wratten 47B (pour le bleu)
— 1 filtre wratten 58 (pour le vert)
OU
— 1 filtre wratten 29 (pour le rouge)
— 1 filtre wratten 47 (pour le bleu)
— 1 filtre wratten 61 (pour le vert)

Super !... Mais allez trouver ces filtres Kodak wratten dans le commerce aujourd'hui !!! Ils vont vous coûter plus cher que le boîtier argentique !!! Et en plus, ils sont fragiles et deviennent inefficaces avec le temps, le taux d'humidité et la chaleur !!! Donc, tous les défauts qui justifient l'exclusion du procédé de mon site !!!

Abandonner la trichromie pour autant ? Vous vous doutez bien que non... puisque cette page existe !...

Lee® propose dans le commerce des filtres similaires (ou très proches) aux wratten cités plus haut. Mais, ils sont destinés à l'éclairage et n'ont pas les qualités optiques permettant de les apposer sur nos objectifs. En plus, ils sont vendus en rouleaux de 1 à plusieurs m²... pas forcément très pratique !... Cela dit, si vous ne souhaitez travailler qu'en studio, éclairer vos scènes pour la trichromie en plaçant ces filtres Lee® devant votre source d'éclairage donnera d'excellents résultats... mais je pars du principe que la plupart d'entre nous préférera travailler en extérieur et, dans ce cas, le filtre sur l'objectif sera un meilleur choix, donc, exit les filtres Lee®...

Sinon, il reste les filtres photo plus classiques. Ils possèdent les qualités optiques permettant le montage devant nos objectifs MAIS ces filtres ne sont pas bons, chromatiquement parlant du moins... Aucune importance, en théorie... il suffira de post-traiter un chouilla et tout devrait rentrer dans l'ordre... Je ne vous donnerai pas les différentes marques présentes sur le marché, tout le monde fait des filtres photo avec, parmi-eux, des filtres pour le noir et blanc. D'ailleurs, vous en possédez certainement tous puisque vous faites déjà de la photographie argentique !!! Sinon, je vous conseillerais de vous en offrir... ils ne sont pas franchement donnés, mais sont très utiles... Personnellement, je possède le système Cokin® puisque je possède beaucoup d'objectifs de diamètres différents (et en plus, ils ne sont pas chers en comparaison !). Les filtres Cokin® ne sont pas meilleurs que les autres, ne me faites pas dire que je les conseille (!!!) mais puisque j'en ai sous la main, je vais les utiliser pour faire de la trichromie. Si vous souhaitez acheter des filtres pour la trichromie, achetez donc des filtres en plaque, ils ne sont pas chers... ces filtres nécessitent un porte-filtre MAIS pour la trichromie qui se fera obligatoirement avec le boîtier fixé sur un trépied, l'achat du porte-filtre n'est pas nécessaire !!! On peut très bien placer le filtre devant l'objectif en le tenant à la main. Il existe dans le commerce des filtres chinois, clones des filtres Cokin®, dont je n'ai aucune idée de la qualité, mais, pris dans l'absolu, post-traitement pour post-traitement, ils ne doivent pas être inutilisables...

Donc, je vais mener mes tests avec les filtres Cokin suivants :
— n°003 (pour le rouge)
— n°004 (pour le vert)
— n°020 (pour le bleu)

Avant même le début des tests, je constate que le filtre n°020 (bleu) est très clair, même s'il s'agit du bleu le plus foncé de la gamme Cokin®. Cela devrait théoriquement poser des problèmes, mais on rattrapera ça au post traitement...

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page



LE FILM

Si vous avez lu d'autres sites traitant de trichromie, vous avez certainement lu des choses (bien compliquées !) qui vous stimulent à utiliser un film 400 ISO qu'il faudra exposer à 25 ISO etc... Généralement ces conseils ne s'accompagnent d'aucune explication... MAIS, pourquoi se compliquer la vie ? Elle l'est déjà suffisamment comme elle est !... Je vais donc mener ce test avec ce que j'ai sous la main... et on verra bien que ça fonctionne aussi !...

Après tout, il y a des approximations dues aux filtres, je ne vois pas pourquoi il faudrait être parfaitement "carré" avec le choix du film !... Soit on fait de la science et il faut être parfaitement "d'équerre" à toutes les étapes, soit on fait de l'empirique et on reste dans le flou à toutes les étapes... Il n'y a pas de juste milieu !!! Être scrupuleux tout au long d'un processus et s'autoriser une approximation à un seul moment détruit tout l'esprit scientifique investi, donc autant ne pas être scientifique du tout... et s'amuser dans nos expérimentations...

Ce test se fera donc avec un film FOMA 100 ISO en format 120 que j'exposerai avec mon MAMIYA RB 67 Pro S. Et tant pis pour la pseudo obligation (décrite pas d'autres sites) d'utiliser un film 400 ISO !...

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page


LA PRISE DE VUE

Puisqu'il sera nécessaire de faire 3 images noir et blanc (correspondant chacune à une couleur primaire), il est INDISPENSABLE que les 3 images soient parfaitement identiques !!! Cela imposera donc une procédure de prise de vue STRICTE...

1) L'utilisation d'un trépied est indispensable. Il faut placer le boîtier fermement sur le trépied, effectuer le cadrage et bloquer à fond tous les mouvements autorisés par la rotule du trépied ! Il ne faut surtout pas que la composition change d'une prise de vue à l'autre, faute de quoi la superposition sera impossible !!!
Cela dit, si vous êtes sûr de vous, vous pourrez toujours essayer de poser votre boîtier sur un support stable et solide mais je serais étonné que vous soyez en mesure d'effectuer des déclenchements et des avances de film sans déplacer, même un tout petit peu, votre boîtier... et l'expérience devra s'arrêter là !...

2) Pour la même raison que le point n°1, je recommande l'utilisation d'un déclencheur souple !... Selon l'âge de votre boîtier, une télécommande filaire ou radio ou infrarouge fera le même effet (et si vous avez un retardateur, cela pourra se faire aussi !). Si, en plus, vous avez la possibilité d'utiliser la fonction de levée anticipée du miroir (commun en moyen format, beaucoup plus rare en petit format), ne vous posez aucune question... utilisez-la !!!

À défaut, il peut être intéressant d'utiliser un compact... l'absence de miroir limitera les mouvements du boîtier lors du déclenchement !!!

3) Travaillez systématiquement en mode manuel OU en automatique à priorité ouverture !!! Les filtres, selon leur couleur et leur densité, absorbant plus ou moins de lumière, il sera nécessaire de recalculer les paramètres d'exposition entre chaque image de base. Il est impératif que les 3 images soient prises avec la même valeur de diaphragme !!! Une vitesse différente n'entraînera aucun problème mais, fusionner des images avec des profondeurs de champs différentes, mènera inévitablement à l'échec !!!

4) Méfiez-vous de l'autofocus (si le boîtier en est équipé), selon le filtre employé, le plan de netteté peut être différent !!! Le mieux est d'effectuer une mise au point sans filtre (avec ou sans autofocus) et d'utiliser un diaph' assez fermé (f/8 par exemple) de manière à compenser la différence de point par de la profondeur de champ... Bien sûr, si le point, sans filtre, est fait automatiquement, débrayez l'autofocus après la mise au point et avant d'installer les filtres !!!

5) Il faudra exposer 1 photo pour chaque couleur de filtre... c'est évident, par contre, ce qui peut éventuellement ne pas être évident pour tout le monde, c'est qu'il ne faut pas mélanger les images (!!!) considérer l'image prise avec le filtre rouge comme image prise avec le filtre bleu rendra impossible la création de la trichromie finale, sauf si vous souhaitez jouer sur le surréalisme des fausses couleurs... Je conseillerai donc d'utiliser une séquence logique de prise de vue : puisque l'on parle toujours de couleurs en RVB (et jamais en BVR ou en VRB ou en VBR etc...), effectuez vos 3 prises de vues toujours dans le même ordre : 1ère vue = filtre rouge, 2ème vue = filtre vert, 3ème vue = filtre bleu.
Ainsi, lors de la création de l'image trichrome, il sera plus facile de savoir que la vue n°13 correspondra à une trame de rouge, que la n°14 correspondra au vert et que la n°15 correspondra au bleu...

Résumé chronologique de la prise de vue :
- composer l'image
- bloquer tous les mouvements de la rotule
- effectuer la mise au point et ne plus toucher à rien (désactiver l'autofocus s'il existe)
- mesurer l'exposition pour le filtre rouge
- régler les paramètres d'exposition
- armer l'obturateur
- enclencher la levée anticipée du miroir (si reflex équipé !)
- placer le filtre rouge devant l'objectif
- déclencher
- mesurer l'exposition pour le filtre vert
- régler les paramètres d'exposition
- armer l'obturateur
- enclencher la levée anticipée du miroir (si reflex équipé !)
- placer le filtre vert devant l'objectif
- déclencher
- mesurer l'exposition pour le filtre bleu
- régler les paramètres d'exposition
- armer l'obturateur
- enclencher la levée anticipée du miroir (si reflex équipé !)
- placer le filtre bleu devant l'objectif
- déclencher

Vous disposez maintenant de votre triptyque permettant la création de votre image trichrome !!!

Juste un dernier conseil : puisque vous débutez, refaites la même chose sur tout le film de façon à être sûr d'avoir suffisamment de "matière" pour créer votre première image trichrome... un flou, une quelconque erreur peut très bien tout compromettre !!!

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page


DÉVELOPPEMENT

Le développement de votre film noir et blanc se fera comme à votre habitude. Je sais que normalement, il y a tout un travail de calcul et de tests pour une détermination de l'exposition et pour une détermination des paramètres de développement (on trouve tout cela dans d'autres sites !)... Laissons cela aux puristes, notre but est de nous faire plaisir en créant des trichromes !...

Donc, personnellement, j'utiliserai ma technique classique de développement à la sauge/vitamine C en stand développement (voir ici).... on est bien loin des recommandations des sites scientifiques de la trichromie...

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page


PREMIER RÉSULTAT

Voilà, j'ai mes 3 négatifs noir et blanc obtenus après exposition à travers mes 3 filtres. Il me reste à les scanner... Tout bon scanner à film fera l'affaire... personnellement j'ai utilisé un "bête" Epson Perfection V500, mais je le répète, n'importe quel modèle de scanner à film fera parfaitement l'affaire ! Bien sûr, si vous ne possédez pas de scanner à film, cela sera beaucoup plus compliqué... il existe dans ce site des moyens pour contourner la non possession de scanner à film, allez vous en inspirer... cela augmentera le nombre de manipulations, mais le résultat sera tout aussi intéressant... et puis qu'est-ce que quelques heures de travail en plus ou en moins vu le plaisir face au résultat ?...


Négatif Rouge (à travers le filtre rouge). Bien sûr, lors du scan je l'ai transformé en positif, ce qui me facilitera le travail par la suite.


Négatif Vert (à travers le filtre vert). Bien sûr, lors du scan je l'ai transformé en positif, ce qui me facilitera le travail par la suite.


Négatif Bleu (à travers le filtre bleu). Bien sûr, lors du scan je l'ai transformé en positif, ce qui me facilitera le travail par la suite.

Bon, on ne comprend pas encore très bien comment on va faire une photo couleur avec ce matériel, mais vous serez certainement ébloui à l'étape suivante...

Vous pouvez toutefois déjà noter ici les différences de tons obtenus avec les différents filtres face à une scène strictement identique...

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page


CRÉATION NUMÉRIQUE DE LA PHOTO COULEUR

Comme je le disais en introduction, notre image trichrome pourra être obtenue soit de manière numérique (c'est la voie la plus simple !) soit au laboratoire couleur (c'est la voie la moins suivie... tout le monde ne possède pas un laboratoire photo couleur avec papier/chimie/agrandisseur tête couleur/processeur etc...). Je vais donc traiter ici du moyen de créer notre image trichrome sur l'ordinateur...

Tout bon logiciel de traitement d'image sera en mesure de vous créer un trichrome. Étant incapable de vous montrer la procédure pour tous les logiciels de traitement d'image (ça vous vous en doutiez !), je vais donc vous montrer, pas à pas, comment faire avec 2 des logiciels principaux. Tous les autres logiciels utilisant exactement la même procédure que l'un de ces deux logiciels utilisés ici... même si les entrées de menu vont différer de l'un à l'autre !...

Nous commencerons donc avec le logiciel tête de file : Photoshop. Pour la démonstration j'utiliserai Photoshop CS2, donc une vieille version... mais TOUTES les versions de Photoshop, qu'elles soient encore plus anciennes que CS2 ou qu'elles soient plus actuelles, vous offriront les mêmes outils... Puis je vous montrerai la procédure à utiliser avec The GIMP, probablement tête de file des gratuits !... Mais il est également possible de faire le même travail avec des logiciels beaucoup moins puissants (!!!) tels Paint Shop Pro 5 de Jasc® - rien a voir avec les PaintShopPhotoPro de Corel® !!!- (un vieux logiciel qui fonctionnait déjà sous Windows 3 !!!)

PROCÉDURE AVEC ADOBE PHOTOSHOP

Le protocole sous Photoshop est le plus simple qui soit !...

1) ouvrez une nouvelle image (menu Fichier | Nouveau)

- Le nom du fichier n'a aucune importance
- J'ai donné les dimensions de mes images scannées redimensionnées pour le web, normalement elles devraient être ENORMEMENT plus grandes !!!
- J'ai conservé la résolution de base de 72 ppi
- Par contre il est important de définir le mode colorimétrique à Couleurs RVB !!!
- J'ai décidé des couleurs en 16 bits mais 8 bits fonctionnerait aussi bien...
- Le contenu d'arrière plan peut être ce que vous voulez SAUF transparent.
- Pour le reste, ne touchez à rien, quelle que soit la configuration, cela n'a aucune importance (pour l'instant !)

2) L'image, une fois créée (elle a la couleur définie en 1), il faut se placer en visualisation des couches

alors que par défaut, Photoshop affiche les calques.

3) Ouvrez votre image Rouge (menu Fichier | Ouvrir). Votre image Rouge apparaît dans une autre fenêtre. Copiez l'image rouge (menu Édition | Copier ou Ctrl-C sous Windows). Si nécessaire, sélectionnez l'ensemble de l'image Rouge (menu Sélection | Tout sélectionner) avant de copier.

4) Activez la fenêtre correspondant à votre future image trichrome puis sélectionnez dans la barre "couches" la couche Rouge

et collez le contenu du presse papier (menu Édition | Coller ou Ctrl-V sous Windows). La barre "couches" ressemblera à cela :

La couche "Rouge" contiendra votre image Rouge ET la couche "RVB" qui est la somme des couches présentera une image cyan qui correspond à votre image Rouge.

5) Fermez votre image Rouge.

6) Ouvrez votre image Verte (menu Fichier | Ouvrir). Votre image Verte apparaît dans une autre fenêtre. Copiez l'image Verte (menu Édition | Copier ou Ctrl-C sous Windows). Si nécessaire, sélectionnez l'ensemble de l'image Verte (menu Sélection | Tout sélectionner) avant de copier.

7) Activez la fenêtre correspondant à votre future image trichrome puis sélectionnez dans la barre "couches" la couche "Vert"

et collez le contenu du presse papier (menu Édition | Coller ou Ctrl-V sous Windows). La barre "couches" ressemblera à cela :

La couche "Vert" contiendra votre image Verte ET la couche "RVB" qui est la somme des couches présentera une image bleue qui correspond à votre image Rouge + votre image Verte.

8) Fermez votre image Verte.

9) Ouvrez votre image Bleue (menu Fichier | Ouvrir). Votre image Bleue apparaît dans une autre fenêtre. Copiez l'image Bleue (menu Édition | Copier ou Ctrl-C sous Windows). Si nécessaire, sélectionnez l'ensemble de l'image Verte (menu Sélection | Tout sélectionner) avant de copier.

10) Activez la fenêtre correspondant à votre future image trichrome puis sélectionnez dans la barre "couches" la couche "Bleu"

et collez le contenu du presse papier (menu Édition | Coller ou Ctrl-V sous Windows). La barre "couches" ressemblera à cela :

La couche "Bleu" contiendra votre image Bleue ET la couche "RVB" qui est la somme des couches présentera une image polychrome qui correspond à votre image Rouge + votre image Verte + votre image Bleue.

Vous voyez dans la miniature de la couche RVB que vous avez une image en couleur, donc la procédure est terminée. Mais pourquoi l'image affichée en taille réelle est-elle toujours en noir et blanc ? me direz-vous ? Tout simplement parce que vous n'avez demandé de visualiser que la dernière couche remplie, à savoir la couche "Bleu". Vous voyez le petit œil affiché devant la miniature de la couche "Bleu" ? C'est lui qui vous désigne la couche affichée en taille réelle !...

11) cliquez sur le carré placé devant la miniature de la couche "RVB" et... miracle !... vous avez une photographie taille réelle en couleurs...

Et voilà le résultat de mon test :


Et c'est maintenant que l'on se rend compte que quelque chose n'a pas fonctionné comme cela aurait du !... Certes, mes trois images noir et blanc forment une image couleur MAIS je ne suis pas du tout satisfait ! Pour vous en convaincre, j'avais pensé (lors de la prise de vue) à faire une photographie numérique de la même scène pour comparaison (!!!) et voilà ce à quoi ma trichromie aurait du ressembler :



BEURK non ? Bon, si on veut faire dans la photo à effets spéciaux, on pourrait se contenter du résultat obtenu MAIS ce n'est pas le but ici !... Il faut donc chercher où se trouve le problème...

- Le trichrome ne respecte pas du tout les couleurs originales !!!
- Le trichrome paraît flou (alors que l'examen à la loupe des négatifs prouve le contraire !!!)
=> la solution est très simple !!! On ne verra rien sur les reproductions publiées (redimensionnées) mais en regardant le résultat à 100% on s'aperçoit que les 3 négatifs sont décalés les uns par rapport aux autres... donc, j'ai bougé (oh de vraiment pas grand chose !) à la prise de vue... je n'aurais pas du utiliser le porte filtre, le simple fait de changer de filtre m'a fait modifier le cadrage d'une fraction de millimètre !!! Il va donc falloir ré-aligner les 3 couches du trichrome !!! Et cela ne va pas être simple à mon avis !!!...

En fait, pas du tout !!! Il suffit de choisir une couche, n'importe laquelle, qui servira de trame de base. On cliquera sur le carré situé devant sa miniature pour y faire apparaître l'œil, puis on affichera l'œil devant la miniature d'une des deux autres couches et on la sélectionnera en cliquant sur son nom. En utilisant l'outil déplacement, on glissera la couche sélectionnée jusqu'à ce qu'elle corresponde exactement à la couche de référence. On cliquera sur l'œil de la couche déplacée (pour la faire disparaître), on fera apparaître l'œil devant la dernière couche à aligner et on la sélectionnera en cliquant sur son nom. Et, toujours avec l'outil déplacement, on alignera parfaitement cette dernière couche avec la couche de base... et le tour est joué !...


outil déplacement dans la barre d'outils

Et... voilà le travail :

On a retrouvé la netteté. On voit apparaître une ligne bleue au bas de l'image, c'est du au déplacement d'une couche, mais cela ne pose aucun problème, il suffira de recadrer l'image finale et il n'y paraîtra plus... Par contre, les couleurs ne sont pas encore franchement celles retrouvées dans la réalité !!!... Et c'est le moins que l'on puisse dire !!!... En fait, toutes les couleurs qui ne comprennent pas ou peu de bleu sont correctes, mais toutes celles qui contiennent du bleu (même si elles ne sont pas bleues) apparaissent trop bleues !!! Cela est du au filtre dont je suspectais, dès le début de l'expérience, une faiblesse colorimétrique...

Comment faire pour rectifier le problème ? Il suffit de demander au logiciel de remplacer la couleur du filtre bleu utilisé ! Il va falloir sélectionner la couche "Bleu" puisque c'est elle qui pose problème ! On utilisera ensuite l'outil "Niveaux" (menu Image | Réglages | Niveaux...). Et on va "rogner", sous contrôle de la vue, les zones les plus sombres de l'histogramme pour ramener les bleus dans des proportions acceptables...

...simplement en déplaçant le curseur de gauche (triangle noir) vers la droite (déplacement matérialisé par un trait rouge).

Et voilà le résultat (après recadrage) :



Voilà qui est beaucoup mieux, je l'ai fait "à l'arrache", les puristes voudront aller plus loin pour se rapprocher encore plus de la réalité (je les y encourage) mais là on sort du cadre de la création trichrome...

De toute manière, les couleurs obtenues par trichromie seront certainement plus "pétantes" que les couleurs naturelles, et ce n'est pas franchement un défaut... on retrouve un peu la nostalgie des images anciennes... et c'est un peu aussi le but du jeu !...

PROCÉDURE AVEC The GIMP

Nous avons vu que la création de trichrome avec Photoshop était simple (mais pas les corrections !!!). Avec The GIMP (j'utilise la version 2.8.8), la procédure est totalement différente, plus longue, à peine plus compliquée, mais j'ai bien peur que cette procédure soit celle qu'utilisera la majorité des logiciels de traitement d'image... Voyons cela :

1) Ouvrez une nouvelle image (menu Fichier | Nouvelle image...)

Vous pouvez tout laisser dans l'état SAUF les dimensions de l'image (bien sûr) et ce qu'ils appellent "l'espace de couleur" qu'il faut définir comme RVB.

2) On ouvre nos 3 images filtrées (Rouge, Vert, Bleu) dans The GIMP (menu Fichier | Ouvrir). Notez que si vos images sont en 16 bits, The GIMP ne va pas aimer et va les convertir en 8 bits mais cela ne posera aucun problème...

3) Sélectionner l'image Rouge (on aurait pu débuter par une autre mais autant garder la logique R>V>B !)

4) Vérifiez que cette image est en mode RVB (menu Image | Mode), sinon modifier...

5) Il faut modifier les couleurs (!!!) pas logique mais c'est la marche à suivre !... Aller dans le menu Couleurs | Niveaux

Dans la zone "Canal", remplacez "Valeur" par "Vert" (à l'aide du menu déroulant)
Dans la zone "Niveaux de sortie" remplacez "255" par "0" (zéro)
L'image devient violette. NB : il y a un petit bug, pour valider la modification du 255 en 0, il faut cliquer ailleurs sinon The GIMP ne prendra jamais les modifications en compte. Perso, je clique sur le "0" situé au dessus du texte "Tous les canaux" mais vous pouvez cliquer où bon vous semble...
Dans la zone "Canal", remplacez "Vert" par "Bleu" (à l'aide du menu déroulant)
Dans la zone "Niveaux de sortie" remplacez "255" par "0" (zéro)
L'image devient rouge. NB : il y a un petit bug, pour valider la modification du 255 en 0, il faut cliquer ailleurs sinon The GIMP ne prendra jamais les modifications en compte. Perso, je clique sur le "0" situé au dessus du texte "Tous les canaux" mais vous pouvez cliquer où bon vous semble...
Cliquez sur Valider

6) Sélectionner l'image Verte (pour garder la logique R>V>B !)

7) Vérifiez que cette image est en mode RVB (menu Image | Mode), sinon modifier...

8) Il faut modifier les couleurs (!!!) pas logique mais c'est la marche à suivre !... Aller dans le menu Couleurs | Niveaux. Comme en 5) il faut :
Dans la zone "Canal", remplacez "Valeur" par "Rouge" (à l'aide du menu déroulant)
Dans la zone "Niveaux de sortie" remplacez "255" par "0" (zéro)
L'image devient cyan. NB : il y a un petit bug, pour valider la modification du 255 en 0, il faut cliquer ailleurs sinon The GIMP ne prendra jamais les modifications en compte. Perso, je clique sur le "0" situé au dessus du texte "Tous les canaux" mais vous pouvez cliquer où bon vous semble...
Dans la zone "Canal", remplacez "Rouge" par "Bleu" (à l'aide du menu déroulant)
Dans la zone "Niveaux de sortie" remplacez "255" par "0" (zéro)
L'image devient verte. NB : il y a un petit bug, pour valider la modification du 255 en 0, il faut cliquer ailleurs sinon The GIMP ne prendra jamais les modifications en compte. Perso, je clique sur le "0" situé au dessus du texte "Tous les canaux" mais vous pouvez cliquer où bon vous semble...
Cliquez sur Valider

9) Sélectionner l'image Bleue (pour garder la logique R>V>B !)

10) Vérifiez que cette image est en mode RVB (menu Image | Mode), sinon modifier...

11) Il faut modifier les couleurs (!!!) pas logique mais c'est la marche à suivre !... Aller dans le menu Couleurs | Niveaux. Comme en 5) et en 8) il faut :
Dans la zone "Canal", remplacez "Valeur" par "Rouge" (à l'aide du menu déroulant)
Dans la zone "Niveaux de sortie" remplacez "255" par "0" (zéro)
L'image devient cyan. NB : il y a un petit bug, pour valider la modification du 255 en 0, il faut cliquer ailleurs sinon The GIMP ne prendra jamais les modifications en compte. Perso, je clique sur le "0" situé au dessus du texte "Tous les canaux" mais vous pouvez cliquer où bon vous semble...
Dans la zone "Canal", remplacez "Rouge" par "Vert" (à l'aide du menu déroulant)
Dans la zone "Niveaux de sortie" remplacez "255" par "0" (zéro)
L'image devient bleue. NB : il y a un petit bug, pour valider la modification du 255 en 0, il faut cliquer ailleurs sinon The GIMP ne prendra jamais les modifications en compte. Perso, je clique sur le "0" situé au dessus du texte "Tous les canaux" mais vous pouvez cliquer où bon vous semble...
Cliquez sur Valider.

12) Activez la fenêtre de l'image Rouge. Sélectionnez-la (menu Sélection | Tout). Copiez-la (menu Édition | Copier).

13) Activez la fenêtre de la nouvelle image (futur trichrome) que vous avez créé en début de procédure puis créez un calque transparent (menu Calque | Nouveau calque). Sur ce calque, collez l'image Rouge (menu Édition | Coller).

14) Là nous devons affronter une erreur de programmation de GIMP (!!!) il faut double cliquer sur "sélection flottante (calque copié) " dans la barre des calques (!!!) sans quoi on n'avancera pas plus loin !!!

Puisque GIMP nous le propose, autant en profiter pour nommer ce calque en "Rouge".

15) Dans la fenêtre de l'image trichrome, qui pour l'instant ne contient que l'image rouge, il faut créer un nouveau calque (menu Calque | Nouveau calque) pour chacune des autres images (Verte et Bleue) avec, chaque fois, la nécessité de double cliquer sur "sélection flottante (calque copié) " !!!

16) dans la barre des calques, on se retrouve avec ceci :

Il suffit de supprimer tout ce qui est inutile : l'Arrière-plan et les calques vides !... de manière à ne plus avoir que cela :

17) Maintenant il faudra sélectionner chaque calque (un après l'autre !) et modifier son mode en

« Addition » (grâce à la barre de défilement !)

18) Et voilà, c'est tout, nous avons notre image trichrome !!!


MAIS puisque j'ai construit cette démonstration avec les mêmes négatifs que pour la démonstration de Photoshop, je me retrouve avec les mêmes défauts (!!!) Donc allez lire ce que j'ai fait sous Photoshop pour corriger... La procédure est la même sous The GIMP !... Sauf que l'outil déplacement, sous The GIMP est :


outil déplacement marqué en rouge

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page


CONCLUSION PROVISOIRE

 Ce premier test de trichromie est relativement concluant. La technique est longue et relativement complexe mais elle apporte les mêmes sensations de plaisir que de voir apparaître une image argentique dans les bains de développement... et rien que pour cela elle mérite un intérêt et une pratique persévérante.

Reste les imperfections du rendu des couleurs. Là il convient de se poser la question de l'importance d'une reproduction à l'identique de la réalité ou l'intérêt de la créativité au prix de dérives colorées. Si l'on souhaite toutefois une reproduction plus fidèle de la réalité, il est très possible d'améliorer le procédé malgré l'utilisation de filtres pas forcément très adaptés. En fait, il y a deux possibilités d'amélioration :
1) augmenter la part du numérique dans la technique en créant simplement un profil de correction de couleurs. La création d'un tel profil (ICC) n'est pas très compliquée, une fois créé, il suffira de composer son image trichrome sans se poser de question quant aux couleurs et d'appliquer le profil en fin de traitement.
2) augmenter la part d'analogique en jouant sur des temps d'exposition différents en fonction du filtre utilisé, le bleu surtout (puisqu'il semblerait que ce soit ce dernier le fautif). Cette deuxième voie me semble plus longue à mettre en œuvre mais, d'emblée, attirera plus mon intérêt... puisqu'il s'agit de reproduire une très vieille technique photographique, il faut limiter, autant que faire se peut, la part du numérique.

Donc, pour mes prochains essais, je vais essayer de découvrir, par des tests de bracketing, le temps d'exposition nécessaire à travers le filtre bleu pour obtenir, directement, une trichromie ne nécessitant aucun post-traitement informatique...

Bien sûr, chaque couple film/développeur aura sa propre correction, mais un photographe amateur n'utilise généralement pas plus de 2 ou 3 films différents... il sera donc facile de trouver les profils pour chacun de ses films...

Rendez-vous est pris pour mes prochains résultats...

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page


JUSTE UN CLIN D'ŒIL...

Avant de poursuivre mes recherches, juste pour le clin d'œil, je vais vous montrer qu'il est possible de créer des couleurs simplement en mélangeant les couches : placez la couche Bleue à la place de la couche Rouge ou Verte, dans toutes les combinaisons possibles, copiez le résultat dans une nouvelle image, chaque nouvelle couleur sur un calque séparé, effacez sur chaque calque une zone et vous pourrez obtenir, sans colorisation aucune, des résultats surprenants et intéressants dont voici un simple exemple fait à l'arrache :

Amusez-vous bien... surtout que ce résultat psychédélique (s'il en est !) a été obtenu en quelques minutes avec l'aide d'une bête photo de citrons jaunes (sérieusement ? vous ne vous en seriez pas douté !...) et de l'ancêtre de mes logiciels d'image : Jasc PaintShopPro 5...

ATTENTION : L'ENSEMBLE DES TEXTES ET DES IMAGES EST PROTÉGÉ PAR UN COPYRIGHT DE THIERRY DELORRAINE POUR LE SITE www.thydelor.eu

Si vous avez apprécié cet article, merci de soutenir mon site en créant un lien vers « www.thydelor.eu » sur votre site, votre blog (ou ceux de vos amis). Voir également ici.

Retour en haut de la page


Flag Counter
En savoir plus